Festival d’été à New Richmond : le rapport financier est exigé

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Jean Leloup avoir clôturé l’édition 2012 du Festival d’été de Québec à New Richmond.

Jean Leloup avoir clôturé l’édition 2012 du Festival d’été de Québec à New Richmond. Photo : Gilles Gagné

Le conseil municipal de New Richmond exige de voir le rapport financier du Festival d'été de Québec à New Richmond avant d'envisager la poursuite de l'événement.

Le conseiller municipal Réal Cyr a fait voter lundi une résolution demandant d'examiner la pertinence de poursuivre l’association entre la municipalité et le festival.

M. Cyr fait valoir que les élus attendent toujours le rapport financier de l’événement de 2012, six mois après la dernière édition. «Il faut se demander si ça vaut la peine de poursuivre. Est-ce qu’on a les moyens ? Parce que c’est gros, très gros. Il n’y a pas de millions [de dollars] à faire avec ça».

Selon lui, le temps est à la réflexion, d'autant plus que le déficit de 2011 était de plus de 300 000$. «C’est plus facile de dire qu’on continue que d’avoir le courage de dire que ce n’est pas rentable et qu’il faut arrêter», juge M. Cyr, ajoutant que l’actuel conseil municipal doit faire preuve de prudence. «On s’en va en élection à l’automne prochain. Il ne faut pas laisser en héritage au prochain conseil un problème, s’il y en a un».

Votée à l’unanimité

La résolution a été votée à l'unanimité, mais en l'absence de la mairesse Nicole Appleby. Le résolution a cependant été envoyée à Mme Appleby avant la séance du conseil municipal. «Je l'ai envoyée à la mairesse et je l’ai déposée [au greffier] le 2 février», précise M. Cyr.

1 commentaire

D. Bouchard a écrit le 6 février 2013

Sage décision puisque la Ville donc les payeurs de taxes sont responsables d'éventuels déficits. À New-Richmond, il y a toujours un côté obscur concernant les états financier des OBNL, sous la responsabilité de la Ville. 300 000$ ce n'est pas rien pour une petite Municipalité, vieillissante et très endettée, quoiqu'on l'en dise. Lorsqu'un Ville doit emprunter et augmenter ses taxes de 3% par année pour équilibrer son budget annuel, elle doit faire preuve de transparence avec les deniers publics. Rimouski, une Ville de plus de 67 000 habitants et un budget de plus de 70 millions a laissé tomber son Festival d'Automne pour une dette d'à peine 115 000$. Carleton sur Mer qui a un budget équilibré et même accumule des surplus depuis deux ans, en a fait de même avec son Maximum Blues. Combien d'absence de la mairesse faut-il, pour que l'ensemble des responsabilités financières de la Ville soient connu?

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.