Politique

Forum sur les hydrocarbures : Un second volet mitigé

Par ,
Des citoyens lors du premier volet du forum sur les hydrocarbures à Gaspé.

Des citoyens lors du premier volet du forum sur les hydrocarbures à Gaspé. Photo : Geneviève Gélinas

Le volet socio-économique du forum sur les hydrocarbures s’est terminé jeudi dernier aux Îles-de-la-Madeleine, après s’être tenu à Gaspé et à Bonaventure. Des questions restent encore sans réponses mais le débat continue.

Le second volet des forums sur les hydrocarbures a attiré la semaine dernière 140 personnes. Ces rencontres organisées par le Conseil régional des élus de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, ont pour objectifs d’informer et d’échanger autour des enjeux socio-économiques liés à l’exploration et l’exploitation d’hydrocarbures.

Le bilan de ces débats est mitigé. «La CRÉGÎM a fait un travail satisfaisant, mais ils n’ont ni l’expertise, ni les moyens pour avoir des réponses aux questions fondamentales, seul un BAPE peut être à la hauteur de la situation,» explique la porte-parole de l’association Tâche d’huile, Maude Prud’homme.

«Il y a du gaz qui fuit autour de la zone d’extraction [à Gaspé] et on ne sait toujours pas d’où ça vient, pourquoi ça fuit, le type de gaz et sa provenance,» alerte la porte-parole du comité Ensemble pour l’avenir durable du Grand Gaspé, Lise Chartrand. «Cela peut avoir un impact sur la valeur de nos maisons,» ajoute-t-elle.

Pour le président de la régie intermunicipale de l’énergie, Joël Arseneau, ce forum à quand même permis d’échanger les points de vue et susciter l’intérêt. « Nous n’avons pas l’ambition de répondre à l’ensemble des questions, mais toutes ont été reçues sans nécessairement mettre un point final à la discussion,» rappelle-t-il.

Des questions fondamentales

Chaque forum a donné des moments d’échanges différents. La porte parole de l’association Tâche d’huile rapporte qu’à Gaspé peu de gens étaient présents, contrairement à Bonaventure où les discussions ont beaucoup porté sur la qualité de l’eau potable. «Avant de parler de partage des richesses présumé, il faut préserver notre richesse actuelle qui est l’eau,» décrit Mme Prud’homme.

Pour le comité Ensemble pour l’avenir du Grand Gaspé, cette exploitation n’apporterait que des emplois temporaires.

Le besoin majeur qu’une loi sur les hydrocarbures soit adoptée au plus vite a été exprimé par les élus, la population et les industries qui déplorent l’absence du gouvernement du Québec dans ces discussions. «Il y a un manque de cohérence politique et de règles claires. Il y a un moratoire dans le Bas-Saint-Laurent mais on semble accélérer les choses à Anticosti, […] est-ce-que une orientation ne devrait pas faire partie d’une politique énergétique ?,» se questionne M. Arseneau.

Boycott

Le comité Ensemble pour l’avenir du Grand Gaspé a boycotté les deux volets des forums sur les hydrocarbures. «À force d’en parler les personnes se font à l’idée et finissent par être d’accord avec ce développement là,» explique la porte-parole, Lise Chartrand, citant comme exemple une étude française.

Pour ce comité, les conséquences négatives sociales et environnementales ne font pas partie des préoccupations des promoteurs. «Il manquait de contre-expertise dans ces forums au niveau scientifique et technique,» précise Mme Prud’homme.

Rappelons que le panel était composé de Jean-François Minardi de l’Institut économique de Montréal, Mario Lévesque de l’Association des Fournisseurs de services pétroliers et gaziers du Québec, Robert Laplante de l’Institut de recherche en économie contemporaine et Jean-François Spain du Centre d’initiation à la recherche et d’aide au développement durable.

Une prochaine rencontre ?

