Développement économique et exportation

Fin de la fabrication de moulée à la meunerie de Caplan

Par ,
En raison de l'arrêt de production de moulée, la grande tour de la meunerie risque de disparaître au cours des prochains mois.

En raison de l'arrêt de production de moulée, la grande tour de la meunerie risque de disparaître au cours des prochains mois. Photo : Gilles Gagné

La Coopérative agricole de la Baie-des-Chaleurs, à Caplan, cessera la fabrication de moulée pour les animaux à l’automne.

Cette décision des membres, qui mûrit depuis plusieurs mois, n’affectera en rien le nombre de travailleurs de la Coop puisque ceux-ci seront affectés à d’autres tâches. Selon le directeur général, Gaston Gagné, les coopératives de Caplan, Amqui, St-Fabien et du Bic ont décidé de regrouper ce type de production dans les installations du Bic.

«De 40 à 50 % des 400 tonnes nécessaires annuellement pour les animaux étaient déjà fabriqués à l’extérieur. Les recettes maison étaient produites ici. Purdel, qui possède toutes les certifications requises avec des standards de qualité très élevés, sera maintenant chargé de ce travail. On regroupe nos forces», soutient M. Gagné, qui ajoute que cette nouvelle façon de faire va permettre aux coops de mieux contrôler les coûts.

«Les clients ne verront pas la différence. Il y a beaucoup de spéculation dans le domaine. Nous aurons le maximum de contrôle avec cette façon de faire. À travers le Québec, ce sont 30 millions $ qui seront économisés par la Fédération. L’argent sera réinvesti entre autres dans des services-conseils auprès des membres. Il faut se positionner vis-à-vis la concurrence qui a déjà regroupé ce type d’activités depuis quelques années», précise M. Gagné.

La quincaillerie et les services de stockage du grain demeurent à Caplan.  

Changement au paysage

Avec cet arrêt de production, la grande tour de la meunerie risque de disparaître au cours des prochains mois. Le directeur souhaite tout de même conserver une trace de ca bâtiment en raison de sa valeur patrimoniale.


2 commentaires

jerome cyr a écrit le 19 janvier 2012

La transformation de nos propre grains, un autre service qui quitte la région et qu'on ne reverra de si peu. Je vois pas comment , avec les couts de transport qui explose, comment une tonne de grain transformé au bic, va etre le meme prix pour le client de la baie, qu'une tonne transformé a caplan .Le futur nous le dira... la meunerie s'ajoute a la liste, trop longue, de petit détail qui quitte silencieusement notre belle région...

jerome cyr a écrit le 19 janvier 2012

.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.