Gaspé : 100 manifestants pour le développement pétrolier

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
David McCallum, au micro, estime que les «vrais Gaspésiens» souhaitent développer le pétrole.

David McCallum, au micro, estime que les «vrais Gaspésiens» souhaitent développer le pétrole. Photo : Geneviève Gélinas

Une centaine de personnes ont manifesté mardi soir en faveur du développement pétrolier à Gaspé, à l’appel du Regroupement pour l’avancement économique de la Gaspésie.

Les organisateurs ont parsemé les alentours de l’Hôtel de ville de pancartes «Oui au pétrole à Gaspé». Luc Desrosiers, un entrepreneur en déneigement, en avait mis une sur sa tractopelle. «On veut du pétrole à Gaspé, des emplois, pour que nos enfants reviennent, dit-il. Si on ne risque rien, on n’aura rien. Il faut développer, pas rester au même stade.»

David McCallum, l’un des organisateurs, a lancé à la foule que leur manifestation est la «première page» de l’histoire du développement pétrolier à Gaspé.

Une solution pour le cégep et le train

La municipalité a adopté un règlement sur l’eau potable qui empêche Pétrolia de forer Haldimand n° 4, a rappelé M. McCallum, qui est aussi administrateur et actionnaire de Pétrolia. «Ces gens-là [Pétrolia]  sont chez nous depuis 2005, ils ont investi des millions chez nous, et comment on leur dit merci?»

Selon lui, la Gaspésie tient une solution pour sauver son cégep, qui pourrait former des travailleurs du pétrole, et son chemin de fer, puisque le pétrole pourrait être expédié par train.

Les «vrais Gaspésiens» en veulent

M. McCallum juge que les «vrais Gaspésiens» souhaitent le développement pétrolier. Ils ne doivent pas laisser «des gens de l’extérieur, des gens qui n’ont pas des noms de famille comme les nôtres» l’empêcher.

M. McCallum craint que si Gaspé refuse ce développement, Pétrolia crée des emplois à Mont-Joli ou sur la Côte-Nord plutôt qu’à Gaspé pour exploiter le pétrole d’Anticosti.

Gaétan Lelièvre présent

Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, était à la manifestation. «Il y a des gens qui ont des aspirations et des craintes. C’est mon rôle de les écouter. On s’en vient avec un règlement sur l’eau potable. Si on l’avait eu avant, on n’en serait pas là», a-t-il dit en blâmant le gouvernement libéral.

Les manifestants devaient marcher jusqu’au centre-ville. Vu le froid et la taille modeste de la foule, les organisateurs ont plutôt invité les manifestants à monter dans leur automobile et à rouler en procession sur le pont.

35 commentaires

rene beaudoin a écrit le 22 mars 2016

Pourquoi ne pas utiliser notre propre pétrole ,quand nous en avons déjà chez nous ,c'est ridicule cet obstination c'est comme si quelqu'un tirerais profit de cette décision ,sinon brûlons notre pétrole mon dieu cessons de mémérer S V P. Rene Beaudoin

rene beaudoin a écrit le 22 mars 2016

Pourquoi ne pas utiliser notre propre pétrole ,quand nous en avons déjà chez nous ,c'est ridicule cet obstination c'est comme si quelqu'un tirerais profit de cette décision ,sinon brûlons notre pétrole mon dieu cessons de mémérer S V P. Rene Beaudoin

Épars Didier a écrit le 5 mars 2013

De la part d'un immigré (assurément faux tous) depuis plus de 30 ans au Québec, cela me réjoui de voir ce monsieur faire la quasi unanimité sur sa xénophobie. Qui est celle des exploiteurs le plus souvent. Merci ami Gaspésien de ne pas prendre cette ornière redoutable. Tous Citoyen du monde, nous devons agir localement pour avoir un effet globale.

