Politique

La Gaspésie a maintenant sa charte des paysages

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Les représentants des différentes organisations ayant, jusqu'ici, adhéré à la Charte des paysages de la Gaspésie.

Les représentants des différentes organisations ayant, jusqu'ici, adhéré à la Charte des paysages de la Gaspésie. Photo : Gracieuseté: CRÉGÎM

SAINTE-ANNE-DES-MONTS – La Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CRÉGÎM) a dévoilé, vendredi à Sainte-Anne-des-Monts, la Charte des paysages de la Gaspésie. 

Le ministre délégué au Tourisme, Pascal Bérubé et le ministre responsable de la Gaspésie, Gaétan Lelièvre, ont pris part à l'événement, qualifié par certains d'historique.

En adoptant cette charte, les élus espèrent sensibiliser les décideurs et la population de la région à la valeur et la fragilité des paysages de leur territoire. Ils les incitent à entreprendre une démarche de protection et de mise en valeur du patrimoine paysager de la Gaspésie.

«Les paysages présentent un avantage concurrentiel et un potentiel unique reconnu internationalement», a déclaré, lors de la présentation du document, le chargé de projet de la CRÉGÎM, Aurélien Bisson, à l'issue d'un an de travail d'élaboration. Il a notamment rappelé les distinctions accordées à la région par le National Geographic Traveler et l'Atlas routier Michelin.

Dans la Charte des paysages, la vision de la Gaspésie est énoncée comme suit: «Le paysage de la Gaspésie est reconnu internationalement pour son unicité, pour son caractère naturel et spectaculaire. Il est garant du cadre de vie des Gaspésiens et il contribue, de façon importante, au développement de la région, notamment sur le plan de son industrie touristique, dont il est la matière première.»

Intégration de la charte au développement

L'entrée en vigueur de cette charte des paysages facilitera la reconnaissance et la valorisation de certains attributs que possède la Gaspésie. C'est, du moins, ce qu'a soutenu le chargé de projet. «On a les 25 sommets les plus hauts du Québec et on n'a pas de route des montagnes comme dans Charlevoix», a-t-il mentionné. 

Il est aussi prévu de demander la participation d'Hydro-Québec pour qu'elle intègre la charte à ses actions. «Quand on fait des photos de paysages, on le fait à travers les fils électriques, a indiqué M. Bisson. L'enfouissement des fils, il faudrait y penser.»

Partenaires

L'agent de concertation et de développement de la CRÉGÎM, Vincent Landry, a indiqué qu'en l'espace de seulement un mois, la charte compte déjà 36 adhérents, dont des ministères, des MRC, des municipalités, les trois parcs nationaux du territoire, l'Association touristique de la Gaspésie et certains attraits. Parmi les ministères, celui du Tourisme ne s'y trouve pas.

Après l'Estrie et Les Laurentides, la Gaspésie est la troisième région à se doter d'une charte des paysages, ce que semblait ignorer le ministre délégué au Tourisme. «Vous êtes les premiers au Québec, a lancé Pascal Bérubé. Aucune autre région n'a ça.»

1 commentaire

Michel Denis a écrit le 22 avril 2013

Je salue l'initiativebde la CRÉGÎM ,une charte des paysages ,excellente idée!Bravo!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.