Développement économique et exportation

C’est un départ pour le nouveau transporteur Air Gaspésie

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le Navajo Chieftain 8 passagers, un des trois appareils d’Air Gaspésie, a une autonomie de 1300 kilomètres.

Le Navajo Chieftain 8 passagers, un des trois appareils d’Air Gaspésie, a une autonomie de 1300 kilomètres. Photo : Gracieuseté - Air Gaspésie

Fondé au printemps dernier, le transporteur aérien, Air Gaspésie, offre depuis lundi ses services de vols nolisés.

Après plusieurs mois de travail, l’entreprise basée à Gaspé répond maintenant à toutes les exigences de Transports Canada et détient son permis d’exploitation.

Son directeur, François Guimont, souligne que des demandes de clients sont actuellement en traitement et que les appareils de la jeune entreprise pourraient commencer à voler dès la semaine prochaine. «Nous attendons ce moment depuis fort longtemps», dit avec enthousiasme l’entrepreneur au bout du fil.

La mise sur pied du nouveau transporteur a nécessité des investissements de plus d’un million de dollars. La flotte d’Air Gaspésie comprend trois appareils : un Navajo Chieftain (huit passagers), un Cesna 310 (cinq passagers) et un Cesna 172 (trois passagers)

Les services

L'entreprise souhaite se démarquer en offrant des vols sur mesure, sans horaire fixe et avec des prix compétitifs, souligne M. Guimont. «Notre service de taxi aérien sera apprécié par les gens d’affaires de la Gaspésie et de toutes les personnes qui souhaitent se déplacer rapidement. Par exemple, il sera possible de décoller de Gaspé pour aller directement sur le Côte-Nord, sans passer par Québec», dit-il, ajoutant que les vols pourront se rendre dans tous les aéroports de l’est du Canada et du nord-est des États-Unis.

M. Guimont n'a pas voulu s'avancer sur le prix des différents vols, mais promet qu'ils seront abordables. «Tout dépendra de la demande et du nombre de passagers dans l’avion.»

Air Gaspésie offrira par ailleurs aux touristes des vols panoramiques pour voir le rocher percé, le parc Forillon ou n’importe quel autre paysage de la péninsule gaspésienne. «C’est vraiment du sur mesure. Nous allons nous adapter à la demande», précise M. Guimont.  

L’entreprise embauche sept personnes, soit cinq pilotes, une directrice de l’administration et un directeur des opérations. Lors du démarrage de l’entreprise, M. Guimont a pu compter sur l’aide d’un pionnier de l’aviation, Michel Pouliot, dont l’aéroport de Gaspé porte le nom.

Le lancement officiel d’Air Gaspésie est prévu le 1er novembre à Gaspé.  

À lire aussi

Air Gaspésie: retour des vols nolisés à Gaspé

1 commentaire

Claude Beaulieu a écrit le 17 octobre 2012

Bravo et longue vie. Il était temps pour un concurant. Je suis sur que vous aller faire vôtre place.Mrs Pouliot est un pionnier dans ce domaine. Je vais aller vous voir. bonne chance.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.