Éducation

Un fonds de 1,25 million $ pour la persévérance scolaire

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Le coordonnateur de Complice, Louis-François Bélanger, et le directeur général de la CRÉGÎM, Gilbert Scantland, ont lancé les Journées de la persévérance scolaire, du 11 au 15 février.

Le coordonnateur de Complice, Louis-François Bélanger, et le directeur général de la CRÉGÎM, Gilbert Scantland, ont lancé les Journées de la persévérance scolaire, du 11 au 15 février. Photo : Geneviève Gélinas

Un fonds de 1,25 million de dollars sera investi sur cinq ans pour réduire le décrochage en Gaspésie et aux Îles.

Les sommes proviennent de l’organisme «Réunir Réussir», financé moitié par une fondation privée et moitié par le gouvernement du Québec. Les partenaires du regroupement Complice – Persévérance scolaire Gaspé-Les Îles, dont les commissions scolaires, investiront un montant au moins équivalent dans la démarche.

Seulement pour l’année 2012-2013, 300 000 $ seront investis dans diverses initiatives. En Haute-Gaspésie, l’organisme Unis-Vers-Jeunes offre de l’aide aux devoirs et des ateliers de lecture. Dans la Côte-de-Gaspé, le Grand Défi Bâtir ma région!, un concours d’entrepreneuriat, bénéficie du fonds, qui finance aussi les maisons de jeunes de Bonaventure et Avignon.

Le moment d’encourager un jeune

Le regroupement Complice fait cette annonce à l’occasion des Journées de la persévérance scolaire, du 11 au 15 février.

La population est invitée à porter le ruban vert et blanc de la persévérance scolaire, disponible dans les bibliothèques publiques. Elle peut encourager les jeunes de son entourage à poursuivre leurs études par un mot ou un geste, ou envoyer un message dans ce sens via un site Web.

«L’impact de la sous-scolarisation et du décrochage est important, croit Gilbert Scantland, directeur général de la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. D’ici 2016, il y aura 9700 emplois à combler dans la région. Nos jeunes pourront aspirer à un bel avenir s’ils persévèrent.»

Moins de diplômés… mais plus vite

En Gaspésie et aux Îles, 64,6 % des jeunes de moins de 20 ans détiennent un diplôme (taux de diplomation en sept ans), comparativement à 72,3 % pour l’ensemble du Québec.

Par contre, la région réussit à diplômer plus rapidement la majorité de ses jeunes. Une proportion de 61,5 % des jeunes gaspésiens et madelinots diplôment en cinq ans, comparativement à 57,5 % dans la province.

D’ici 2020, le Québec se fixe comme objectif d’atteindre un taux de diplomation de 80 % des jeunes de moins de 20 ans.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.