Martin Zibeau a écrit le 2 mars 2013

Beaucoup de bruit pour rien ??? La province de Québec, selon le ministère des ressources naturelles, utilise en une année, 141 millions de barils de pétrole (chiffres de 2010). Le potentiel exploitable de la Gaspésie toute entière, selon les chiffres de Pétrolia et Junex cités par le Devoir, sont de 20 millions de barils au total et si tout va bien. Reprenez-moi quelqu'un si je me trompe, mais si on saigne à blanc la Gaspésie, on obtient 52 jours de pétrole pour le Québec. Pas très excitant pour le citoyen ordinaire. Par contre, le citoyen qui ne pense qu'à l'argent (et qui a des intérêts dans une des compagnie qui vise le motton) n'a pas trop de problème avec le montant que représente 20 millions de barils à près de $100 le baril. Donc, deux mois de pétrole pour l'ensemble de la collectivité ou un bon paquet de dollars pour quelques privilégiés ... Huuuummm Sources : http://www.mrn.gouv.qc.ca/energie/statistiques/statistiques-import-export-petrole.jsp http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/292097/petrolia-en-gaspesie-reserves-de-petrole-confirmees

Madeleine Tremblay a écrit le 2 mars 2013

Voilà une question bien relative que de savoir qui est un vrai gaspésien.. Pour ma part, j'ai choisi , il y a plus de 30 ans de demeurer et travailler par ici et je me sens gaspésienne .La vraie question est de savoir de quelle façon notre région peut conserver sa valeur environnementale et sa qualité de vie tout en y trouvant de bons emplois pour y vivre .

kevin parent a écrit le 2 mars 2013

vrai gaspésien? ...  courage amis, restez vigilant et voyez claire, et ce, à long terme.

Joseph Leblanc a écrit le 1 mars 2013

Avant de traité M.McCallum de raciste faudraient ce garder a petite gêne et ce regarder dans le miroir .........Regarder le blogue a Manue.....................http://www.graffici.ca/blogues/bobardsbabin/2012/10/02/a-beau-venir-qui-vient-de-loin/

Marie-Eve Tessier-Collin a écrit le 1 mars 2013

Si j'habite la gaspésie depuis 8 ans, mais je ne suis pas native d'ici, je n'ai pas le droit de m'inquiéter ? Je ne suis pas une vraie gaspésienne ? C'est beau la discrimination, ça sauve la face quand on n'a pas de vrais arguments.

kevin parent a écrit le 1 mars 2013

vrai gaspésien? ... ... courage amis, restez vigilant et voyez claire, et ce, à long terme.

Mathieu Fournier a écrit le 28 février 2013

Au contraire, Monsieur Langlais, je vois plusieurs commentaires très terre à terre, particulièrement ceux qui encouragent la protection de l'eau potable (qu'elle soit terrestre ou intraterrestre, si vous voulez). J'ajouterais à votre intention que les insultes et le clivage forent la discorde et minent un débat sain. À moins que ce soit l'effet que vous exploriez ou que vous exploitiez.

Gaston Langlais a écrit le 28 février 2013

Bonjour, Il y a quelque temps, le canal D présentait une émission sur la présence des extra-terrestres parmi nous. La lecture de quelques commentaires me porte à croire que le programme diffusé par le D pourrait bien être crédible. Gaston Langlais - Gaspé.

