Forum sur les hydrocarbures : la CRÉGÎM satisfaite

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Joël Arseneau, et le directeur général de la CRÉGÎM, Gilbert Scantland, lors de la présentation des forums, en février.

Joël Arseneau, et le directeur général de la CRÉGÎM, Gilbert Scantland, lors de la présentation des forums, en février. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – Plus de 200 personnes ont participé la semaine dernière aux trois forums sur les hydrocarbures tenus par la Conférence régionale des élus Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (CRÉGÎM) et déjà, des axes de réflexion sont priorisés pour la suite des choses.

« La question de l’hydrogéologie, les différentes techniques de forage et les impacts socioéconomiques de l’industrie  sont des exemples », explique le porte-parole des forums et vice-président de la CRÉGÎM, Joël Arseneau.

Se disant satisfait des résultats, la première tournée des forums avait pour but de faire un état de situation, de transmettre de l’information et de recevoir des nouvelles idées.

Maintenant, les échanges seront plus ouverts : toute personne et organisme qui veulent organiser des discussions sur la question sont invités à se procurer une trousse d’animation. La CRÉGÎM indique qu’elle rendra public les résumés de ces discussions sur le web pour le bénéfice de l’ensemble de la population. 

« Selon leurs intérêts, les gens pourront décider d’aborder l’enjeu de l’acceptabilité sociale, des politiques globales qui encadrent le développement des hydrocarbures ou du modèle de développement qu’ils aimeraient voir implanter », indique M. Arseneau.

Les prochains forums se tiendront en juin.

1 commentaire

serge a écrit le 6 avril 2013

Les modèles de développement des hydrocarbures sont vraiment variés, cette article http://www.bbc.co.uk/news/world-africa-22008933 compare le modèle de développement du Nigeria et de la Norvège. Il me semble que certain projets pourrait ètre aceptable si on suit le modèle de la Norvège.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.