Fête du bois flotté : une réussite malgré la pluie

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Douze sculpteurs ont créé une œuvre en s’inspirant du thème de la chanson «Fais-moi, Lisette, un bouquet», tirée du patrimoine local.

Douze sculpteurs ont créé une œuvre en s’inspirant du thème de la chanson «Fais-moi, Lisette, un bouquet», tirée du patrimoine local. Photo : Gracieuseté

Même si les organisateurs de la 11e Fête du bois flotté de Sainte-Anne-des-Monts dressent un bilan positif de l’événement, il n’en demeure pas moins que les visiteurs ont été moins nombreux cette année, sans doute en raison de la pluie.

Comme les activités sont présentées à l’extérieur et sont gratuites, il est difficile d’évaluer combien de visiteurs sont passés au Parc multisports de Sainte-Anne-des-Monts de jeudi à dimanche dernier.

«Vendredi, c’était tranquille, raconte le coordonnateur de l’événement, Justin Dubé. Mais samedi soir, il devait y avoir 5 000 personnes pour le spectacle du groupe Bodh’aktan, suivi du feu d’artifice. C’est le plus gros et le plus fort feu d’artifice des quatre dernières années. Il était visible jusqu’à Cap-Chat! Dimanche aussi, même s’il y a eu de la pluie ou apparence de pluie, il y a eu beaucoup de monde. C’était comparable à l’an dernier.»

Œuvres créées à partir de bois flotté

Douze sculpteurs ont créé un total de dix œuvres à partir d’une pièce de bois trouvée sur le rivage. Leur création devait s’inspirer de la chanson «Fais-moi, Lisette, un bouquet», tirée du Romancero du Canada. Cette chanson avait été recueillie par l’ethnologue Marius Barbeau au 20e siècle. Celui-ci a eu comme interprète Gilbert Dumas, dit Marin, du secteur de L’Échouerie à Sainte-Anne-des-Monts, qui a été l’un de ses premiers informateurs. Le vieux pêcheur de 80 ans à la barbe blanche avait su transmettre son patrimoine local provenant de ses ancêtres, des pêcheurs venus de Saint-Malo, en France.

«C’est une des meilleurs années en termes de détails des sculptures, estime Justin Dubé. Même si elles sont toutes créées à partir du même thème, elles ne se ressemblent pas.»

Aucun artiste n’est déclaré gagnant à l’issue de l’événement. Chacun d’entre eux repart avec une bourse de 750$, en plus d’être nourri et hébergé pendant toute la durée de la fête. La Ville de Sainte-Anne-des-Monts leur fournit les outils et le matériel. En retour, les sculpteurs doivent faire don de leur œuvre à la municipalité.

L’atelier «On récupère la mer», une activité s’adressant au grand public intéressé à vivre une expérience de création à partir de matériaux rejetés par la mer, a battu un record de participation par rapport aux dix autres éditions. En tout, 61 personnes se sont inscrites à l’activité, comparativement à 54 l’an dernier. Un total de 1 000$ en prix de participation a été remis aux sculpteurs amateurs. «Le bois flotté a une histoire, rappelle M. Dubé. Par cet atelier, on veut que les gens, quand ils enjamberont un bois flotté sur la grève, puissent voir quelque chose qu’ils n’auraient pas vu avant.»

Activités les plus populaires

Même si les spectacles de Pierre Laurier et Cie ainsi que de Clopin Lanouille et de Monsieur Nono ont connu beaucoup de succès, l’un des clous de la Fête du bois flotté a été, de l’avis de son coordonnateur, le spectacle de la famille Dion, présenté dimanche soir à l’église de l’endroit. Quelque 750 personnes ont pris part à l’activité-bénéfice au profit du conseil de fabrique pour la réfection de la toiture du temple.

Sept des quatorze enfants de la famille Dion ont offert leur prestation gratuitement. Clément, Denise, Liette, Daniel, Paul, Pauline et Louise voulaient ainsi rendre hommage à la ville natale de leur mère, Thérèse Tanguay, la mère de la célèbre chanteuse Céline Dion.

À lire aussi

La famille Dion à la Fête du bois flotté de Sainte-Anne-des-Monts

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.