Affaires policières et juridiques

Georges Mamelonet accusé de pêche illégale d'oursins

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le député de Gaspé fera face à la justice. Il est accusé de pêche illégale d'oursins

Le député de Gaspé fera face à la justice. Il est accusé de pêche illégale d'oursins Photo : Thierry Haroun

Le député libéral de Gaspé et adjoint parlementaire au ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ), Georges Mamelonet, comparaîtra au palais de justice de Percé le 2 avril pour faire face à des accusations de pêche illégale d’oursins.

Selon le ministère des Pêches et des Océans, M. Mamelonet a enfreint la Loi sur les pêches. Il aurait pêché l’oursin sans détenir de permis.

Georges Mamelonet doit comparaître au palais de justice de Percé au début du mois d'avril.

S'il est reconnu coupable, il est passible d'une amende pouvant aller jusqu'à 100 000 $.

Joint au téléphone par GRAFFICI.CA, le député de Gaspé a confirmé qu’il n’a pas l’intention de plaider coupable même s’il admet avoir pêché de 40 à 50 livres d’oursins entre le 1er juillet et le 30 août 2011 sans détenir de permis.

M. Mamelonet précise que le permis exploratoire qu'il détenait depuis les années 80, lui permettant de pêcher une petite quantité d’oursins chaque année, n'a pas été renouvelé au début des années 2000 en raison de changements administratifs chez Pêches et Océans. 

Malgré ces modifications, le député libéral confirme qu’il a continué à pêcher tout en sachant qu’il ne détenait pas de permis. Ses récoltes était destinées à son restaurant de Percé. «Les recettes d’oursins sont parmi les plus populaires à mon restaurant. Je ne pouvais pas arrêter. Je ne me suis jamais caché de cette pratique. J’ai toujours pêché à la même place à la vue de tous», explique-t-il.

Au début de l’été dernier, des agents de Pêches et Océans ont rappelé à M. Mamelonet qu’il n’avait pas le droit de poursuivre cette pêche sans permis. «J’ai répondu que j’allais continuer et j’ai par la suite appelé à la direction régionale pour trouver une solution, mais je n’ai pas eu de retour d’appel», indique le député.

M. Mamelonet estime qu’il n’a rien à se reprocher. Il a l’intention de défendre son «droit acquis» devant le tribunal. «Écoutez, tout le monde était au courant que je pêchais de petites quantités d’oursins pour mon restaurant. Je le fais depuis trente ans en tout respect des écosystèmes. Soyez assuré que je défendrai mon point de vue en avril prochain», a-t-il lancé.

Le député de Gaspé dit avoir prévenu le bureau du premier ministre, Jean Charest, et le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, Pierre Corbeil, dès la réception de l’avis de comparution au palais de justice de Percé.

Il affirme qu’il respectera la décision du premier ministre s’il lui retire ses responsabilités d’adjoint parlementaire au ministre Corbeil.

Le Parti québécois demande d’ailleurs à Jean Charest d’agir en ce sens. «Un élu a l’obligation de montrer l’exemple. Dans le cas présent, il est troublant de constater que le député de Gaspé aurait commis un geste illégal pour le bénéfice de son entreprise», a déclaré par voie de communiqué le député de Matane, Pascal Bérubé.

9 commentaires

Atilio Barcados@yahoo.ca a écrit le 16 octobre 2012

Biologiste et plongeur sous-marin, je trouve cette accusation ridicule de la part des animaux du ministère: les oursins sont des animaux dont la présence en grand nombre indique un débalencement de l'environnement. Leur grand nombre détruit toute flore et avec les étoiles de mer il ne reste même plus de coraux. Des secteurs entiers des fonds marins meurent: les poissons en sus. Il ne reste que l'eau claire. La pêche aux oursins devrait s'intensifier de toute façon les oeufs sont très bons.

