Politique, Développement économique et exportation

Éolien : Québec annonce 800 mégawatts et un plan à long terme

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
La première ministre Pauline Marois a fait l'annonce de 800 MW d'énergie éolienne en compagnie de la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, ce matin, à Gaspé.

La première ministre Pauline Marois a fait l'annonce de 800 MW d'énergie éolienne en compagnie de la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, ce matin, à Gaspé. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – Québec annonce l'attribution de 800 mégawatts d'énergie éolienne, dont plus de la moitié est réservée à la Gaspésie, aux communautés autochtones gaspésiennes et au Bas-Saint-Laurent.

Ainsi, 450 mégawatts resteront dans ces deux régions et au sein du regroupement Mi'gmawei Mawiomi, composé des communautés de Listuguj, Gesgapegiag et Gespeg.

Un total de 200 mégawatts est réservé à Hydro-Québec Production - une première – et le reste, 150 mégawatts, sera attribué par appel d'offres à travers la province.

«L'énergie éolienne s'inscrit dans la nouvelle politique énergétique que le gouvernement est en train d'élaborer», affirme la première ministre Pauline Marois, qui a fait cette annonce, ce matin, à l'usine de pales LM Wind Power, à Gaspé.

«Les appels d'offres viseront des projets initiés par des communautés locales ou des coopératives, en partenariat avec des développeurs privés», prend soin de mentionner la première ministre.

«Nous savions qu'il y avait une urgence en fonction des délais pour qu'il n'y ait pas d'arrêt dans les carnets de commandes», précise la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet.

Selon le gouvernement, cette annonce va générer près de 2 milliards de dollars d'investissement, en plus de maintenir 2000 emplois directs.

Horizon 2024

Québec veut soutenir cette industrie d'ici 2024 alors que le renouvellement du parc éolien actuel devra s'amorcer à compter de 2025.

«Le gouvernement s'engage à assurer la pérennité de l'industrie éolienne du Québec. Il faut s'assurer qu'il n'y ait pas de trous dans le carnet de commande de l'industrie», dit Mme Marois.

«D'ici là, il s'agira de s'assurer d'une production en continue. Nous sommes déterminés à trouver des solutions qui vont assurer l'avenir à long terme de cette industrie en Gaspésie et ailleurs au Québec», ajoute la première ministre.

«On finit nos analyses et nous allons vous présenter une vision 2024 parce que nous voulons maintenir le secteur manufacturier pour de bon au Québec», ajoute la ministre des Ressources naturelles, précisant qu'il y aura d'autres annonces à venir.

Réactions

Le président de la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Bertrand Berger, salue cette annonce : «Pour nous, c'est une excellente nouvelle parce qu'il y aura des retombées économiques. C'est extrêmement profitable et d'une importance capitale», dit le président.

Le directeur du TechnoCentre éolien, Frédéric Côté, parle d'une belle annonce, lui qui a sonné l'alarme à plusieurs reprises au cours des derniers mois : «C'est une annonce charnière. On voit qu'il y a un désir d'aller vers une direction nouvelle avec l'implication Hydro-Québec Production. Globalement, c'est une annonce bien distribuée», dit-il.

L'industrie

Au Québec, plus de 150 entreprises fournissent des services ou des composantes d'éoliennes. La province est le deuxième plus grand producteur de ce type d'énergie, après l'Ontario, avec 1716 mégawatts implantés, soit plus de 26 % de la puissance canadienne.

14 commentaires

Albert Picard a écrit le 13 mai 2013

"Cherchez le courant" m. Leblanc et regardez du côté de la rivière Romaine. Plein de Kws/h s'en viennent. À donner. En relisant le commentaire de m. Charron plus bas, vous serez en mesure d'évaluer où ça mène l'athéisme.

Joseph Leblanc a écrit le 13 mai 2013

Bon le comté de madame la Reine ne veut pas d'éoliennes dans sa cour, alors la Reine vient les dumpés dans la région ! Aussi au sujet de la la Centrale de Beauharnois M. Picard une chance qu'elle a été construit en 1930 parce que aujourd'hui ça ne serait plus possible BECAUSE LA FAMEUSE RELIGION VERTE .

claude charron a écrit le 12 mai 2013

La Gaspésie croit encore au Père Noël. Nous sommes en surplus d'électricité pour au moins les 15-20 prochaines années. En plus des surcoûts de l'énergie éolienne. Au prix actuel du marché cette énergie coûtera aux consommateurs $300 millions en pures pertes pour 2013. À terme en 2015-2016 quand les projets éoliens seront complétés ce sont $500 à $600 millions/année en pertes qu'Hydro-Québec devra absorber à même notre facture d'électricité. Pour ce 800 MW supplémentaire je préfère arrêter de compter les pertes. Bref un authentique suicide économique. L'éolien appauvrit les québécois et contribue à creuser davantage notre dette déjà historique. Tous les économistes et les analystes en énergie font consensus, la filière éolienne au Québec est un vaste gouffre financier et en aucun cas cette décision du gouvernement est basée sur la réalité économique. La Gaspésie vient d'hériter d'un autre éléphant blanc politique.

