Un four à pain au cœur de la communauté de Val-d’Espoir

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le passionné de fours à pain, l’ex-syndicaliste Gérald Larose, a partagé son expertise auprès des citoyens de Val-d’Espoir.

Le passionné de fours à pain, l’ex-syndicaliste Gérald Larose, a partagé son expertise auprès des citoyens de Val-d’Espoir. Photo : Thomas Gagnon

L’ex-syndicaliste et professeur à l’Université du Québec à Montréal, Gérald Larose, était de passage à Val-d’Espoir en fin de semaine dernière pour initier la construction d’un four à pain communautaire, un projet soutenu par l’organisme Produire la santé ensemble.

La coordonnatrice de Produire la santé ensemble, Isabelle Boisvert et l’agente de développement au CSSS du Rocher-Percé, Isabel Garcia, réfléchissaient à l’idée d’implanter un four à pain de type monumental à Val-d’Espoir depuis leur rencontre avec M. Larose il y a près de quatre ans.

Lors de cette rencontre, M. Larose, un passionné de fours à pain, a convaincu les deux femmes de la pertinence d’en faire construire un dans leur communauté. Après cet échange, M. Larose a offert de se rendre à Val-d’Espoir pour partager son expertise et pour accompagner les résidants dans ce projet collectif.

«Le four à pain servira beaucoup plus qu’à la cuisson. L’idée est qu’il devienne un outil rassembleur pour le village», explique Élise Dumouchel, de Produire la santé ensemble, précisant que ce projet cadre parfaitement dans la mission de son organisme, soit de favoriser une meilleure prise en charge alimentaire dans la population.  

Une trentaine de personnes étaient présentes pour célébrer la fabrication du four à pain lors de la venue de Gérald Larose la fin de semaine dernière. (crédit photo : Thomas Gagnon)

Situé près du bâtiment qui servira à l’implantation du futur Café-culturel sur la route des Pères, au centre du village, le four à pain sera disponible à l’ensemble de la population. C’est la Coopérative de solidarité du Café culturel de Val-d’Espoir qui aura la tâche d’en assurer la gestion. 

«Son fonctionnement reste à définir, mais on peut penser qu’il y aura des journées de chauffage et les gens seront invités à l’utiliser. On souhaite aussi s’en servir dans le cadre des dîners pizzas qui seront organisés à la salle communautaire», précise Mme Dumouchel, ajoutant qu’elle souhaite que le four à pain devienne un noyau dynamique au cœur de la communauté.

Des corvées collectives seront organisées au cours des prochains jours pour finaliser la construction du lieu de cuisson. Selon Mme Dumouchel, son inauguration officielle pourrait avoir lieu d’ici deux à trois semaines.

Ailleurs  

Les initiateurs de ce projet souhaitent par ailleurs qu’il devienne un point de départ «d’une chaîne de solidarité» afin que chaque village avoisinant puisse, à son tour, avoir son four à pain. «L’expertise que nous acquérons ici pourra être utile pour les autres communautés», souligne Mme Dumouchel, qui espère que chaque village gaspésien ait un jour son four à pain.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.