Une dernière rencontre pourrait avoir lieu sous la même forme, en septembre, sur un ou deux thèmes comme le modèle économique ou le cadre légal annonce M. Arseneau.

3 commentaires

AlbertvPicard a écrit le 20 juin 2013

Correction pour monsieur Henry : Depuis le début des années 2000, les investissements en exploration et en mise en valeur ont augmenté de façon importante tant au Québec que dans l’ensemble du Canada et du monde. De 2001 à 2012, les investissements pour des activités d’exploration et de mise en valeur ont augmenté de 576 % au Québec et de 658 % au Canada. (Source : Ministère des ressources naturelles du Québec. http://www.mrn.gouv.qc.ca/mines/statistiques/investissements-minier.jsp).

Martin Zibeau a écrit le 20 juin 2013

Le genre de commentaire tel celui de M. Henry m'embête toujours un peu. Je me demande si cela vaut la peine d'y répondre, ou si, comme le veut une certaine tradition familiale, je dois l'ignorer et le « laisser pleurer dans son coin » jusqu'à ce qu'il reprenne ces esprits. Puis, en relisant le commentaire à quelques reprises, je vois bien que cette personne s'inquiète, qu'elle a probablement peur de l'inconnu, qu'elle a peur de perdre ce qu'elle a travaillé fort toute sa vie pour gagner. Comme plusieurs autres personnes, M. Henry semble avoir été « brainwashé », enfirouapé par les beaux discours d'industries affamées de pouvoir et qui n'ont d'yeux que pour l'accumulation de dollars, peu importe les conséquences sur le terrain. M. Henry, il existe des alternatives à plusieurs utilisations au pétrole. Ces alternatives sont déjà utilisées à plusieurs endroits sur la planète, même dans la région. Si les investisseurs-profiteurs d'une énergie polluante quittent le Québec, n'est-ce pas pour le mieux? Avant de frapper sur les messagers « mangeurs de Tofu », regardez autour ce qui se fait, M. Henry. Peut-être y verrez-vous même une opportunité d'investissement beaucoup plus intéressante qu'un investissement dans une compagnie pétrolière. Même si vous ne ramasserez peut-être pas le motton aussi rapidement, il y a fort à parier que ce motton s'étendra sur plusieurs générations et bénéficiera également à vos petits-enfants et à leurs petits-enfants. En attendant, je me permets de vous suggérer quelques lectures qui pourraient vous aider à élargir votre vision dans le domaine de l'énergie. 1) http://crebsl.com/documents/pdf/energie/diagnostic_energetique_bsl-version_finale_2013-04-10.pdf 2) http://crebsl.com/documents/pdf/energie/pnpenergiebsl-demarche_plan_action-2013-04-27.pdf 3) http://crebsl.com/documents/pdf/energie/pnpenergiebsl-plan_d_action-tableau-2013-04-10.pdf Ces trois documents ont été produits par le Conseil de l'environnement du Bas-Saint-Laurent et explique la démarche qu'ils ont suivi et les suggestions qui en ont résulté. Vous pourriez, j'imagine, décider de ne pas en prendre connaissance pour quelques raisons que ce soit … mais si tel était le cas, j'ai bien peur que vous perdriez automatiquement votre droit de traiter qui que ce soit « d'enverdeurs-fanatiques  ». Ou du moins, ce serait plus facile de revenir à ma première option et d'ignorer vos commentaires par manque de crédibilité.

Pascal Henry a écrit le 20 juin 2013

J'en retiens qu'une poignée d'enverdeurs, qui ont tout leurs temps libre pour manifester, des bouffeurs de tofu qui pour une bonne majorité comptent sur l'état pour subsister, ont un poids enorme dans la ballance ! Le developpement de nos rerssources s'en va au diable et les investisseurs quittent le quebec avec un gouts amer ! On ne parle plus ici de debats de société mais bien de campagnes de peur menés par un (des) groupe de fanatiques !

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.