Art, culture et loisirs

Un été culturel qui va dans toutes les directions (partie 1)

Par Roxanne Langlois, journaliste, graffici.ca
Kevin Parent et Gilles Bélanger s'occupent d'une grande partie de l'animation musicale estivale à Nouvelle cet été.

Kevin Parent et Gilles Bélanger s'occupent d'une grande partie de l'animation musicale estivale à Nouvelle cet été.

CARLETON-SUR-MER, Juillet 2019- Les événements culturels jouent un rôle déterminant dans l’animation de la vie gaspésienne estivale, qu’il s’agisse de festivals, de lancements de livres, de disques ou de fêtes communautaires. L’été 2019 foisonne de ce type d’événements. Graffici vous offre ici, et dans les pages suivantes, un petit échantillon de ce qui ponctuera les prochaines semaines ou des livres et disques qui peuvent accompagner les Gaspésiens et leurs visiteurs pendant la chaude saison. Il y a évidemment beaucoup plus au programme, mais cet échantillon peut mener les lecteurs, mélomanes et férus de toutes les formes d’art vers les autres offres culturelles. Bon été!

Les vents violents, l’Everest de Phile

Voilà plusieurs années que le Gaspésien d’adoption Philippe Patenaude, de son nom d’artiste Phile, rêvait  d’un second album ; le musicien, devenu parolier et chanteur sur la route de sa concrétisation, a joliment atteint son but avec Les vents violents.

« Je me sens comme si j’arrivais au top de l’Everest », a-t-il lancé à la foule lors de son lancement, le 13 juin dernier, à Bonaventure. Le disque est issu d’un travail de longue haleine. Il est aussi le résultat d’un très grand saut exécuté par l’auteur- compositeur-interprète.

Son premier opus, intitulé Le corps territoire (2011), était entièrement instrumental. Phile n’avait encore jamais, avant de présenter son deuxième album à ses concitoyens, offert sa voix à un public. « C’est comme si je n’avais pas suivi les étapes normales. C’est un parcours assez inhabituel, si l’on veut », admet en riant le principal intéressé. 

Un heureux mélange 

Les vents violents constitue un disque de 11 titres originaux alliant pop et folk ; ses mélodies, parfois planantes, se veulent entraînantes à d’autres moments. L’album est aussi un heureux mélange auquel de nombreux musiciens de renom, dont Marc-André Laroque, Pierre-Olivier Gagnon, Guillaume Doiron et Julien Sagot, ont ajouté leur grain de sel.

Le Gaspésien Guillaume Arsenault a pour sa part collaboré à l’écriture de la chanson Plancher-Plafond. Quant à la chanson Je suis de n’importe où, elle a été rédigée par un internaute, Mamadou Diadhiou, dans le cadre d’un processus d’écriture collective initié par Philippe Patenaude en 2012.

Les thèmes à la fois intimes et universels s’entremêlent également dans les chansons de Phile, par exemple l’apport de l’enfance au monde adulte, les difficultés vécues au sein d’un couple à la suite de la naissance d’un enfant et l’imminence de la mort. 

Ceux et celles désirant en savoir plus peuvent consulter la page Facebook « Phile » ou le www.phile.ca. Les mélomanes peuvent également se procurer l’album sur les différentes plateformes numériques et la pochette contenant un code de téléchargement dans certains commerces de la péninsule. 

Un troisième voyage dans le temps pour Pascal Alain 

Historien de formation, Pascal Alain se plaît à vulgariser le passé : le citoyen de Carleton- sur-Mer tente l’expérience pour une troisième fois avec un ouvrage de photographies anciennes et commentées, La Baie-des- Chaleurs, les savoureux accents de la mer. 

Récemment lancé, le livre constitue le résultat d’un peu plus d’une année de recherche déployée par l’auteur, qui a également signé Carleton-sur-Mer, un regard sur le passé (2017) et Curiosités de la Baie-des-Chaleurs (2018). 