Michel L. Fréchette a écrit le 28 février 2013

Le débat sur le Oui et le Non à cette échelle de grandeur relève d’une disproportion évidente. D’ailleurs tel que prédit, on tombe dans la provocation depuis longtemps et toujours venant des mêmes sources qui se relaient dans l’irresponsabilité croissante. En manque d’argument, nos « vrais » arrosent au napalm tout ce qui bouge dans le sens contraire. On se croirait chez Lalatown. Pas de discernement dans la passion, une vraie session de 728 en délire. Le OUI pour le pétrole rappelle un autre OUI mais pour un autre destin et rassemble quelques propagandistes en mal de publicité et démagogues d’arrière-garde qui se recyclent moyennant quelques pétrodollars. Ceux et celles qui les appuient le font certainement avec conviction et honnêtement croyant au destin de leur région. Leur ambition semble noble de voir la Gaspésie se développer économiquement et ramener nos jeunes au pays. Leur argumentaire s’épuise cependant dans les amalgames, tire dans tous les sens des fausses logiques et des syllogismes bancals et des impossibilités structurelles autant que des rendez-vous manqués avec la sagesse des enseignements reçus des « vrais gaspésiens ». Un rien sectaires et racistes (CIT « M. McCallum juge que les «vrais Gaspésiens» souhaitent le développement pétrolier. Ils ne doivent pas laisser «des gens de l’extérieur, des gens qui n’ont pas des noms de famille comme les nôtres» l’empêcher » FINCIT.) leurs chantres et leurs ménestrels ignorent probablement ou occultent que les actionnaires majoritaires de la pétrolières vivent pour la plupart hors frontières gaspésiennes, voire québécoises et même canadiennes et ne portent pas des noms de souche. D’ailleurs, outre le nom du bled qui sonne pour eux comme un signe de dieu (Gas-pésia), ils savourent que les millions prétendument dépensés à ce jour ont probablement été renfloués par des comptabilités complaisantes, des abris fiscaux et des programmes de subvention financés par nous, les payeurs de taxes. Plus encore, aucun dividende ou aucune redevance suintant de cette ressource ne semble avoir fait la couverture des journaux à ce jour même si l’entreprise occupe nos espaces depuis 2005. Par contre, la rapidité à appuyer sur la gâchette du journalisme sympathisant est remarquable pour toute autre dénonciation. Depuis son introduction en Bourse, le titre monte et descend au rythme des crises et des déclarations du président de la pétrolière et même de leurs actionnaires (on se souviendra de l’attaque verbale faite à une journaliste à Gaspé par un de ceux-ci) causant des sueurs de type « mélange santé, fractionnement assuré » à leurs actionnaires alors que la société dispose d’un quasi-monopole sur le territoire gaspésien. Se foutre le trépan à Haldimand 4 était suicidaire et d’une motivation qui ressemble à de la provocation surtout si son président connaissait la position des élus. En passant, le transport du pétrole par train est 30 fois plus risqué que celui par oléoduc. Vérifiez SVP. Un autre l’a dit mais c’est vrai. Le NON s’appliquait à l’origine à sauver quelques propriétaires situés à quelques mètres de la catastrophe annoncée quant au résultat mais discret quant à la méthode du procédé utilisable. On aura beau noircir des rapports disant que les liquides injectés ressemblent à des jus qu’on servirait aux enfants des dames d’Isabelle, j’invite l’auteur des propos distinguant les vrais des faux Gaspésiens à en boire un bon verre à SA santé. La mienne j’y tiens. Plus les experts débattent et les universitaires commandités s’époumonaient, plus la sainte vérité s’enfonce comme l’eau dans le sable d’où la méfiance légitime. N’eût été d’une extrapolation utile sur des territoires plus grands et avec des conséquences plus graves économiquement et socialement, la cause se serait réglée au Tim du coin avec un petit dédommagement (quelques bruns qu’on a vue chez la juge Charbonneau) accompagné d’une lettre d’avocat à « la Chasse Galerie » à parapher. Mais comme disait mon défunt père ; « des principes, ça ne se négocie pas ». Il ne suffisait plus qu’une étincelle dans le pétrole pour que la cause explose à la face de la planète d’autant plus que les protecteurs de type « belle-mère » commirent l’erreur d’utiliser le lance-flamme à distance respectable pour ensuite retourner dans leur retraite de silence où on apprécie encore plus leurs beaux discours. Convenons aussi que le moment était propice à quelques mois des élections municipales de novembre 2013 pour que les certains opportunistes des pouvoirs locaux (et j’écarte d’emblée les élu(e)s de Gaspé) s’unissent d’une seule voix pour appuyer Gaspé et ainsi tenter, opportunément, de redorer le lien de confiance avec leur population. Merci, mais le gouvernement arrivait pas la porte d’en avant. Imaginez que les maires de Mascouche, Laval, Montréal et d’autres démocraties de ce genre vous donne leur appui ? Ce NON sert aussi à la Gaspésie à s’identifier sur la planète car il sert encore à illustrer quelques réflexions de Pierre Valière dans les « Nègres blanc d’Amérique ». Je n’en dirai pas plus sur le sujet. Mais force est d’admettre que Gaspé sert de marqueur au débat des grands enjeux planétaires : doit-on sous prétexte de la fuite en avant du capitalisme essoufflé et de quelques jobs pour garnir les chiffres d’affaire de ceux qui ont fait mainmise sur la démocratie, de sacrifier à terme le futur de la vie sur terre? Est-ce une question pour les enfants de maternelle ou pour nos ainés dans les CHSLD ? Voilà l’inflation du NON dans la mesure où la planète entière est le théâtre de la pièce qui se joue sur le forage no 4. Étrange, ce petit vol du papillon. Pour le gouvernement, l’idée que le précédent exécutif eût été absent du dossier durant les dernières années préférant le bénéfice lucratif de pouvoir jouer au postier qui gère les enveloppes brunes devient un bénéfice inespéré. D’ailleurs, il sert ad nauseam d’intro à toutes les déclarations. Rappelons l’âge de la vénérable loi sur les mines pour dire cependant que la question ne date pas d’hier et que nous sommes tous collectivement coupables de négligence face à l’avenir de nos enfants. Mais, à notre décharge, il fut un temps encore récent où la conscience du citoyen valait un ticket pour un Goulag américain. Les dénonciateurs des malversations, collusions, corruptions ont la cote aujourd’hui comme un retour de Jean Pierre Ferland. Attention aux lendemains douloureux car les maîtres chanteurs ont bien le système en main et les mémoires sont maintenant logées dans serveurs protégés dans des sous-sols blindés d’édifices dont ils ont les clés. Notre gouvernement fera de la politique de rattrapage. Cela s’avère nécessaire car il y a le feu à l’auberge et l’aubergiste est à l’église. Mais la précipitation peut être mauvaise conseillère car l’enjeu est planétaire et d’autres collectivités y ont été confrontées. L’espérance de vie du présent gouvernement dicte l’agenda mais disons-nous que la population souhaite vivre durablement dans un environnement sain et que le pétrole sera encore là demain quoiqu’en disent les actionnaires de ces sociétés. Pour moi, il n’y a pas match. Pourquoi ne tomberions-nous pas d’accord entre les OUI et les NON pour accueillir une bonne vieille usine de cigarettes, des entreprises de décontamination, une bonne vieille prison, une bonne vieille cimenterie ou encore, toutes les usines de tri de déchets et de recyclage de tout ce qui se consomme comme en Afrique pour devenir la Déchetopôle du Québec. On a tout ce qu’il faut car le meilleur est déjà fait et on a de l’espace et des entrepreneurs visionnaires qui misent sur ce qui tombe de la table. Amusons nous encore quelques semaines d’ici la saison de la pêche et aux gens du OUI, ne perdez pas vos clés de vos chars tout en mettant vos noms dessus. On ne sait jamais, c’est comme anciennement les étiquettes des Amputés de guerre avec votre numéro de plaque. Votre nom est un gage de retour si vous les perdez mais seulement si vous êtes un « vrai ».

