Politique

Éolien : les libéraux ne veulent pas porter le chapeau

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Les libéraux ne veulent pas porter le chapeau sur les contrats de gré à gré dans le secteur éolien.

Les libéraux ne veulent pas porter le chapeau sur les contrats de gré à gré dans le secteur éolien. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – Les libéraux refusent de porter le chapeau dans le dossier des contrats gré à gré prévus par le gouvernement Marois à la suite du nouvel appel d’offres dans le secteur éolien, annoncé le 10 mai dernier, à Gaspé et Matane.

Le projet de loi 25 sur la mise en œuvre du budget Marceau prévoyait notamment une mesure qui permettait à Hydro-Québec de conclure de gré à gré des contrats pour 450 des 800 mégawatts réservés à la Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent, dont les 150 mégawatts pour les Micmacs de la Gaspésie.

Les partis d’opposition ayant indiqué qu’ils voteraient contre le projet de loi, en raison notamment de cet aspect, le Parti québécois a reculé mardi soir.

Le porte-parole libéral en matière de Plan Nord et de mines, Jean D’Amour, déplore l’attitude du Parti québécois qui tente de rejeter la faute sur les autres partis.

«Le gouvernement Marois a tardé plus de neuf mois avant faire savoir qu’il irait de l’avant avec l’appel d’offres des 700 mégawatts annoncé par le gouvernement libéral en juin 2012. La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, tente de rattraper son important retard en pressant son collègue le ministre des Finances d’amender à la toute dernière minute son projet de loi. Leur manière improvisée d’agir démontre clairement qu’ils sont incapables de prendre les bonnes décisions pour tous les Québécois», indique M. D’Amour dans un communiqué.

«Les résultats ne sont pas à la hauteur des engagements pris par la première ministre elle-même en Gaspésie il y a moins d’un mois. Le gouvernement doit aller de l’avant avec des appels d’offres et cesser de faire attendre les communautés, les entrepreneurs et les travailleurs. Depuis le 4 septembre, rien ne l’a jamais empêché de les lancer», indique le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata.

Une autre réaction

Après la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, hier, au tour de la Chambre de commerce et de tourisme de Gaspé (CCTG) de se dire inquiète devant la tournure des événements.

«Au-delà des emplois manufacturiers, de nombreux commerçants et PME de notre ville jouissent des retombées économiques engendrées par la filière éolienne», souligne le directeur général, Olivier Nolleau. La CCTG demande à Québec de lancer sans attendre le processus d’appel d’offres pour les mégawatts qui ne sont pas concernés par les amendements litigieux du projet de loi 25.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.