Art, culture et loisirs

Francouvertes 2012 à Montréal : les sœurs Boulay séduisent

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Les sœurs Boulay affirment avoir suffisamment de compositions pour réaliser un album.

Les sœurs Boulay affirment avoir suffisamment de compositions pour réaliser un album. Photo : Photo tirée de Facebook

Les auteures-compositrices-interprètes originaires de New Richmond, Mélanie et Stéphanie Boulay, ont monté sur la scène du Lion d’Or à Montréal le 21 février dernier à l’occasion de la l6e édition des Francouvertes. Depuis, elles trônent au sommet du palmarès de l’événement.

Leur voix douces et leurs mélodies accrocheuses ont véritablement charmé les membres du jury et le public. Il reste maintenant deux soirées préliminaires au concours et les jeunes gaspésiennes se classeront parmi les neuf demi-finalistes qui poursuivront l’aventure.
 
L’une d’elles, Stéphanie, trouve peu de mots pour expliquer cette percée aux Francouvertes, qui a notamment vu passé Karkwa, Bernard Adamus et Alfa Rococo. «Je ne sais pas. Ç’a a déboulé vraiment vite. On a saisi notre chance en donnant tout sur scène», raconte l’aînée des deux sœurs.
 
Les deux jeunes artistes, qui ont développé leur amour pour la musique dans la Baie-des-Chaleurs, n’en sont pas à leur première expérience dans des événements majeurs de musique émergente. L’an dernier, Mélanie s’est illustrée au Festival de la chanson de Granby en remportant trois prix, dont un qui lui a permis de suivre un atelier avec Gilles Vigneault. Quant à Stéphanie, elle a été nommée meilleure interprète à Ma première Place des arts en 2007 en plus de participer au Festival en chansons de Petite-Vallée en 2008.
 
Mais c’est la première fois qu’elles participent ensemble à un concours depuis qu’elles forment officiellement un duo. Une aventure qui a spontanément débuté lorsqu’elles ont décidé de placer une vidéo d’elles interprétant The Boxer de Simon and Garfunkel, tournée dans leur appartement de Montréal. «J’avais cette chanson dans mon iPod et j’ai demandé à ma sœur si ça lui tentait de tourner cette vidéo. Une fois qu’on l’a placée sur notre Facebook, on a reçu des centaines de commentaires et des mots de félicitation», se rappelle Stéphanie.
 
Encouragées par l’engouement du public, les deux sœurs ont récidivé en publiant d’autres capsules musicales sur les réseaux sociaux. «C’était vraiment juste pour le fun, il n’y avait aucune ambition derrière ça», lance humblement la jeune chanteuse.
 
Quelques semaines plus tard, les deux sœurs ont constaté que ces vidéos réalisées «juste pour le fun» pouvaient leur ouvrir des portes. «Le téléphone a commencé à sonner et les gens ont commencé à nous inviter à jouer dans leurs événements. On a donc rapidement monté un show ensemble.»
 
Elles ont par la suite eu la chance de faire la partie hors-concours de la finale locale de Cégep en spectacles à Carleton-sur-Mer en février 2011. L’été dernier, l’aventure s’est poursuivie avec le public gaspésien, alors qu’elles se sont produites notamment à la microbrasserie Le Naufrageur à Carleton-sur-Mer, au Fou du Village de Bonaventure et à la Vieille Usine de L’Anse-à-Beaufils.
 
Une intuition  
 
Les sœurs Boulay ont maintenant «l’intuition» qu’elles doivent «pousser à fond» leur projet artistique. «Ça fait des années qu’on fait de la musique et ça n’avait jamais autant levé», fait savoir l’aînée des sœurs.  
 
Questionnée sur les raisons de cet engouement envers leur musique, Stéphanie Boulay répond qu’il s’agit probablement d’un mélange entre l’image qu’elles projettent et le style de musique qu’elles proposent. «Je pense que la famille a quelque chose d’attachant et, en même temps, il y a un intérêt grandissant pour la musique épurée à la sonorité folk. Et c’est ce que nous proposons. Deux sœurs, une brune, une blonde, deux voix, pas de drum, une guitare, un ukulélé, c’est une formule gagnante, j’ai l’impression», dit-elle en ricanant.
 
Avec leurs titres accrocheurs, comme Des shooters de fort sur ton bras, les sœurs Boulay souhaitent maintenant attirer l’attention d’une maison de disques pour réaliser un album et «jouer le plus souvent possible devant le public».
 
Elles espèrent ainsi profiter de la vitrine des Francouvertes, dont le jury est composé de plusieurs représentants de l’industrie de la musique du Québec. «Il y a beaucoup de décideurs aux Francouvertes. Mais en même temps, on ne se fait pas d’idées. Ça pourrait autant ne rien changer que tout changer dans nos vies», souligne Stéphanie.

Les soeurs Boulay ont sorti il y a quelques semaines un EP, contenant cinq de leurs compositions.

La demi-finale du concours aura lieu les 10, 11 et 12 avril au Lion d’Or.

 

*Cet article a été mis à jour le mardi 13 mars à 8h. 

2 commentaires

Suzanne Fournier a écrit le 13 mars 2012

Félicitations Stéphanie et Mélanie. Il n'y a pas si longtemps, c'est sur votre patio que vous chantiez. Bravo et continuez, vous réussirez sûrement. En espérant vous revoir bientôt! Suzanne xxx

Stéphanie Boulay a écrit le 13 mars 2012

On confirme qu'on sera des demi-finales! :) xx

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.