Albert Picard a écrit le 28 février 2013

Quelqu'un a-t-il déjà dit à m. l'anonyme J. Bernier d'aller dormir au lieu de noter des choses qu'il est encore tout à fait incapable de formuler. Ce n'est pas lui qui détermine sur quoi le débat doit porter, comme ce n'est pas m. MccaCalume de décider qui a droit de parole. Par contre, si nous voulons faire place à un débat intéressant, faisons d'abord une analyse pertinent de la place que nous voulons tous occuper au chapitre de la grande filière énergétique dans notre région (et dans notre province).

Gaston Poirier a écrit le 27 février 2013

@ J Bernier : le nombre d'emplois en phase "production" pour Haldimand (10-15) est une donnée provenant de Petrolia. D'autres gens pensent que c'est moins (en fait, ça dépend du nombre de pompes et on n'a pas cette info). En phase de forage, on parle de +/- 50 emplois sur une période de quelques mois, la plupart étant par des gens de l'extérieur (des faux gaspésiens!). Aussi, quand vous insinuez que le maire Roussy (un semi-vrai gaspésien!) ne peut se servir d'un ordi, peut-être qu'il sais s'en servir pour autre chose que la Bourse, lui! En passant, M. Bernier, c'est plutôt à vous de vous réveiller : comme McCallum (un vrai gaspésien!), Langlais (un vrai gaspésien!) et Proulx (un faux Gaspésien), l'argent vous endors ou vous aveugle! Réveillez-vous, on peux pas faire du développement sans penser aux effets collatéraux! On est plus en 1875 ou en 1921! On est en 2013, simonak!

Mathieu Fournier a écrit le 27 février 2013

Mettons qu'avec des propos comme ceux-là, faudrait pas s'attendre à ce que M. Mcallum remporte le Nobel de la paix. Ni un prix Génie.

Chantal LeBreux a écrit le 27 février 2013

Que cette histoire de pétrole se concrétise ou non, les gens vont quand même aller dépenser leurs argents dans les grands centres...Montréal-Québec-USA Cela fait des années que la population du Grand Gaspé veulent un Wall-Mart et plein d'autres commerces mais beaucoup d'entreprises d'ici ont mis les bâtons dans les roues pour pas que cela ne se fasse. Alors, aujourd'hui vous me faites bien sourire avec toute cette petite guerre d'or noire !

