Développement économique et exportation

Fermeture du Centre de télécommunications de la SQ?

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Les élus de la MRC du Rocher-Percé craignent la fermeture du Centre de télécommunications de la SQ situé au poste de Pabos.

Les élus de la MRC du Rocher-Percé craignent la fermeture du Centre de télécommunications de la SQ situé au poste de Pabos. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Les élus de la MRC du Rocher-Percé appréhendent la fermeture prochaine du Centre de télécommunications de la Sûreté du Québec (SQ) situé au poste de Pabos.

Le conseil des maires a voté une résolution à l'unanimité mercredi soir demandant au ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, de rendre publiques les intentions «actuelles et futures» de son gouvernement sur ce sujet.

La préfète, Diane Lebouthillier, confirme de son côté être au fait de la situation depuis quelques jours. Selon elle, ce service pourrait prendre le chemin des grands centres selon les informations qui circulent. «J'ai reçu un appel lundi m'informant que ce centre est en péril, qu'il pourrait fermer. Et que les emplois pourraient être transférés dans les grands centres. J'ai aussi appris qu'une rencontre de la SQ se tiendra à Rimouski le 27 mars prochain où il sera question de restructuration et donc du centre de télécommunications».

Ce n'est pas la première fois que ce centre, qui dessert la Gaspésie, est menacé de fermeture par Québec, ajoute Mme Lebouthillier. «Il en était question en 2002 et en 2006. D'ailleurs, en 2006, les élus ont dû se rendre à Québec pour défendre le centre et éviter sa fermeture. Écoutez, on ne veut pas perdre nos acquis, ce sont des emplois bien rémunérés et, en plus, on a une expertise ici, une connaissance du territoire de la Gaspésie», déplore-t-elle.

Le syndicat mécontent

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec craint à son tour la fermeture du Centre de télécommunications de la SQ dans Rocher-Percé, qui engendrerait une perte de 16 emplois, rappelle la deuxième vice-présidente de la centrale syndicale, Suzanne Joncas.

Cette dernière déplore que ce soit encore une fois la région de la Gaspésie qui perdra des emplois au profit des grands centres. «C'est toujours comme ça que ça se passe. On ferme en Gaspésie en prétendant que ce n'est pas rentable pour ensuite transférer dans les grands centres. Ce que j'ai pu comprendre, c'est que le transfert du centre se ferait vers Rimouski ou Québec», précise Mme Joncas.

Du côté de la Sûreté du Québec, la sergente Nathalie Girard, refuse de commenter se limitant à mentionner que ce «ne sont que des rumeurs».

2 commentaires

d bouchard a écrit le 19 mars 2013

La S.Q., encore une arnaque pour fouiller dans nos portefeuille. La part à payer, des municipalités pour ce service, est basée sur l'évaluation municipale, qui elle augmente au trois ans, Comme on a augmente considérablement l'évaluation foncière partout au Québec, le coût des service pour la S.Q. connaît des hausses faramineuses. Mais le fait que ma maison vaut plus cher n'amène pas plus de service de la part de la S.Q. Si l'évaluation foncière d'une municipalité monte de 30%, le coût de la S.Q. lui ne devrait pas augmenter plus que l'inflation soit 2% ou 3%, puisqu'il n'y a pas d'augmentation de service, bien au contraire on coupe un service de communication. Juste une manière subtile du Gouvernement pour piger dans la poche des contribuables. Les maires vont en parler à leur congrès comme étant un gros problème, puis passer à autre chose puisqu'ils sont eu même des politiciens

Gaston Poirier a écrit le 15 mars 2013

Au lieu de couper des postes en région, surtout dans une MRC en grande difficulté, ces postes auraient pu être aboli à Mourial ou à Québec... Je ne dis pas non aux coupure lorsqu'elles s'imposent, mais je tiens à ce qu'elle ne se fasse pas au détriment de notre région, la région qui en arrache le plus à l'échelle du Québec. Et finalement, j'aimerais bien que Pelletier apprenne à respecter les noms des gens, autant des participants de ce blogue que de la Première ministre du Québec : du respect ça ne fait pas de tort à personne.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.