Gastronomie

Le goût de la forêt gaspésienne

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Lydia Martin Bérubé, copropriétaire du Frontibus, l’une des dernières nées des microbrasseries gaspésiennes

Lydia Martin Bérubé, copropriétaire du Frontibus, l’une des dernières nées des microbrasseries gaspésiennes Photo : Geneviève Gélinas

RIVIÈRE-AU-RENARD, décembre 2017 – Les Gaspésiens auront plus d'occasions que jamais de boire « local » lors de leurs réjouissances de fin d'année. La région compte maintenant six microbrasseries et deux distilleries, en plus de producteurs d'alcools de fruits, de vin et d'hydromel. GRAFFICI vous les présente dans les prochains jours, sur le web et dans le journal. Aujourd'hui, la Tripel boréale du Frontibus, à Rivière-au-Renard.

GRAFFICI a demandé aux artisans de décrire une de leurs boissons typiquement gaspésienne et de dire à qui ils aimeraient la faire goûter.

La microbrasserie Au Frontibus a ouvert ses portes dans une ancienne épicerie de Rivière-au-Renard, le 16 septembre. On y brasse notamment la bière Tripel boréale au thé du Labrador, champignon chaga et poivre crispé (le fruit de l’aulne).  « C’est la bière qui goûte une balade en forêt gaspésienne. Quand le soleil tape sur les conifères après la pluie, il y a une odeur sucrée qui se dégage », décrit Lydia Martin Bérubé, copropriétaire du Frontibus avec son conjoint Patrick LeBlanc et sa mère Claudia Martin.

Pour qui?

« Pour mon beau-frère, pour lui faire raconter des histoires de chasse. Elle se boit lentement et avec 9,2 % d’alcool, elle finit par dégêner! », dit Lydia Martin Bérubé.

-30-

À lire aussi :

Le Voile de la mariée du Malbord

Des champignons dans mon gin

Le gin de la Société secrète, à Cap-d’Espoir

Le vin de rhubarbe des Bourdages

L’hydromel aux cerises à grappes de John Forest

 

 

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.