Nicole Fortin a écrit le 12 mai 2013

M. Picard, je pense que vos pirouettes vous ont un peu étourdies.

Albert Picard a écrit le 12 mai 2013

Madame Fortin, votre éditorial moralisateur me rappelle l'époque de Marie-Antoinette.

Nicole Fortin a écrit le 12 mai 2013

M. Picard, c'est pas avec des commentaires comme ca qu'on va faire avancer le Québec. Faire porter le chapeau aux résidants d'une ville pour des actes commis par des gens sans scrupules. P.S. M. Picard les bancs de neige sont beaucoup plus hauts en Gaspésie que ceux de Laval, alors pour les pirouettes qui a le plus de chance d'en faire.

Albert Picard a écrit le 12 mai 2013

J'aimerais préciser à m. Poirier, un autre environnementaliste qui s'ignore, que ces réjouissances ne sont que du moyen terme. Sauf si nous développons des innovations technologiques dans ce domaine. Là nous exporterons autre chose que des Kws (pour le moment à perte, il faut bien le dire) mais aussi de la technologie made in Québec. Les industriels de la région, aidés des outils disponibles dans la nouvelle "Stratégie d'intervention gouvernementale pour le développement de la région 2013-2018", y arriveront. Je le souhaite. Par contre, là où j'ai des réserves, c'est sur l'affirmation de la PM Marois voulant que cette annonce s'inscrive dans la "nouvelle politique énergétique que le gouvernement est en train d'élaborer". On ne peut pas faire ce genre d'annonce si la politique énergétique n'est pas prête. Ce n'est pas logique. Il faut savoir ce qu'elle contient. Par exemple, si le Québec s'engageait sur la voie des économies d'énergie, ce serait inscrit dans la politique. Et à mon humble avis, c'est un secteur qui créerait beaucoup, beaucoup plus d'emplois, tout comme le prétend Québec Solidaire. Dans un tel cas je ne suis pas sûr qu'on regarderait du même œil l'augmentation des Kws provenant de l'éolien.

Gaston Poirier a écrit le 11 mai 2013

Si on s'en tenait au sujet de cet article... Pour ma part, je trouve que c'est une excellente nouvelle pour nos manufacturiers régionaux et pour tous les experts gaspésiens qui gravitent autour de l'industrie éolienne. Le gouvernement vient de sauver près de 1000 emplois dans la région, principalement avec l'apport du privé, mais aussi des communautés locales et autochtones et même d'Hydro-Québec qui, pour une première fois de son histoire, sera le promoteur de parcs éoliens! Simplement, cette annonce est un gros WOW qui devrait faire l'affaire autant des industriels (que mes amis Pelletier et Leblanc aiment si fort habituellement) que des vert-i-colores comme mes amis Picard et Bilbo! Festoyons et savourons pendant que ça passe!

Albert Picard a écrit le 11 mai 2013

Professeur Pelletier, vous êtes hors-sujet. Votre esprit est si indiscipliné que vous allez finir par manquer de souffle. Concentrez-vous

Albert Picard a écrit le 11 mai 2013

Inutile de chercher le profit instantané. On ne joue pas à la bourse ici. (Ai-je besoin d'entrer dans les détails m. Pelletier?) Sachons être patients. Comme pour la Centrale de Beauharnois, qui est aujourd'hui une vraie planche à imprimer de l'argent, les installations des parcs d'éoliennes auront droit à leur heure de gloire elles aussi.

Joseph Leblanc a écrit le 11 mai 2013

Mon lien précedent ne fonctionne pas essayez celui la.....https://www.ceic.gouv.qc.ca/fileadmin/Fichiers_client/centre_documentaire/Piece_5P-114.pdf

Joseph Leblanc a écrit le 11 mai 2013

@ A. Picard gardez vous une petite gêne Marteau n'est pas très loin .................................................https://www.ceic.gouv.qc.ca/fileadmin/Fichiers_client/centre_documentaire/Piece_5P-114.pdf.

Albert Picard a écrit le 11 mai 2013

Quelques précisions sur le pétrole et les impôts. Le pétrole au Québec représente 0%, oui 0% du PIB, pour la raison toute simple qu'il n'y en a pas qui soit commercialement exploitable. (l'ensemble du secteur des richesses naturelles ne représente que 3% du PIB Québécois qui est de 300 milliards $). On ne va pas investir dans cette archaïque technologie du passé. C'est comme investir dans l'Association Touriste Régionale de Laval. Laval, ce n'est pas une région touristique, c'est un dortoir. On serait mieux avisé d'écrire à son député afin que le gouvernement cesse d'engouffrer de l'argent dans cette ATR en pure perte. Ce serait moins inutiles et plus productifs.

Albert Picard a écrit le 11 mai 2013

Monsieur Pelletier, il faut néanmoins souligner que le quart de ces 800 nouveaux mégawatts sera développé par Hydro-Québec production. Là ça va être payant. Pour ce qui est du plaisir inassouvis des Québécois auquel vous référez, dites-nous comment ça se passe dans votre fief de LAVAL UNE ÎLE UNE VILLE UN GILLES? Vous semblez plus que tous les autres Québécois réunis aimer ça payer des taxes pour enrichir les gangsters. Que faisiez-vous pendant toutes ces années, des culbutes dans les bancs de neige?

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.