Dominique Bourget a écrit le 1 mars 2012

Exiger la démission d'un élu qui travaille fort pour son comté sous prétexte qu'il a pêché 50 livres d'oursin, c'est réellement exagéré. C'est l'histoire de la Gaspésie: riche en ressources diverses, mais soumise à diverses lois qui empêchent les résidents d'en profiter. Qu'on lui donne un permis de pêche artisanale, voyons donc, et qu'on le laisse tranquille. Ce n'est pas lui qui va vider l'océan de ses oursins, mais bien les pêches industrielles qui en cueillent de grandes quantités annuellement pour les envoyer vers l'Europe. Est-ce vraiment l'oursin qui est en cause ici, ou est-ce de la magouille gouvernementale pour se débarasser de ce député très impliqué dans son millieu de vie? On peut se poser la question.

Danny Boyle a écrit le 11 février 2012

Moi je remercie M.Mamelonet… Faire découvrir ce précieux mets sous exploité!!! Manque total de jugement… Un seul phoque en mange autant dans une demi-journée. Faut croire qu'il est plus difficile de rappeler quelqu’un à l’ordre que de le détruire!!! C’est si beau une tempête… mais pas dans un verre d’eau!!!

Hugues Lantin a écrit le 11 février 2012

J'ai goûté aux langues de morue avec sauce aux oursins au restaurant de l'Atlantique à Percé: un délice pour le palais. L'oursin a davantage à être commercialisé au Québec. Les japonais en rafolle depuis longtemps. Je déplore le fait que Pêches et Océans n'ait pas pu régulariser la problématique de permis avec le réputé restaurateur tel qu'Il l'a demandé. Les oursins sont en abondance dans la zone où ils sont cueillis. La cueillette se fait manuellement, c'est loin d'être une pêche industrielle massive. Un permis peut être émis en un rien de temps et à peu de frais. De plus, la vente du plat exquis rapporte des taxes aux gouvernements. Le restaurateur ne cache rien: les oursins font partie de son menu estival au restaurant et ils sont cueillis publiquement. Il a demandé de régler la situation mais sans réponse. Bien sûr tout ça met dans l'embarras le député restaurateur mais encore une fois on voit bien qu'avec le féféral c'est toujours complexe d'où l'ultime nécessité de faire du Québec un pays.

m Fournier a écrit le 11 février 2012

ca ressemble a des chicanes électorales ça , du salissage publis en vue d'éliminer la compétition pour les prochaines élections .

luc gionest a écrit le 10 février 2012

j en reviens pas !!! dans quel monde vivons nous????  Vouloir intenter un proces a un individu pour des bestioles sans valeur est le comble de la folie .je me pose la question ??? quel tort a ete causé??? a la ressource ??? non a un pecheur ??? non a un etat ???? non y t il quequ un en gaspesie qui puissent affirmer avoir ete brime par la capture de quelques oursins ???? a mon avis certainnement pas . le ministere des peches et des oceans affirmera qu il est le maitre de la gestion .... et quel gestion hein lorsqu on voit le desastre dans les stocks de morues !!! lorqu on voit les populations de phoques qui augmentent de facon exponentielles!!! alors bravo pour ce beau travail au ministere des peches et oceans..

Tom Eden a écrit le 10 février 2012

Un petit peu farfelu le député de Gaspé et adjoint parlementaire au ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, on s'entend? Pendant ce temps, Jean Charest part lui aussi en expédition de pêche. La pêche pour un nouveau candidat libéral à Gaspé...

Poirier Ed a écrit le 10 février 2012

Pourquoi M. Memelonet se pense-t-il au-dessus des lois? J'espère que la justice suivra son cours normalement et que les lois seront respectées, même si monsieur s'en pense exempté.

Bourdages Gabriel a écrit le 10 février 2012

Rien de moins que la démission du député devrait être exigé. Il est le premier à devoir donner l'exemple. Si est trouvé non coupable, alors nous avons tous le droit de chasser où de pêcher des moules et coques parce que nous avons un restaurant, Non merci M. le député

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.