Festival d'été à New Richmond : moins de monde qu’en 2011

Par ,
Les gens de la Baie-des-Chaleurs parleront longtemps du spectacle de Jean Leloup pour clôturer le programme, dimanche soir. Il a comblé et même dépassé les attentes, même si on savait qu'il est en forme cette année.

Les gens de la Baie-des-Chaleurs parleront longtemps du spectacle de Jean Leloup pour clôturer le programme, dimanche soir. Il a comblé et même dépassé les attentes, même si on savait qu'il est en forme cette année. Photo : Gilles Gagné

S’il a attiré moins de monde qu’en 2011, le Festival international d’été de Québec à New Richmond a complété sa programmation le dimanche 22 juillet avec un duo de spectacles dont les gens se souviendront longtemps, Plume Latraverse et surtout celui de Jean Leloup.

Les divers échos des performances de Leloup depuis le début de l’été le disaient «très en forme», inspiré et heureux. C’est exactement ce que les spectateurs ont vu, fort nombreux pour ce quatrième soir, à plus de 8 000 personnes sans doute.

La mairesse de New Richmond, Nicole Appleby, a d’ailleurs résumé les spectacles du dimanche en disant : «Ça a été le gros «show» pour beaucoup de monde. C’était le gros soir». Le public survolté semblait partager cet avis.

Au départ, elle admet qu’il y a eu moins de spectateurs qu’il y a un an. Mais quant à savoir combien de moins, il faudra attendre. Comme c’est devenu une habitude, la direction du Festival d’été à New Richmond ne divulguera ses chiffres qu’au moment opportun, c’est-à-dire quand elle est les aura tous.

En 2011, il avait fallu attendre à novembre avant d’apprendre que le festival avait fait ses frais, après un déficit de 283 000$ en 2010, la première année.

Pour le moment, Mme Appleby travaille déjà à l’amélioration du quatrième festival. Elle a donc confiance en l’avenir de l’événement, et assure qu’il n’y aura pas de gros déficit en 2012. «Il est trop tôt pour dire s’il y aura profit ou déficit. Si c’est un déficit, ce ne sera pas important», dit-elle.

Causes

Quand on lui demande si la réduction d’assistance est induite par la façon sélective qu’auraient les gens d’utiliser leur passeport, en se rendant seulement aux spectacles reflétant le type de musique qu’ils préfèrent, la mairesse met l’accent sur une cause plus simple.

«Au point de départ, on n’avait pas le gros nom de l’an passé, qui était le chanteur country Alan Jackson. Les gens ont apprécié faire des découvertes, comme Johnny Reid. Ils étaient très contents des spectacles, une fois sur place. Mais on n’a pas atteint ce qu’on aurait dû avoir comme assistance. Il y a une question de programmation. Pour attirer plus de gens, il faut plus de gros noms», souligne-t-elle.

Elle préconise au moins un spectacle avec un grand nom de la chanson francophone et un autre grand nom du côté anglophone. Il y a un an, elle avait essayé d’obtenir un spectacle de Shania Twain, la grande vedette canadienne du country. Des gens chuchotent qu’elle tenterait d’avoir Céline Dion, mais il n’y a aucune façon pour le moment de lui faire sortir son jeu.

Il faut idéalement un ou deux soirs rassemblant de 12 000 à 15 000 spectateurs pour que le festival fasse des profits. Le budget s’élevait à 1 990 000$ cette année. L’organisation prévoyait des ventes de billets de 1 million $, puis des commandites et des subventions totalisant un autre million$.

Le Festival d’été de Québec à New Richmond reviendra-t-il en 2013?

«À ce stade, je dirais oui, nous en aurons un. Il y a bien des choses à évaluer dans leur globalité. Je dois avoir un bilan complet avant. Oui, nous avons eu moins de monde mais personne n’a baissé les bras. Je n’ai pas les ventes de billets quotidiens et les ventes d’alcool. Nous avons remarqué que les ventes de passeports ont été plus lentes (en 2012) après les jours de lancement (passeports à rabais au début de mai). Nous devons analyser tout ça», explique Nicole Appleby.

Il est assuré que le spectacle «The Wall» présenté à Québec le samedi 21 juillet a eu un effet sur le festival de New Richmond, «mais c’est dur à mesurer. Je sais que des gens d’ici sont allés à Québec et que des gens d’ailleurs qui devaient venir ici sont aussi allés à Québec. Nous devons nous adapter. Québec ne tient pas compte de nous», assure-t-elle.

Changement

La formule du samedi soir, généralement réservé aux jeunes, pourrait être revue. «Billy Talent, c’était un gros spectacle. Il faut regarder la clientèle d’ici, celle de l’extérieur. Est-ce qu’on organise un énorme show pour les jeunes ou pour l’ensemble du public? Nous devons nous poser cette question», croit Mme Appleby.

À lire aussi

Le Festival d’été à New Richmond dévoile sa programmation

Zachary Richard au Festival d’été de Québec à New Richmond

Festival d’été à New Richmond : de retour pour deux ans

1 commentaire

Manue Babin a écrit le 30 juillet 2012

Malheureusement, cette année je n'ai pas pu assister au Festival d'été de Québec (FEQ) à New Richmond, mais j'étais à celui à Québec. Lors de mon passage dans la grande capitale, j'ai bien tenté de voir sur les programmations, dépliants, articles promotionnels, un petit coin où on aurait pu faire la promotion du festival du même nom qui a lieu dans une autre région. RIEN, moi je n'ai rien vu même si je sais qu'il y a bien quelque part où s'était écrit quelque chose. Je me demande bien de quelle nature est le partenariat entre Québec et New RIchmond pour l'organisation de cet évènement. Me voilà encore plus confuse de lire ici la citation de Madame Appleby qui dit "Québec ne tient pas compte de nous. " Alors là ... je suis bouche bée. Pourquoi alors le Festival de New Richmond s'appel FESTIVAL D'ÉTÉ DE QUÉBEC à New Richmond ???

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.