Politique, Développement économique et exportation

Femmes en mouvement ferme ses portes pour l'été

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Activités de groupe à Femmes en mouvement

Activités de groupe à Femmes en mouvement Photo : Gracieuseté

Faute de financement, l’organisme Femmes en Mouvement ferme ses portes pour l'été.

Fermé depuis le 25 juin dernier, l'organisme, qui rouvrira ses portes le
lundi 20 août, a dû prendre cette difficile décision mais non sans
amertume, tient à dire sa directrice, Hélène Morin. «Ce n’est pas parce
que c’est l’été que les femmes de notre communauté n’auraient pas besoin
d’accompagnement ou une présence du Centre. On a dû prendre cette
décision en raison de notre conjoncture financière. Il est vrai que nos
subventions sont indexées un peu chaque année, mais c’est loin d’être
suffisant pour combler l’ensemble des frais qui augmentent beaucoup plus
rapidement que l’indexation».

Éviter l’essoufflement

Cette décision, rappelle la directrice, est aussi un moyen pour éviter
l’essoufflement des trois travailleuses qui, cette année, ont reçu 645
visites et téléphones, accueilli plus de 1130 participantes et réalisé
une moyenne de 33 heures d’intervention individuelle par semaine. Mme
Morin se promet toutefois de ramener les enjeux du sous-financement du
secteur communautaire ainsi que de l’imposition de la taxe santé qui
passera à 200 $ en 2013 lors de la prochaine campagne électorale. «On
sera présent lors de la campagne. Comment peut-on accepter que le
gouvernement augmente les taxes et les impôts des individus et diminue
en même temps ceux des grandes entreprises ?». Il est plus que temps,
conclut-elle, que le gouvernement du Québec arrête de voir les
subventions des organismes communautaires comme une dépense, plutôt que
comme un investissement.

Femmes en mouvement vise à briser l’isolement des femmes, à favoriser
leur autonomie, de même qu’à défendre leurs droits et intérêts.
Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.