Politique, Développement économique et exportation

Éolien : Québec lance les appels de proposition

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
La ministre Martine Ouellet a lancé le processus d’appel d’offres dans le secteur de l’éolien, accompagnée des ministres Lelièvre et Bérubé.

La ministre Martine Ouellet a lancé le processus d’appel d’offres dans le secteur de l’éolien, accompagnée des ministres Lelièvre et Bérubé. Photo : Nelson Sergerie

CARLETON-SUR-MER – Québec lancera un appel d’offres pour un bloc de 450 des 800  mégawatts d’énergie éolienne à la mi-octobre.

En marge du caucus des députés du Parti québécois, qui se tient mercredi et jeudi à Carleton-sur-Mer, la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, annonce la publication d'un projet de règlement dans la Gazette officielle du Québec pour commentaires.

Ainsi, 300 mégawatts sont réservés aux régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. « La communauté locale devra avoir plus de 50 % du contrôle des projets parce qu’on veut s’assurer des retombées pour les communautés locales pour les projets d’implantation », précise la ministre.

De ce total, 225 mégawatts devront être livrés au plus tard le 1er décembre 2017 et l'autre bloc de 225 mégawatts, au plus tard le 1er décembre 2018.

Prix plafond

La ministre a indiqué que le prix de vente ne pourra excéder 9,5 cents le kilowattheure. « C’est un plafond. C’est important de pouvoir gérer les prix pour éviter les excès que l’on a connus au cours des dernières années. Un prix de 13,3 cents le kilowattheure qui est le prix moyen du 3e appel d’offres, ça n’a pas de bon sens. Il n’y a pas eu une bonne gestion de l’éolien au cours des dernières années », indique Mme Ouellet, jetant la pierre au passage à l’ancien gouvernement libéral, qui, selon elle, n’a pas bien encadré le processus.

Selon elle, « cet écart est injustifiable ».

Malgré ce plafond, la ministre assure que les projets seront économiquement viables pour les milieux : « La rentabilité va être au rendez-vous. Nous avons procédé à des consultations dans le milieu. On n’a pas réfléchi en vase clos », insiste Mme Ouellet.

Maintien des emplois

Les contrats devraient être attribués en décembre, ce qui devrait permettre d’éviter un ralentissement des activités, alors que les industriels de l’éolien ont toujours dit qu’il fallait agir rapidement afin de maintenir les 800 emplois dans ce secteur d’activités au  Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie.

« Si nous lançons ce 450 mégawatts aujourd’hui, c’est strictement dans une perspective de maintenir des emplois. C’est un choix que nous avons fait de soutenir les emplois dans les deux régions. Nous pensons que c’est important », dit la ministre.

Au Québec, plus de 150 entreprises fournissent des services ou des composantes d'éoliennes et génèrent plus de 2000 emplois directs.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.