Art, culture et loisirs

Festival d’été à New Richmond : de retour pour deux ans

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Jonas a fait vibrer la foule lors de sa venue au Festival d'été de Québec à New Richmond.

Jonas a fait vibrer la foule lors de sa venue au Festival d'été de Québec à New Richmond. Photo : Gilles Gagné

Le Festival d’été international de Québec à New Richmond sera de retour pour au moins les deux prochaines années. L’édition 2012 aura lieu du 19 au 22 juillet.

C’est ce qu’a annoncé lundi la Ville et la Corporation de développement touristique de New Richmond lors de le présentation du bilan de l’édition 2011. L’entente entre l’organisation de l’événement et celle du Festival d’été de Québec a été conclue le 11 novembre dernier.

L’édition 2011 «passe le test»

L’édition de l’été dernier a «fait ses frais», a annoncé la mairesse, Nicole Appleby. Avec des recettes autonomes de 1 032 537 $ et des subventions totalisant 919 250 $,  l’élue confirme que l’événement a atteint l’équilibre budgétaire. Son budget total a été de 1 951 787 $.

Le Festival a engendré des revenus de 300 000 $ de plus que la première édition et a conclu avec un léger déficit de 3000 $. «La deuxième édition était un test et je suis fière de l’immense succès qu’elle a connue», a-t-elle déclaré.

Achalandage satisfaisant

Les organisateurs estiment par ailleurs que la programmation 2011, composée notamment du chanteur country Alan Jackson, de Marie-Mai et de Jonas, a attiré en moyenne quelque 13 000 spectateurs par soir. Au total, 10 200 forfaits ont été vendus et environ 3000 personnes se sont procurées des billets individuels. Près de 80 % des visiteurs venaient de l'extérieur de la Gaspésie.

Engagement non tenu

Malgré l’atteinte de l’équilibre budgétaire, les recettes engendrées n’auront pas permis à Mme Appleby de respecter son engagement de rembourser la dette de 300 000 $ du Festival. Rappelons que l’organisation de l’événement avait obtenu ce prêt pour équilibrer le budget de l’édition 2010, qui s’était soldée par un déficit de 283 000 $. La mairesse s’était par la suite engagée auprès des citoyens de rembourser cette dette en trois ans.

Mme Appleby admet que cet objectif n’a pas été atteint et fonde maintenant son espoir sur les prochaines éditions pour s’attaquer à cette dette.  Pour 2012, elle promet une édition encore «plus impressionnante» que l’été dernier. «Notre équipe travaille actuellement pour vous offrir une programmation d’envergure», a-t-elle mentionné tout en confirmant que son festival conservera son créneau populaire. «Notre but est de plaire au plus grand nombre de personnes possibles.»

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.