Tourisme, Développement économique et exportation

Gîte du Mont-Albert : moins de services l’hiver prochain

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
L’hiver prochain, le Gîte du Mont-Albert sera fermé la majeure partie du mois de janvier, contrairement aux pratiques des dernières années.

L’hiver prochain, le Gîte du Mont-Albert sera fermé la majeure partie du mois de janvier, contrairement aux pratiques des dernières années. Photo : Gracieuseté SÉPAQ

PARC DE LA GASPÉSIE – Le Gîte du Mont-Albert, dans le parc de la Gaspésie, réduira ses périodes d’ouverture au cours de l’année qui vient, en dépit des discours gouvernementaux sur le développement du tourisme d’hiver.

Passé le temps des Fêtes, le Gîte fermera ses portes du 6 au 31 janvier 2014, pour rouvrir ensuite jusqu’au 30 mars. Les compressions touchent aussi d’autres saisons : l’auberge sera fermée les deux dernières semaines d’octobre 2013. En 2014, son ouverture pour l’été sera retardée au 20 juin, plutôt que le 7 juin cette année.

«On module en fonction de la demande. Ça ne sert à rien d’ouvrir si on n’a pas l’achalandage», justifie Élaine Ayotte, porte-parole de la SÉPAQ.

Contradictoire?

Dans sa stratégie, le gouvernement Marois prévoit pourtant 12,4 millions de dollars pour mettre en valeur les Chic-Chocs, «incluant un important volet dédié au tourisme hivernal».

Stéphane Gagnon, propriétaire et chef-guide de Ski Chic-Chocs de Sainte-Anne-des-Monts, a du mal à comprendre le lien entre les discours et les actes. «De dire qu’on veut développer, c’est une chose. Mais ce n’est pas en fermant qu’on invite les gens dans la région.»

Ski Chic-Chocs «pige» une partie de sa clientèle parmi les clients du Gîte, précise M. Gagnon. «La saison hivernale est déjà courte, [fermer en janvier] ne nous laisse pas grand temps d’opération.»

Des impacts en Haute-Gaspésie

«C’est tout sauf une bonne nouvelle», réagit Hugo Caissy, président de la Chambre de commerce de la Haute-Gaspésie. Des organismes pourraient renoncer à tenir des congrès dans le secteur en apprenant que le Gîte est fermé, craint M. Caissy. Les employés vont aussi travailler un mois de moins, note-t-il.

La SÉPAQ n’a pas renoncé à développer son auberge, insiste Élaine Ayotte. «On va changer le menu du Gîte, offrir un trois services de base plutôt que quatre, dit-elle. La tarification sera modulée en fonction de l’offre et de la demande. Et on veut entreprendre un programme de rénovation des chambres cet automne.»

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.