Santé, services sociaux et communautaire

Grippe : la santé publique s’attend à vacciner 25 000 personnes

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Quelque 25 000 doses du vaccin contre la grippe seront administrées cette année, dans la région.

Quelque 25 000 doses du vaccin contre la grippe seront administrées cette année, dans la région. Photo : Campagne nationale contre la grippe

GASPÉ – La Direction de la santé publique Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine s’attend à vacciner quelque 25 000 personnes durant la campagne qui se tient actuellement dans la région.

« C’est important de se faire vacciner. C’est une maladie qui peut avoir des conséquences assez importantes pour des personnes qui ont certaines caractéristiques. Par exemple, des personnes avec des maladies chroniques, des enfants et des personnes âgées, qui sont plus à risques de développer des complications », explique la directrice de la Santé publique par intérim, la Dre Ariane Courville.

Le vaccin fait en sorte d’atténuer les effets d’une grippe, puisqu’il ne garantit pas une protection à 100%. « Ça va protéger les personnes des complications. Elles vont peut-être demeurer chez elles plutôt que de se rendre à l’urgence », soutient la Dre Courville.

Aucune souche majeure identifiée

Il arrive que les autorités de Santé publique puissent identifier les souches virales majeures, comme ce fut le cas avec le SRAS en 2003 ou la grippe A(H1N1) en 2009.

La Direction de la santé publique ne croit pas à une grosse épidémie cette année. « Si les souches sont bien celles qui se présentent, on ne pense pas que cela crée une grosse épidémie parce que ce sont des souches qui ont déjà circulées pour lesquelles les gens pourront être protégés s’ils se font vacciner », dit la Dre Courville.

Cette année, aucun cas d’influenza n’a été identifié dans notre région et il n’y a eu que quelques cas isolés au Québec.

Il est difficile de dire si la région a été plus ou moins touchée par la grippe l’an dernier : « Ce qui a été particulier l’an dernier, c’est que l’influenza s’est présentée un peu plus tôt qu’à l’habitude. Le pic a été entre Noël et le jour de l’An. Cette année, une stratégie a été mise en place pour que chacun des établissements prévoit le coup », dit la Dre Courville.

Travailleurs de la santé

Des statistiques publiées récemment à l’échelle de la province démontraient qu’une partie des travailleurs du réseau de la santé ne se faisait pas vacciner. Ainsi, le tiers des infirmières ne se feraient pas vacciner et la proportion monte à 50 % pour les préposés aux bénéficiaires.

« C’est une problématique qui se trouve dans toutes les régions du Québec. On a un gros effort à faire. Je pense que les centres de santé sont à pied d’œuvre pour inciter les travailleurs de la santé de se faire vacciner. L’idéal serait que tous les travailleurs de la santé soient vaccinés », dit la Dre Courville.

L’an dernier, 23 000 doses de vaccin ont été administrées en Gaspésie-Îles-de-la-Madeline, « une bonne année », souligne la directrice par intérim de la santé publique.

7 commentaires

Marc-André St-Pierre a écrit le 15 novembre 2013

Compris quoi M. Leblanc? J'ai compris qu'il s'agissait d'un point de vue, d'une réflexion différente de la mienne et je la respecte… --- Malheureusement nous sommes dans un débat difficile à trancher. Sauf que, de là-haut sur la montagne des lobbies pharmaceutiques, on voudrait bien nous dire quoi penser et, surtout, ne jamais critiquer leur science qu'ils croient quasi infaillible.  --- Par ailleurs, il ne s'agit pas d'une personne qui a attrapé la grippe après un premier vaccin mais de plusieurs. Fouillez autour de vous et vous en trouverez sûrement. Ça pourrait être une coïncidence s'il s'agissait d'une seule personne. Mais ce n'est pas le cas. Donc, la théorie de l'incubation soudaine, j'y crois pas trop. De plus, la plupart de ces personnes ne sont pas ce que vous pourriez supposer être, c'est à dire des « granos ».  --- Quant aux maladies que vous citez (polio et variole), je vous concède que les vaccins ont aidé. Mais, que sait-on vraiment de ces maladies? Je poserai même la question, comme on la posa pour le SIDA, pourquoi certains ont attrapés cette maladie et pas d'autres, dans les mêmes conditions?  Comme disait un certain Béchamp, « le microbe n'est rien, le terrain est tout. » --- Est-ce que dans les conditions d'hygiènes et d'alimentation actuelles (je ne parle évidemment pas de poutine) nous aurions les mêmes problèmes? J'aimerais bien que des gens objectifs puissent répondre à cette question. --- Mais, je respecte votre croyance parce que je sais que beaucoup de monde sont aidés par les vaccins. Disons, pour l'instant, que c'est un mal nécessaire. Je crois simplement qu'il y a d'autres solutions.