Celui qui a exploré de nombreux fonds d’archives a dégoté pas moins de 1300 images. Environ 200 d’entre elles ont été sélectionnées et composent l’ouvrage. Des œuvres de Marius Barbeau, Lida Moser et Carmen Roy sont parmi les clichés qui forment une véritable fenêtre sur l’histoire gaspésienne de 1860 à 1960. Ces images n’avaient d’ailleurs jamais été publiées dans un ouvrage entièrement dédié à la péninsule. 

L’humain en avant-plan 

Si ces trésors dépoussiérés par l’historien témoignent des mœurs, des traditions, des métiers et du patrimoine bâti de l’époque, c’est surtout sur les Gaspésiens et Gaspésiennes que Pascal Alain a voulu mettre l’accent. 

« Le plus possible, je voulais mettre l’humain au cœur de la Gaspésie. C’est le futur, mais c’est aussi le passé. Montrer des bâtiments inanimés avec personne autour, ça enlève en quelque sorte l’importance du lieu », plaide-t-il. M. Alain a d’ailleurs particulièrement cherché à mettre en lumière la gent féminine, très faiblement représentée dans les photographies d’archives. 

Le bouquin, qui se consacre au territoire compris entre les Plateaux de Matapédia et Port-Daniel-Gascons, est publié aux éditions GID et est déjà disponible en librairie. Pour plus d’information, visitez la page Facebook « Pascal Alain - Auteur et historien ».

De grands rendez-vous musicaux au 150E de Nouvelle 

Bien que les festivités battent leur plein depuis déjà plusieurs mois à Nouvelle, la programmation du 150e anniversaire du village réserve encore de belles surprises aux spectateurs. 

Si Gilles Bélanger a déjà, par le passé, conçu des spectacles dédiés à l’anniversaire de deux municipalités, l’auteur-compositeur- interprète aura cette fois l’occasion de redonner à sa propre communauté avec L’eau, la pierre et le temps

Une quinzaine de chansons expressément créées par l’artiste seront ainsi, du 18 au 28 juillet, offertes à la manière de capsules temporelles dans le cadre de cette fresque historique et musicale présentée au Parc national de Miguasha. Accompagné de quatre musiciens et chanteurs, le Gaspésien présentera une heure trente de folk contemporain auquel s’ajouteront multimédia et récits. 

Ce dernier se dit privilégié de prendre part activement à un moment marquant pour son coin de pays. « Je viens de Nouvelle et tout ce que j’ai écrit dans ma vie, même le projet Douze hommes rapaillés dont je suis l’initiateur et le compositeur, vient de ma jeunesse dans la Baie-des-Chaleurs », confie-t-il. 

Tout un week-end 

Kevin Parent a aussi choisi de prêter sa voix, sa guitare et son talent de rassembleur au 150e. Le porte-parole présentera sa fin de semaine musicale aux Nouvellois les 2 et 3 août à l’hippodrome. 

L’auteur-compositeur-interprète de Nouvelle, qui offrira plusieurs de ses plus grands succès, sera accompagné de quelques-uns de ses amis lors de la première soirée ; France d’Amour et Mélissa Lavergne notamment, seront du nombre. Le rendez-vous du lendemain s’ouvrira quant à lui avec un clin d’œil aux talents locaux. Suivront Les Révoltés, fort populaires à Nouvelle vers la fin des années 1960, et le groupe Shine. 

« Mon but, c’est vraiment de faire vivre aux gens de Nouvelle, d’abord et avant tout, une belle fin de semaine. Je veux faire en sorte que la communauté se tienne, se parle », lance l’artiste et organisateur. 

Le 4 août, le spectacle Du Choeur aux cordes sera présenté à l’église en après-midi. Ce concert de cordes et de percussions douces mettra en valeur le quatuor formé de Pascale Croft, Marie- Andrée Gaudet, Marianne Croft et Mélissa Lavergne. 

Pour les détails et les billets, visitez le www.nouvellegaspesie.com


 
Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.