J Bernier a écrit le 27 février 2013

Et bien méme si M. McCallum a fait une erreur hier soir, ce n'est pas l'enjeu principal de ce débat. Il n'y a pas grand monde ici qui se lèvent pour faire avancer le développement de la Gaspésie. Une gang assis devant leurs ordinateur a chialer sur des blog set sur les réseaux sociaux. Si vous désirer de l'argent du pétrole, et bien acheter des actions comme des centaines de personnes au Québec et en Gaspésie. Informez vous avant de dire n’importe quoi sur internet. @ M. Poirier, sur quoi vous baser vous pour vos prédiction en emplois. Encore des niaiseries des gens qui sont contre toute forme de développement . Le maire Roussy dit depuis des semaines qu'il ne sait pas ce qu'il y a dans les fluides de forage, et bien acheter lui un ordinateur et monter lui comment s'en servir. C'est sur internet depuis des semaines, un enfant le trouverais sans problème. Je félicite les entrepreneurs qui étaient présent hier car c'est grâce aux emplois qu'il ont créer depuis des années que des centaines de familles mettre du pain sur leur table. @madame Lebreux l'or noir, on serait des grands épais si on ne l'exploitait pas. Il y a une gang dans l'ouest canadien et a terre-neuve qui rient de nous. Une grosse bataille pour un seul puit, quand on en creuse des dizaine par jours ailleurs. Réveillez-vous, le train passe et les gens de Gaspé ne veulent plus le manquer...

Jannie Rochefort a écrit le 27 février 2013

" populiste", "opportuniste intéressé" et "partial" : voilà des mots dont vous devriez chercher la définition, M. Mc Cullum. Pour ma part, si j'avais le front d'inventer une définition du ""vrai"" Gaspésien, n'exclurais ces termes! Voilà décidément un homme qui prend ses concitoyens pour des imbéciles en tentant de leur faire avaler qu'ils sont "avec lui ou contre lui" ... Enfin, chers Gaspésiens, que vous soyez pour ou contre l'exploitation pétrolière, issus de la communauté anglo. ou franco., que vous y soyez depuis toujours ou depuis peu, exigez plus de nuance et d'intelligence des gens qui disent parler en votre nom. Et surtout, ne vous laissez pas définir aussi grossièrement par une personne qui a beaucoup plus d'intérêt pour ses poches que pour l'identité régionale.

Vincent LaBoissonnière a écrit le 27 février 2013

Juger les arguments des autres par rapport à leur nom de famille, c'est de la discrimination pure et simple. Un nom, c'est comme une couleur de peau, tu l'as à ta naissance pis ça ne devrait pas faire parti d'une rhétorique qui se veut pertinente. Allez-vous dire que si on n'a pas de piste de ski au Mont Béchervaise avec notre nom de famille dedans, c'est qu'on est pas un vrai Gaspésien (de Gaspé) pis qu'on devrait fermer notre gueule?

Gilles Thibodeau a écrit le 27 février 2013

Bonjour : Une centaine de personnes , toute une majorité silencieuse Messieurs . J'aimerais remercier Monsieur Mc quelque chose , pour son pathétique discours , oui je lui dis merci pour avoir fait vibrer la fibre Gaspésienne , oui enfin les Gaspésiens se réveillent , fini les beaux parleurs , fini les senteux de fric , dites ce que vous allez faire , dites que seront les redevances , dites ce que cela rapportera aux Gaspésiens ensuite on vous écoutera et on signera, Pour le moment ne venez pas joueur dans notre cours , nos maires surveillent. " groupe pour l'avancement à reculons" celle - là elle fait ma journée :lol:

patrick fortin a écrit le 27 février 2013

Quand il faut parti de Gaspé pour faire un peu d'argent c'est parce que c'est toujours les grosse poches qui en profite et ca vas être pareil pour petrolia combien de job sa vas donner après que la pompe vas être installer????!!!!! Et le transport par train et plus dangeureux qu'on pipeline .....

Jean-François Tapp a écrit le 27 février 2013

Reste maintenant à voir si le Regroupement pour l'avancement économique de Gaspé retirera toutes les signatures des «faux gaspésiens» de sa pétition...Au nombre de signatures d'un peu partout au Québec...ça ne fera pas un gros party! http://www.petitions24.net/signatures/haldimand4/start/0

Luc Méthot a écrit le 27 février 2013

Ces propos sont inacceptables. Plein de racisme et d'intolérance. Aucunement constructif, propos mensongers...Enlever le micro à cet individu, il me fait honte en tant que Gaspésien qui est ouvert aux autres, ouvert à tous et à toutes...

