Santé, services sociaux et communautaire

Un GPS pour les services ambulanciers en forêt

Par ,
Jean-Marie Baril, coordonnateur à direction régionale des affaires médicales et de santé publique, Yolaine Galarneau, présidente-directrice générale de l’agence de la santé et des services sociaux de la Gaspésie et Jean l’heureux, direct

Jean-Marie Baril, coordonnateur à direction régionale des affaires médicales et de santé publique, Yolaine Galarneau, présidente-directrice générale de l’agence de la santé et des services sociaux de la Gaspésie et Jean l’heureux, direct Photo : Ariane Aubert Bonn

GASPÉ – L’agence de la santé a présenté, le 17 juin dernier, un nouveau système de localisation pour faciliter la tâche des ambulanciers en forêt.

Les routes carrossables pour les ambulanciers sont identifiées et possèdent des adresses forestières. Il s’agit de points de rencontres identifiés sur des panneaux. Autrefois répertoriés sur une carte papier, ces adresses sont désormais disponibles sur un GPS à bord des ambulances.

Élaboré en collaboration avec Rexforêt, le système de localisation par GPS présente de nombreux avantages pour l’efficacité des interventions. «Le GPS permet aux ambulanciers de prendre le chemin le plus court pour se rendre sur le lieu d’intervention ainsi que le chemin le plus court pour se rendre à l’hôpital.» indique le coordonnateur à direction régionale des affaires médicales et de santé publique, Jean-Marie Baril.

La présidente-directrice générale de l’agence de la santé et des services sociaux de la Gaspésie, Yolaine, Galarneau, spécifie cependant que les ambulanciers n’effectueront pas le sauvetage en forêt. «Ils se rendent aux points de rencontre. Le sauvetage est effectué par les municipalités, par les services de sécurité publique.»

Une première

Selon M. Baril, ce système de localisation en forêt serait le premier du genre à exister au Québec. «On y travaille dans le Bas-Saint-Laurent, mais ce n’est pas terminé.» précise le directeur régional de Rexforêt, Jean l’Heureux.

C’est d’ailleurs sa compagnie qui a été en charge de répertorier les routes carrossables et d’y annexer des points de rendez-vous répertoriés sur GPS.

L’agence de la Santé et des Services Sociaux a investi, depuis les cinq dernières années, environ 100 000 $ dans ce projet, selon M. Baril.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.