Politique

Gaspé doit trouver un million pour boucler son budget

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Gaspé doit trouver 1 million $ afin de boucler le budget 2014 qui sera adopté à la mi-janvier.

Gaspé doit trouver 1 million $ afin de boucler le budget 2014 qui sera adopté à la mi-janvier. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – L'année 2014 amène tout un défi pour le nouveau conseil municipal de Gaspé qui doit trouver un million de dollars pour boucler son budget en raison des diminutions des transferts gouvernementaux.

« On est confiant de réussir à le trouver. La situation financière de la Ville de Gaspé est saine. Il y a un certain surplus dans nos coffres qui peut servir à nous donner un coup de pouce », explique le maire, Daniel Côté.

Les nouveaux calculs de la TVQ en raison du nouveau pacte fiscal auront des impacts importants et l'augmentation de la richesse foncière prive la Ville d'un montant de 400 000 $ en péréquation.

« Notre objectif est de ne pas couper les services à la population et garder un compte de taxes compétitif. Est-ce que les gens peuvent s'attendre à un gel de taxes? La réponse est non », affirme M. Côté.

Il souligne que l'augmentation sera « la plus responsable possible », l'objectif étant de s'aligner sur le taux d'inflation « sur une perspective à moyen terme ».

Le budget sera adopté à la mi-janvier.

Le pétrole

Le dossier des hydrocarbures reviendra rapidement à l'avant-scène avec l'adoption prévue par Québec du règlement sur l'eau potable qui viendra supplanter celui de Gaspé.

« Le souhait de la Ville de Gaspé est de voir se développer dans la région de dossier des hydrocarbures, dans le respect de la population, de l'environnement et de l'eau potable », explique M. Côté.

Le litige entre Gaspé et Pétrolia se déroulera devant le tribunal en janvier. Pétrolia tente de faire invalider le règlement municipal sur l'eau.

Autres dossiers

L'approvisionnement en eau demeure une priorité. La mise à niveau des réseaux d'aqueduc du centre-ville de Gaspé et de Rivière-au-Renard nécessite des investissements de plus de 20 millions $. Gaspé souhaite obtenir les mêmes subventions gouvernementales que les villes comparables.

« Gaspé n'aura pas les moyens de se permettre des réseaux subventionnés à 50 %. Québec a modifié ses programmes d’aides financières. Sous l'ancien programme, des villes comme Rimouski, Matane, Baie-Comeau, Thetford Mines ont touché des subventions de 75, 80 même 88 % dans le cas de Thetford Mines. Ce sont des villes en bonne position financière », explique M. Côté.

Le développement de l'offre commerciale, la fin des travaux de la salle de spectacle et de Berceau du Canada sont aussi des dossiers prioritaires pour l'administration.

Des réflexions seront lancées aussi sur la revitalisation de Rivière-au-Renard à la suite des travaux majeurs d'infrastructures et de réaménagements routiers qui ont eu lieu au cours des dernières années.

11 commentaires

Albert Labranche a écrit le 5 janvier 2014

Les puits de pétrole et gaz sont a des milliers de mètres. Contrairement a ceci. Regardez figure 2 http://www.mddep.gouv.qc.ca/eau/souterraines/puits/demystifier.htm

Albert Picard a écrit le 5 janvier 2014

Son trip de spéléologie ne tirant pas encore à sa fin, une exposition plus détaillée de cette grottophillie serait la bienvenue. Chose que j'ai apprise pour sûre, c'est que les eaux de surface traversent tous les types de sol. Elles filtrent inexorablement et lentement vers les tréfonds de la terre pour former les nappes phréatiques. Traditionnellement ces nappes alimentent les puits et les sources d'eau potable.

Albert Labranche a écrit le 5 janvier 2014

M. Picard Le petit détail comme vous dites, c'est que ailleurs dans le monde, EUX veulent savoir. N'ouvrez pas le coffre il y a peut-être de l'argent dedans. Attendons que les autres nous en donne. Arrêtez avec ces sottises de contamination de la nappe phréatique. Oui des accidents en surface sont arrivés. Rien ne traverse un kilomètre de roc solide. Les grands argentiers qui prétendent que ce n'est pas rentable, vous feriez mieux de garder votre travail de jour (si vous en avez un) et laissez ceux qui investissent des centaines de milliards prendre les décisions. Ils se débrouillent assez bien. Si vous ne voulez que la charité laisser ceux qui veulent progresser aller de l'avant. Regardez les nuages et attendez votre dépôt automatique.