Mike Doyle a écrit le 27 février 2013

Je suis pour le développement pétrolier dans le respect de l'environnent. Mais SACREBLEU !!!! Comment un homme prétendant représenter d'autres gens peut-il avoir un discours de la sorte!!!! J'espère en tant que GASPÉSIEN voir apparaitre des excuses publiques de ce clown... Une belle façon de faire passer les Gaspésiens encore une fois pour une belle gang de nonos.... Ces propos là, sont ceux d'un seul homme qui à mon sens, ne mérite aucun respect et cela qu'on soit pour ou contre le développement pétrolier.

Michel Denis a écrit le 27 février 2013

À s'en tenir, aux propos fasciste de McCallum les vrais Gaspésien sont minorisés avec son groupe pour l'avancement à reculons ..! Qu'il s'excuse!

Eric Boucher a écrit le 27 février 2013

Bravo pour les 1000 personnes annoncées par votre regroupement contre l'eau potable! Belle parade en char aussi. M. McCallum, vos propos sentent le racisme. Quand un Gaspésien devient-il un vrai Gaspésien? J'aimerais que vous m'éclairiez. Un Gaspésien qui est né ici mais qui vit à Montréal depuis 15 ans est-il plus Gaspésien que quelqu'un qui vit ici par choix depuis 15 ans? Et quelqu'un de Petite-Vallée qui habiterait maintenant à Gaspé? Si ce genre de discours n'est pas tolérable envers un immigrant qui vit à Montréal; il ne l'est pas plus dans ce cas-ci. Et puis nombre de vrais Gaspésiens (selon votre définition) sont pour la protection des réserves d'eau potable des citoyens. Personne n'est dupe que votre Regroupement pour l'avancement économique de la Gaspésie mange dans la main de Pétrolia. S'il avait vraiment à coeur le développement économique de la Gaspésie, il demanderait des redevances dignes de ce nom au gouvernement. Parce que 1% pour la municipalité et 0.5% pour les MRC: c'est de la marde!

Kevin Randlett a écrit le 27 février 2013

C'est pas n'importe qui en plus qui affrirme ça! C'est un homme très influant à Gaspé! Je demande des excuse en mon nom personnel et au nom de tous les nouveaux arrivants. "MC CALLUM, David a fait des études en administration et est, à ce jour, dirigeant et propriétaire de plusieurs entreprises : Les Breuvages Gaspé inc. (franchise Pepsi-Cola) depuis 1984, Service Pause Café Mat. inc (franchise Café Van Houtte) depuis 1997 et Kwatroe Consultants depuis 2005." http://www.petroliagaz.com/fr/profil/dirigeants.php

Nadia Brodeur a écrit le 27 février 2013

Ne perdez jamais de vue que l'objectif principal de M. McCallum dans ce dossier est de remplir son compte en banque bien avant la création d'emplois ou la prospérité générale de la région! Il est actionnaire de Pétrolia! Il dira n'importe quoi pour que ce projet aille de l'avant! Je trouve ça vraiment ridicule qu'il tente de séparer une population pour son propre intérêt. Diviser pour mieux régner... c'est un classique! Ils ont de l'aide de firmes de relations publiques, ça saute aux yeux. Et malheureusement, beaucoup de nos concitoyens sont facilement manipulables!

Axel P a écrit le 27 février 2013

http://www.vigile.net/Speculation-et-democratie-le-cas Si après ça on entend encore parler d'une Gaspésie aux mains des Gaspésiens, c'est qu'on ne veut pas s'informer correctement.. société suisse détenue par un saoudien, des français et d'autres actionnaires inconnus qui se foutent pas mal de vos revendications nationalistes comme de notre environnement.. Je cite: "Loin d’être une compagnie exclusivement québécoise de laquelle on pourrait s’attendre qu’elle oeuvre dans les intérêts du peuple québécois, Pétrolia s’avère en fait être la propriété de spéculateurs internationaux. Pétrolia appartient à des membres de l’oligarchie pétrolière mondiale et est vouée à agir dans l’intérêt de cette dernière. Ces spéculateurs investissent en Gaspésie comme ils investissent partout ailleurs, ayant bien loin dans leur arrière-pensée la volonté d’encourager un développement régional conscient de l’environnement et de la communauté." Ceci est une simple loi de l'économie de marché, et nous somme juste assis sur "leur réserve d'or noir"...

