Tourisme

Gespeg abandonne son projet de relance de Fort-Prével

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
La SÉPAQ continuera de faire fonctionner Fort-Prével malgré le désistement des Micmacs, indique une porte-parole.

La SÉPAQ continuera de faire fonctionner Fort-Prével malgré le désistement des Micmacs, indique une porte-parole. Photo : Geneviève Gélinas

GASPÉ – Les Micmacs de Gaspé abandonnent l’idée de créer un complexe touristique autochtone à l’Auberge et golf Fort-Prével, un projet de 10 millions de dollars inclus dans la stratégie d’intervention du gouvernement Marois.

Gespeg souhaitait acquérir Fort-Prével de la SÉPAQ pour rénover et relancer le site en lui ajoutant des couleurs autochtones. Ce projet est « mis au rancart », annonce le chef Claude Jeannotte. « C’est trop gros, on n’avait pas la certitude que Québec allait mettre les millions. »

 

La SÉPAQ continue

 

À la SÉPAQ, la porte-parole Élaine Ayotte indique que sa société « n’a pas eu de discussions dernièrement avec les Micmacs ». « On va continuer d’opérer Fort-Prével », dit-elle, précisant que la SÉPAQ n’a pas d’autre promoteur en vue.

 

Fort-Prével est déficitaire, après une baisse des nuitées de 37 % entre 2010 et 2012. Les données ne sont pas encore compilées, mais 2013 n’a pas permis d’augmenter l’achalandage, indique la porte-parole.

 

L’Auberge et golf Fort-Prével a employé 40 personnes cette année, comparativement à 60 en 2012.

 

Un autre projet sur le feu pour les Micsmacs

 

Le conseil de bande souhaite plutôt concentrer ses efforts et ses finances sur le déménagement du centre administratif de Gespeg de Pointe-Navarre vers Corte-Real, un projet de 5 à 7 millions de dollars. Le centre, situé dans une ancienne école jugée vétuste, serait reconstruit sur les terrains de l’ancien ciné-parc de Corte-Real, racheté par les Micmacs.

 

Le terrain de l’école, qui serait démolie, accueillerait les tipis et autres installations extérieures du Site d’interprétation micmac de Gespeg, actuellement peu visibles de la 132. « On veut mettre le site sur un terrain plat et offrir des couchers dans les tipis. C’est quelque chose qui intéresse les Européens », explique M. Jeannotte.

 

Gespeg souhaite réaliser son projet en 2014, avec 80 % d’aide de Québec et d’Ottawa.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.