John leblanc a écrit le 15 novembre 2013

M. Samuel vous avez très bien résumé et expliqué la vaccination . J'espère que tous on bien compris .

Jean-Francois Samuel a écrit le 15 novembre 2013

@Marc-André St-Pierre Je m'excuse mais ici ce n'est pas entre croire et pas croire c'est entre comprendre et ne pas comprendre la science derrière la vaccination. Les endroits ou il y a eu des résurgences de maladies infantiles étaient clairement identifiées comme des endroits ou les parents ne faisaient pas vacciner leurs enfants en nombre suffisants. Car aucun vaccins n'est efficace à 100%. C'est l'effet du vaccin conjugués à l'effet de groupe qui va empêcher les épidémies. Pour ce qui est de la grippe le vaccin contient 4 ou 5 souches basés sur les éclosions qui sont survenues plus tôt dans l'année et c'est pourquoi quelqu'un peut avoir la grippe après avoir été vaciné car il a eu une souche qui n'était pas dans le vaccin. IL y a aussi de très forte chance que la personne était en incubation lors de sa vaccination. La connaissance personnelle de cas n'est nullement significative, désolé. Dites vous bien que la polio et la variole n'ont pas été éradiquée avec de la tisane. La vaccination "de masse" a fait que ces maladie ont été éradiquées des pays développés.

Marc-André St-Pierre a écrit le 14 novembre 2013

Chaque fois que quelqu'un se prononce contre ce qui sort de l'industrie pharmaceutique y en a toujours pour nous la ramener sur les « complotistes ». Les raisons de la réapparition des maladies citées ci-bas n'ont rien à voir avec les complotistes mais bien plus avec le fait que virus et bactéries finissent par s'adapter ou muter pour se défendre de la chimie humaine. Je connais personnellement plusieurs cas de gens qui n'ont jamais eu la grippe de leur vie et qui, arrivés à un certain âge, parce qu'on leur fait peur, décident de se faire vacciner et vlan, voilà la grippe. Et bien sûr, on appelle ça des cas isolés, on parle de coïncidences et autres cossins dont l'industrie pharmaceutique et ses pareilles ont le secret (qui n'est plus un secret). Vous avez le droit de vous faire vacciner et d'y croire. Mais, il y a des gens qui n'y croient pas, qui ont de bonnes raisons de ne pas y croire et qui ont le droit de ne pas le faire. Et, internet n'est pas rempli que de gens qui mentent sur le sujet en dénonçant l'industrie chimio-pharmaceutique. Croire que c'est ainsi, c'est aussi croire aux complots!

John leblanc a écrit le 14 novembre 2013

Mme. Tessier vous êtes sûrement vous et vos apôtres du complot. Vous êtes les raisons de la réapparition de la coqueluche varicelle et tuberculose etc . Donc la vaccination n'est pas toujours négative.

Jean-Francois Samuel a écrit le 14 novembre 2013

A plus de 4000 personnes par année qui meurent de la grippe par année au Canada; se faire vacciner peut aider à en prévenir quelques unes. En attrapant pas la maladie on ne la répands pas. Faut cesser de voir des complots partout.

Marie-Eve Tessier a écrit le 13 novembre 2013

Wow ! 25 000 personnes, ça fait beaucoup d'argent dans les poches des compagnies pharmaceutiques aux frais de l'état ça !

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.