La Gaspésie invitée à l’Oktoberfest des Québécois

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
L'Oktoberfest des Québécois qui se tient en fin de semaine à Repentigny est le premier événement à l'extérieur de la région auquel participe la microbrasserie le Pit Caribou de L'Anse-à-Beaufils.

L'Oktoberfest des Québécois qui se tient en fin de semaine à Repentigny est le premier événement à l'extérieur de la région auquel participe la microbrasserie le Pit Caribou de L'Anse-à-Beaufils. Photo : Courtoisie

La Gaspésie sera à l’honneur à l’occasion de la 6e édition de l’Oktoberfest des Québécois qui se tient en fin de semaine à Repentigny.

Après un court séjour dans la région, les organisateurs de l’événement ont en effet choisi la Gaspésie pour le lancement d’un nouveau concept, La région à l’honneur, qui vise à promouvoir les richesses brassicoles et gourmandes d’un coin du Québec.

«On sait que la bière brassée en Gaspésie est d’excellente qualité, mais elle demeure trop peu connue. Et puisque notre mission est de faire connaître les produits québécois, le choix de la Gaspésie s’est fait naturellement», explique Gabrielle Lavallée, adjointe à l’organisation de l’événement.

Les festivaliers seront donc invités à découvrir les produits de la région dans un pavillon aux allures côtières, où seront réunis des producteurs de la péninsule, dont les microbrasseries Le Naufrageur de Carleton et le Pit Caribou de L'Anse-à-Beaufils.

Premier événement à l'extérieur

Pour les propriétaires de la microbrasserie le Pit Caribou, il s’agira d’une première participation à un événement à l’extérieur de la région. «Ça tombe à point parce qu’on a une bonne demande provenant de l’extérieur. Beaucoup ont soif de notre bière et ça va nous faire plaisir de les rassasier, le temps du festival», lance Benoit Couillard, copropriétaire de l’établissement.

M. Couillard ajoute que c’est une bonne façon de se faire connaître et d’ouvrir de nouveaux marchés. Il précise cependant que l’objectif premier de sa microbrasserie est d’approvisionner le marché local. «On préfère voir nos produits dans l’épicerie du coin, plutôt que dans un commerce spécialisé en ville. On souhaite d’abord que les gens d’ici s’approprient nos produits», mentionne-t-il.

Actuellement, un peu moins de 20% de la production annuelle du Pit Caribou est exportée à l’extérieur de la région.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.