Le cri du poète

S'IL FAUT PASSER PAR LÀ (Une mauvaise fois pour toute)

Par Philippe Garon, poète, graffici.ca
Philippe Garon, poète et auteur

Philippe Garon, poète et auteur Photo : Offerte par l'auteur

"Vous et le chien
Vivez sans doute sur une autre planète
Où l’homme que je suis
Quoiqu’il en pense
N’a pas accès
Ni de près, ni de loin"
- Jean Basil Bezroudnoff, Promenade sur Mars

j’ai failli écrire
qu’il n’y a plus que quelques mésanges
qui visitent nos mangeoires
que la démocratie appartient maintenant
exclusivement aux incompétents
j’ai failli roter une claque d’adolescent
en mimant les codes à la mode
genre

Alors qu’on en finisse
Une mauvaise fois pour toute
Que le mal s’accomplisse
Qu’on arrête la joute
Laisser toutes les haines
Prendre toute la place
Et accepter les chaînes
Qui abrutissent les masses
Ne plus jamais éteindre
Les télévisions
Ne plus jamais enfreindre
Toutes ces règles à la con
Qu’on oublie la justice
Qu’on efface le doute
Alors qu’on en finisse
Une mauvaise fois pour toute

j’ai failli écrire que tout est perdu
même mes boulons de rechange
pour notre souffleuse de panique
j’ai peur de me revoir
dans ces cauchemars
j’ai failli roter une claque d’adolescent
en mimant les codes à la mode
genre

Alors qu’on en finisse
Une mauvaise fois pour toute
Et qu’ils nous serrent la vis
Jusqu’à la dernière goutte
Cessons de résister
Croyons les fatalistes
Arrêtons de donner
Soyons tous égoïstes
Au diable la dépense
Pensons juste au plaisir
Choisissons l’arrogance
Tuons les souvenirs
La Terre aux phalangistes
Racistes créationnistes
Négationnistes sexistes
Ignorants arrivistes
Politiciens pas fiables
Qui votent des lois injustes
Vargent sur les vulnérables
Nous volent pour leurs bonus
L’idiotie comme supplice
Pire que celui de la goutte
Alors qu’on en finisse
Une mauvaise fois pour toute

j’ai failli écrire un trou
jeter mon cadavre dedans
pour ne plus voir mon peuple s’entredéchirer
parfaire sa pulsion de mort
j’ai failli écrire que l’espoir a été retrouvé
dans une poubelle
criblé de balles
que je me suis pissé dessus
en entendant le ricanement glaçant des élus
mais j’ai lu la traduction de l’avertissement
« se tenir éloigné de la tarière et de la goulotte »
c’est moi qui tiens mes guidons de père
mes guidons d’homme
et tu me montres
que des chardonnerets
viennent visiter nos mangeoires

-30-


NOTE SUR L'AUTEUR
Philippe Garon est né à Sainte-Anne-des-Monts et habite à Bonaventure. Professionnel de la rédaction et de l'animation, il aime les arbres, la philosophie et la soupe aux légumes. Son premier récit, ("Salut, mon frère !", Vents d'Ouest, 2004) a été présélectionné pour le prix littéraire Association France-Québec / Philippe-Rossillon en 2005. Il a participé au Festival de poésie de Caraquet en 2009 et au Festival en chanson de Petite-Vallée dans la catégorie « paroliers » en 2010. Philippe aime se servir de l'indignation collective pour en faire une force constructive. GRAFFICI.CA a le plaisir de vous offrir un poème inédit de cet auteur chaque mois.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.