Développement économique et exportation

Françoise Bertrand souligne l'entrepreneuriat gaspésien

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Françoise Bertrand a rencontré une vingtaine d'entrepreneurs à Gaspé, vendredi dernier.

Françoise Bertrand a rencontré une vingtaine d'entrepreneurs à Gaspé, vendredi dernier. Photo : Nelson Sergerie

La présidente de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Françoise Bertrand, a récemment consulté une vingtaine d'entrepreneurs gaspésiens au sujet du développement des richesses naturelles de la province.

Poursuivant une tournée des régions du Québec, Françoise Bertrand s'est arrêtée la semaine dernière à Gaspé pour discuter de ce secteur qui représente plus de 10 % du produit intérieur brut (PIB) québécois.

«Ce qui m'a frappé, c'est l'enthousiasme des entrepreneurs gaspésiens. Franchement, c'était une belle surprise. Des entreprises ont des projets concrets et sont prêtes à peser sur l'accélérateur. C'est extrêmement stimulant», a dit Mme Bertrand.

Mme Bertrand a par ailleurs souligné que le gouvernement québécois est beaucoup trop lent à s'ajuster et à autoriser des projets créateurs de richesse et d'emplois.

Selon elle, c'est notamment le cas dans le secteur éolien. «On est en suspens. On n'est pas dans une étape où c'est clair ce qui arrivera. Les investissements, ça ne se met pas dans un coffre fort. Ça doit rouler», a déclaré la présidente.

Les délais d'autorisation posent également problème, dit Mme Bertrand. «Il n'y a pas assez de ressources dans les ministères pour soutenir la vitesse de développement. Donnez-nous les conditions [pour développer des projets ], nous sommes prêts.»

«Tout le monde est d'accord pour aller plus loin que la simple exploitation des ressources naturelles. Tout le monde veut tirer profit de la deuxième et de la troisième transformation et de l'ensemble de l'expertise sur le territoire», a-t-elle soutenu.

Environnementalistes 

Prônant un développement durable qui met en équilibre le développement économique, l'acceptabilité sociale et les enjeux environnementaux, elle a écorché au passage les environnementalistes.

«Pensez-vous que les gestionnaires sont assez fous pour se mettre à risque et de se faire emprisonner? Quand des gens crient juste pour apeurer la population, je pense que ça ne construit rien dans la société», a-t-elle conclu. 

5 commentaires

Annie Chénier a écrit le 6 décembre 2012

CORRECTION DE LA DERNIÈRE PHRASE DE MON COMMENTAIRE : Pour ma part, ça me prendra plus qu'une visite de courtoisie pour me convaincre qu'elle croit à l'entrepreneuriat gaspésien alors que le FCCQ a une position plutôt surprenante de l'occupation de territoire et de mobilisation et de formation de nos travailleurs.

Annie Chénier a écrit le 6 décembre 2012

Madame Bertrand, a-t-elle déjà changé son discours depuis le dépôt du mémoire sur l'occupation du territoire (projet de loi 34) http://www.fccq.ca/pdf/publications/memoires_etudes/2012/Memoire-Occup-V10.pdf Pour ma part, ça me prendra plus qu'une visite de courtoisie pour me convaincre que l'entrepreneuriat gaspésien c'est une question d'occupation de territoire et de mobilisation et de formation de nos travailleurs.

Annie Chénier a écrit le 6 décembre 2012

Madame Bertrand, a-t-elle déjà changé son discours depuis le dépôt du mémoire sur l'occupation du territoire (projet de loi 34) http://www.fccq.ca/pdf/publications/memoires_etudes/2012/Memoire-Occup-V10.pdf Pour ma part, ça me prendra plus qu'une visite de courtoisie pour me convaincre que l'entrepreneuriat gaspésien c'est une question d'occupation de territoire et de mobilisation et de formation de nos travailleurs.

Gaston Poirier a écrit le 5 décembre 2012

Ah! Ces Mourialais qui viennent nous dire quoi faire chez nous... pour s'enrichir eux-mêmes! Sacrés gens de la droite! Le ¢a$h à tout prix et au diable la population et leur environnement! Pourvu que le ¢a$h rentre à la maison! Madame Bertrand : tant qu'à venir nous montrer VOTRE voie de développement, restez donc chez vous, madame! À bon entendeur...

Emile Perreault a écrit le 5 décembre 2012

«L’écart entre les justifications données et les raisons véritables est creusé par des omissions, des semi-vérités, des mensonges, des simplifications et chacun sait bien, comme le dit l’adage, que la vérité est la première victime de la guerre.» - Normand Baillargeon Au cours du prochain siècle, les réserves de combustibles fossiles (pétrole, charbon et gaz naturel) seront épuisées. C’est un fait. L’intérêt de transiger vers des énergies plus propres et renouvelables est donc une nécessité. L’efficacité énergétique a un potentiel de croissance économique énorme; les investissements en efficacité créent quatre fois plus d’emplois que des investissements équivalents dans les formes de production d’énergie conventionnelle (Suzuki, 2010). Ce passage aux technologies «propres» suscitera une création d’emplois nette, car les sources d’énergie renouvelables nécessitent davantage de main-d’œuvre que les sources traditionnelles (OCDE, 2009). Il y a donc là un grand potentiel de croissance économique. Mais soyons réaliste, Mme Bertrand a le nez très fin et la senteur de l'or noir gaspésien est très alléchante! Elle est à la tête d'un gros lobby néolibéral à la solde de grandes pétrolières et de partis politiques corrompus. La richesse des paysages gaspésiens, de l'ingéniosité de ses citoyens et de la qualité de vie incomparable qui s'en découle, Mme Bertrand les a bien plus près des chevilles que des épaules... et c'est bien là où on nous prend pour des sots!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.