Correspondances

SI TU EXISTES

Par Roxanne Langlois, blogueuse, graffici.ca
Grande amoureuse des mots, Roxanne Langlois use de sa plume, de son humour, de son sarcasme et parfois de son impertinence pour faire sourire et partager ses humeurs.

Grande amoureuse des mots, Roxanne Langlois use de sa plume, de son humour, de son sarcasme et parfois de son impertinence pour faire sourire et partager ses humeurs. Photo : OFFERTE PAR L'AUTEURE

Père Noël   
Pôle Nord    
HOH OHO  


Cher Père Noël,  

 Je t’écris cette lettre devant mon «pas de sapin», là où il y aurait des lumières rouges et vertes si j’avais pris la peine de décorer. Si j’avais tenté de m’imprégner de l’ambiance, de me plonger ne serait-ce qu’un peu dans la magie du temps des Fêtes. Mais mon appartement est resté figé en novembre ; Noël n’est pas à cette adresse.

Ça fait plusieurs années que je m’imperméabilise au temps des Fêtes. Que je dresse  un petit bouclier que je ne baisse que le 24 décembre au soir. Depuis qu’on me vouvoie dans les magasins. Depuis que j’ai mis de côté les calendriers de l’Avent, les bricolages et Ciné-Cadeau. Depuis que j’ai compris que le temps des Fêtes amène à certains plus de tristesse que de joie.

Je ne t’apprendrai rien ici, Petit Papa Noël. Je ne suis pas l’une de tes plus grandes fans. Je ne déteste pas Noël. Juste que ta fête ne me fait ni chaud ni froid jusqu’à ce que je revienne «à la maison», que je serre les membres de ma famille dans mes bras, que je vois le sapin de Noël de ma mère et la cargaison de beignes que mes parents concoctent pour acheter la paix. Noël ne vient me chercher qu’à la dernière minute chaque année. In extremis. De plus en plus tardivement, on dirait.

Ça commence presque à me faire peur. Je crains que l’esprit des Fêtes ne m’atteigne plus à temps, un de ces jours. Mais il y a pire, tu sais : à 28 ans et demi, j’ai bien peur de ne plus beaucoup croire en toi.  

Considérant cette croyance qui s’effrite, tu dois trouver étrange que je t’écrive. Disons que je t’adresse cette lettre au cas ou. Je n’ai pas de chance à prendre, cette année. Il y a une chose si importante que je veux te demander que le cœur se serre lorsque j’y pense. Il y a au moins 20 ans que je n’ai pas tant espéré en t’écrivant.

Si tu veux bien oublier quelques minutes que je ne suis plus une enfant, que je suis inondée par l’âge adulte, je vais te passer une commande, monsieur Noël. S’il est vrai que tu es magique et si généreux, peut-être accepteras-tu d’exaucer mon souhait.

Tu sais, cette magie de Noël que je n’utilise pas? Celle que je laisse s’éteindre dans un tiroir? Pourrais-tu l’amener à Félix quand tu passeras par Saint-Siméon, en Gaspésie? Pour que son cœur soit tellement rempli d’amour et de bonheur qu’il parvienne à oublier qu’à 9 ans, son petit corps d’enfant se bat contre un deuxième cancer. Pour qu’il vive le Noël que tous les enfants du monde méritent : un Noël d’insouciance, un Noël d’enfance. Un coup parti, peux-tu lui donner un peu de ma santé, une petite dose de mon énergie?

Et si jamais, dans la craque des coussins de ton traîneau et dans ton manteau rouge que tu ressortiras bientôt, tu trouves quelques dollars qui trainent… Pourrais-tu les mettre de côté pour la famille de ce jeune super-héros gaspésien? Pour ce petit combattant si courageux à qui la vie impose un deuxième round?

Je te laisse le lien ici, au cas ou : https://www.gofundme.com/pxc28z5g

Santa Claus, je sais bien que l’argent ne combat pas le cancer des os et qu’il n’achète pas la santé, même pour les enfants les plus sages. Mais je sais aussi qu’il rend les batailles moins inquiétantes. Lorsqu’il est là, il a ce don d’atténuer le stress et de permettre de se concentrer sur ce qui compte le plus. Guérir.

Père Noël, fais cela pour moi, je t’en prie.

Si tu existes.

Quand tu descendras du ciel avec des jouets par milliers, n’oublie pas ma demande.

N’oublie pas Félix.

Roxanne Langlois, 28 ans et demi

-30-

NOTE SUR L’AUTEURE
Diplômée du Cégep de Jonquière en Arts et technologie des médias (journalisme) et en Communication, politique et société (UQÀM), Roxanne Langlois a également débuté un baccalauréat en droit à l’Université de Montréal. Après une overdose de Station Berri-UQÀM, de tranches pizza à 0,99 $ et d’études, elle met le cap sur Carleton-sur-Mer à l’automne 2011. Objectifs : vivre à temps plein et au quotidien son coup de foudre pour la région ainsi que devenir une Gaspésienne d’adoption exemplaire. Après avoir travaillé en communications et en politique, on la retrouve aujourd’hui dans le domaine du développement régional. Passionnée des êtres humains et de leurs travers, la blogueuse est aussi mordue d’écriture depuis sa première peine d’amour. Grande amoureuse des mots, elle use de sa plume, de son humour, de son sarcasme et parfois de son impertinence pour faire sourire et partager ses humeurs.


4 commentaires

JeanYves Synnott a écrit le 25 décembre 2015

Que ce texte chère Roxanne, soit lu par des milliers de gens pour que cette période de l'année remplie le cœur de ces petits êtres et qui demandent seulement de célébrer Noël sans douleur sans peine et sans inquiétude. Merci pour ce texte. xxx

nadoo a écrit le 23 décembre 2015

Père Noël, tu peux prendre ma magie à moi aussi su cela peut permettre à ce beau Felix de la vivre durant les prochains jours. Xxx

Roxanne Langlois a écrit le 23 décembre 2015

Oups! Petite erreur lors de la mise en ligne de ce texte : le titre devrait être ''Si tu existeS''... Joyeuses Fêtes à tous et un énorme merci de me lire chaque mois!

Véronique St-Pierre a écrit le 23 décembre 2015

Merci chère Roxanne! Tu as exprimé notre souhait le plus cher: celui que Félix puisse oublier l'espace d'un instant ce qui se cache dans son corps et ce qu'il devra endurer pour en guérir.. Qu'il soit un enfant insouciant! J'adore ta plume et tu m'as émue aux larmes (bon ça arrive plus souvent que je voudrais ces temps-ci!) Merci de nous porter dans ton coeur et que Papa Noël te lise et apporte de la joie et un peu d'insouciance à toutes les familles d'enfants malades. xxx

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.