La «grande séduction» pour atténuer la pénurie d’infirmières

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
La présidente du syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l’Est du Québec, Micheline Barriault, lors de la conférence de presse tenue lundi à Carleton-sur-Mer.

La présidente du syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l’Est du Québec, Micheline Barriault, lors de la conférence de presse tenue lundi à Carleton-sur-Mer. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Le syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l’Est du Québec  (SIIIEQ) lance une opération «grande séduction» auprès des élèves de troisième secondaire de 17 écoles de la Gaspésie et du Bas-St-Laurent. 

Son objectif : attirer les jeunes du secondaire vers les formations en soins infirmiers disponibles dans les deux régions, afin d’atténuer la pénurie de main-d’œuvre qui sévit dans les établissements de santé.

«Plusieurs interventions ont été réalisées pour offrir des formations en soins infirmiers en Gaspésie. Maintenant, il faut y attirer les jeunes. Pour ceux qui souhaitent demeurer ici, il y a de l’emploi dans nos professions. Le recrutement peut nous aider à endiguer la pénurie et réduire la pression sur notre personnel», a souligné la présidente du SIIIEQ, Micheline Barriault, lors d’une conférence de presse tenue lundi après-midi à Carleton-sur-Mer.

Au cours des cinq prochaines années, le syndicat évalue à 300 le nombre de postes d’infirmières qui seront à combler sur le territoire de la péninsule.

L’opération

D’ici le 12 décembre, des infirmières membres du syndicat se rendront donc dans les classes de troisième secondaire pour vanter les mérites de leur métier. «Elles parleront des conditions de travail qui s’améliorent peu à peu, des salaires, des régimes de retraite, des avantages sociaux», précise Mme Barriault.

Bien que les professions d’infirmières auxiliaires et d’inhalothérapeutes seront abordées, les efforts seront concentrés sur celui d’infirmière. 

Cible de recrutement

Pour la Gaspésie, le syndicat souhaite augmenter le nombre d’inscriptions dans les cohortes en soins infirmiers à Carleton-sur-Mer, à Chandler et à Gaspé, de façon à combler les besoins dans la région le plus rapidement possible.

Jusqu’à présent, note Mme Barriault, le taux de rétention des finissants a été de 100%. «Au cours des cinq prochaines années, 300 infirmières partiront à la retraite. Alors on souhaite qu’autant de personnes soient formées pour compenser», espère-t-elle.

Le SIIIEQ estime qu’il manque actuellement environ 100 infirmières dans les établissements de santé de la Gaspésie.

4 commentaires

Gaston Poirier a écrit le 13 novembre 2012

C'est vrai que mes commentaires sont vraiment moins fondés que les vôtres car vous, M. Pelletier, vous détenez la vérité et la connaissance infuse! C'est pour ça que j'aime beaucoup les gens de la droite, comme vous : ils détiennent la vraie vérité et les autres disent juste de la M! Voilà! Alors continuez de dire n'importe quoi et je continuerai quand même à commenter ce qui me tente! Merci!

Gaston Poirier a écrit le 13 novembre 2012

J'avoue que vous êtes dur à suivre M.Pelletier. À moins que vous soyez sarcastique de façon si peu subtile que je ne discerne par votre sarcasme de votre opinion... D'un côté, vous dites qu'il y a trop d'infirmières et de l'autre côté, vous voulez leur donner plus de pouvoirs! Si on parle des pouvoirs aux infirmières, je suis en faveur des "super-infirmières" (bachelières avec un minimum d'expérience ou même techniciennes avec beaucoup d'expérience!) qui pourraient faire des actes mineurs réservés actuellement aux médecins (plâtrage, prescription d'anti-douleurs, etc.). Je suis d'accord pour rouvrir ces vieilles conventions poussiéreuses et je crois aussi que cette délégation de pouvoirs viendrait rehausser l'efficacité des soins. C'est mon humble avis sur la situation que vous soulevez, M. Pelletier. Quand on s'exprime clairement, sans trop de sarcasme ou de paraboles, on peut se faire comprendre!

Gaston Poirier a écrit le 13 novembre 2012

Par ailleurs, comme d'habitude, je m'inscris en faux contre tout ce qui dit Pelletier... Il dit encore du gros n'importe quoi, comme éliminer les infirmières du réseau... il y a trop d'infirmières... tout le monde est hypocrite... etc. J'aimerais ça voir Pelletier comme ministre de la Santé...! J'ai même son slogan électoral : bienvenue en enfer!

Gaston Poirier a écrit le 13 novembre 2012

La région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine est, il faut le dire, la plus belle du Québec et l'une de celles où il fait le mieux vivre. Donc, en soit, c'est un incitatif pour attirer des infirmières, des médecins, et des gens de tous les corps d'emplois dans tous les domaines nécessaires à la Gaspésie!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.