Développement économique et exportation

De l'espoir pour Orbite Aluminae

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Cette nouvelle entente financière apporte de l'espoir à Orbite Aluminae qui souhaite finaliser la construction de son usine de Cap-Chat.

Cette nouvelle entente financière apporte de l'espoir à Orbite Aluminae qui souhaite finaliser la construction de son usine de Cap-Chat. Photo : Johanne Fournier

CAP-CHAT – Dans ses démarches visant à trouver des partenaires financiers qui lui permettront de finaliser la construction de son usine de Cap-Chat, Orbite Aluminae annonce qu'elle est en voie d'obtenir 56 millions de dollars.

De ce montant, 50 millions de dollars proviendraient d'un engagement conclu avec Crede Capital, une institution américaine d'investissement. Assujettie à certaines conditions, cette entente serait réalisée à l'intérieur d'un placement privé. Par ailleurs, Orbite compte recueillir 6 millions de dollars en placement public.

« Nous avons le plaisir d'annoncer à nos actionnaires, qui ont fait preuve d'une grande patience au cours des quatre derniers mois, que nous avons un engagement ferme susceptible de nous permettre de lever les capitaux nécessaires afin de compléter notre usine de production d'alumine de haute pureté à Cap-Chat », a fait savoir, par communiqué, le chef de l'exploitation de la minière, Glenn Kelly, qui décline toute demande d'entrevue. « Entre le prospectus préliminaire et le prospectus final, je ne peux pas commenter, a-t-il expliqué. C'est mal vu par l'Autorité des marchés financiers. »

Orbite poursuit et concentre ses discussions avec le gouvernement du Québec afin d'obtenir du financement supplémentaire. Selon la société, les pourparlers progressent.

Budget à la baisse

À la fin octobre, les dirigeants d'Orbite ont révisé à la baisse le budget qui est nécessaire pour compléter la construction de son usine de Cap-Chat et pour faire l'achat des équipements requis. De 31 millions de dollars, les estimations sont passées à 28,3 millions de dollars. Jusqu'à présent, plus de 75 millions de dollars ont été consentis dans le projet, ce qui est beaucoup plus que la direction l'avait estimé au départ. Les dépassements de coûts ont explosé au cours de la dernière année.

Dans sa phase optimale, l'objectif de l'entreprise consiste à atteindre une capacité de production de trois tonnes d'alumine par jour.

L'alumine de haute pureté est principalement utilisée pour la fabrication de saphirs synthétiques destinés à l'industrie de la fibre optique. Elle sert également à la confection des ampoules LED. Orbite souhaite aussi, à plus long terme, approvisionner les alumineries en alumine métallurgique.

Remontée du titre

L'action d'Orbite à la Bourse de Toronto a bondi depuis que l'entreprise a fait savoir qu'elle était sur le point d'obtenir les capitaux espérés. Jeudi, le titre s'est échangé à 50 cents. Prisée du côté des petits investisseurs québécois, l'action a fondu de 83 % au cours de la dernière année.

3 commentaires

Albert Picard a écrit le 20 novembre 2013

Je ne crois pas, M. Saint-Pierre. Lorsque les nouvelles atteignent les médias, le marché des actions a déjà anticipé. Il est trop tard pour réagir. Autrement ce serait trop facile. Si vous aviez raison, vous auriez ré-hypothéqué votre maison afin de dégager des capitaux que vous auriez aussitôt investis dans Orbite. Cependant, les événements futurs sont assujettis à des risques, à des incertitudes, à des hypothèses et à d’autres facteurs imprévisibles, connus ou inconnus, dont plusieurs sont indépendants de la volonté d'Orbite. Pour ce qui est des impacts environnementaux, on baigne dans la même incertitude, mais pour une raison différente : Le manque de transparence.

Marc-André St-Pierre a écrit le 18 novembre 2013

Une annonce comme ça, c'est sûrement pour calmer le jeu. Sinon, me semble qu'il y a un principe de base qu'on apprend bien jeune. Tant que tu ne l'as pas, tu ne l'as pas. Tu en parles quand tu l'as. Mais bon, le dernier paragraphe de cet article nous fait bien comprendre le pourquoi de cette « nouvelle ».

Bilbo Cyr a écrit le 18 novembre 2013

Le financement c'est une chose. Une étude d'impact indépendante? Parce qu'il y en a des impacts dans ce genre de projet, même si on va encore nous assurer que tout sera fait dans le respect des lois et des normes, et que la technologie est tellement révolutionnaire qu'on devrait être rassurés. Et avant qu'une horde de trolls ne tentent de me peinturer dans un coin, au risque de se salir les mains, je dirai encore que je ne suis pas contre tout, mais toujours contre la même affaire: le manque de transparence. On veut des jobs, c'est sur, mais quel en sera le prix en fin de compte?

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.