Axel P a écrit le 27 février 2013

"M. McCallum juge que les «vrais Gaspésiens» souhaitent le développement pétrolier. Ils ne doivent pas laisser «des gens de l’extérieur, des gens qui n’ont pas des noms de famille comme les nôtres» l’empêcher." Un discours xénophobe en place publique, peut-on accepter cela au XXIème siècle sans sourciller?? Et que dire de ces gaspésiens que sont contre, et qui ont le malheur d'avoir "un vrai nom gaspésien", qui sont repris dans le discours de cet homme?? amalgame et préjugés extrémistes.

Thomas Castonguay a écrit le 27 février 2013

Ce commentaire (celui de M.McCallum) donne froid dans le dos à plus d'un!! Cela ressemble dangereusement à un début de pensé faschiste et la Gaspésie n'a pas besoin de s'enfermer dans un ''pattern'' xénophobe! Les nouveaux arrivants s'integre bien et sont souvent plus impliqués dans la communauté que plusieurs ''pur sang''!! Et, en passant, je suis Gaspésien ''pur sang'' et je suis contre l'explotation du pétrole.. Non M.McCallum! Mon opinion n'est pas forgé par la génétique!

Gaston Poirier a écrit le 27 février 2013

En plus d'être aveuglé par son argent et ses actions dans Petrolia, M. McCallum est XÉNOPHOBE, en plus! Tout ce qui ne porte pas un nom de famille typiquement gaspésien ne devrait pas avoir droit de parole sur l'avenir de la région! Wow! De mieux en mieux! Continuez de parlez monsieur et on va finir par découvrir votre vrai nature! Et en passant, des noms comme Roussy, Bélanger, Cyr ou même Poirier, est-ce assez gaspésien pour pouvoir parler de développement et d'avenir en Gaspésie?! Un Gaspésien implanté depuis 2 générations est-il assez Gaspésien pour donner son opinion? À ce que je sache, les Proulx ne sont pas gaspésiens et pourtant, grâce à leur argent, ils ont droit de parole et ils ont même le droit de contrôler les marionnettes que vous êtes?! Aussi, @madame Lebreux, vous avez raison : la guerre du pétrole Haldimand est une "petite guerre d'or noir" car le gisement Haldimand s'il voit le jour créera 10 à 15 emploi... C'est vraiment une PETITE guerre. Si on est prêt à risqué le sacrifice de l'environnement et de l'eau potable vitale pour 10-15 job, on a un cristie de problème de vision! Reste que j'ai hâte que, comme peuple, on tourne la page.

Axel P a écrit le 27 février 2013

N'oubliez pas dans vos reportages, s'il vous plaît, de mentionner que mr McCallum est un des deux LOBBYISTES enregistrés pour la compagnie Pétrolia. C'est, me semble-t-il, un élément majeur quand on cite les paroles de cet homme. Il a été cité à Radio-Canada une fois comme "représentant de la communauté anglophone de Gaspé" au sujet du développement pétrolier. Il est purement et simplement le représentant de Pétrolia. Enfin, et pour mon petit plaisir, manifester en voiture et pick-up -parce qu'il fait trop froid- , c'est vraiment montrer combien ces personnes se foutent de leur environnement..

Chantal LeBreux a écrit le 27 février 2013

Que cette histoire de pétrole se concrétise ou non, les gens vont quand même aller dépenser leurs argents dans les grands centres...Montréal-Québec-USA Cela fait des années que la population du Grand Gaspé veulent un Wall-Mart et plein d'autres commerces mais beaucoup d'entreprises d'ici ont mis les bâtons dans les roues pour pas que cela ne se fasse. Alors, aujourd'hui vous me faites bien sourire avec toute cette petite guerre d'or noire !

Albert Picard a écrit le 27 février 2013

McCallum (prononcez MEC ALLUME!), a sans doute passé un peu de temps avec Marc Garneau candidat à la chefferie du PLC qui était de passage dans la région ces derniers jours. Duceppe disait de lui qu'il en fumait du bon. L'esprit du mec en question s'est embrouillé sur les définitions d'un vrai Gaspésien et des noms de famille comme les nôtres.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.