Albert Picard a écrit le 4 janvier 2014

Il manque un détail à la pseudo-analyse de M. Labranche, un détail tellement petit qu'il invite tous et chacun à regarder ailleurs dans le monde : Ce petit détail c'est qu'il n'y a rien qui prouve que commercialement on peut exploiter des réserves d'hydrocarbures en Gaspésie, dans le golfe québécois et à Anticostie. J'ai hâte d'entendre l'argument de PETROLIA devant le juge : "on veut forer par fracturation avec la fâcheuse conséquence qu'on va polluer la nappe phréatique, et cela sans être capable de prouver au préalable que ça vaut le coup. Ce pendant monsieur ou madame le juge une Ville comme Gaspé nous empêche de forer avec son règlement sur l'eau potable"

Albert Labranche a écrit le 4 janvier 2014

La survie du plus apte, pas du plus fort, APTE come celui qui s'adapte.

Albert Labranche a écrit le 4 janvier 2014

M. Marc-Antoine Vous n'avez qu'a regardez ce qui ce développe ailleurs au monde. Les emplois ne peuvent pas toujours se trouver au bout du quai. Mais c'est certain que a toujours dire non vous serez occupé a manifester contre ce que vous percevez comme les injustices du système. L'Europe se range pour l'exploration et l'exploitation du gaz et pétrole. Pourquoi? Des milliards en investissements. des millions des gens au travail et des baisses de couts pour l'énergie. Demandez aux gens qui n'ont plus de chauffage ou ceux qui se feront débrancher en Avril ce qu'ils pensent des soudeurs de tuyaux subventionnés ou des écolos qui ne veulent pas de baisse de couts pour le chauffage.

Marc-Antoine V. L. a écrit le 3 janvier 2014

@ Albert Labranche C'est vrai qu'utiliser l'argent venant d'une exploitation gazière ou pétrolière est une excellente idée. L'histoire démontre clairement que c'est l'idée du siècle. Si vous avancez l'idée de créer des emplois avec l'extraction du pétrole, j'aimerais vraiment que vous m'exposiez votre modèle. Un puit de pétrole nécessite t'il AUTANT d'employer afin de fonctionner correctement?

Albert Labranche a écrit le 3 janvier 2014

Imaginez ce scénario ici. http://www.contrepoints.org/2014/01/03/152068-eolien-une-surfacturation-illegale-de-plusieurs-milliards-deuros

Gaston Langlais a écrit le 2 janvier 2014

Bonsoir et Bonne Année malgré tout. Une première "solution" serait d'augmenter les taxes comme il fut si facile de le faire dans les années plus fastes. Mais attention, des contribuables sont sur le point de suffoquer. Plusieurs sont présentement acculés à la marge. La deuxième solution serait de commencer à vivre selon nos moyens. Nos prédécesseurs savaient faire beaucoup avec peu. Nous, leurs "savants" descendants et héritiers avons vite appris à faire peu avec beaucoup. Voilà un grave problème et comment on a réussi à gaspiller un pays tout entier. La troisième solution serait de ne plus mettre les bâtons dans les roues du développement si jamais une opportunité se présentait. Pendant plus de vingt ans, la Ville de Gaspé s'est spécialisée dans l'éviction de gens assez braves pour investir ou tenter de le faire ici. D'autres municipalités ont fait exactement la même chose ce qui m'a amené à écrire, il y a plusieurs années, sur le pays des interdits (Oui notre Gaspésie). Nos administrations municipales aux horizons ratatinés et le bon peuple mou et tolérant récoltent maintenant les fruits de leurs efforts. La moisson est plutôt désastreuse et le pire ne s'est pas encore manifesté, il est à venir. Aujourd'hui, alors que les temps sont plus difficiles, il nous reste qu'à pleurer sur notre sort en souhaitant que quelqu'un veuille bien un jour s'occuper de nous. Gaston Langlais - Gaspé.

Albert Labranche a écrit le 2 janvier 2014

Pourquoi pas travailler au lieu de quêter?NOUVELLE NOUVELLE LE PETROLE ET LE GAZ Essayez voir, ca marche.

Joseph Leblanc a écrit le 2 janvier 2014

Pis des nouvelles de Québec ???? 1 an déja pour faire un règlement sur l'eau . Une chance qu'ils écrivent pas la constitution LOLLL pas fort fort fort

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.