Politique, Éolien

Éolien : Du gré à gré pour les communautés micmacques

Par ,
La production de matériel éolien à Delta Fabrication à New Richmond

La production de matériel éolien à Delta Fabrication à New Richmond Photo : Pauline Phouthonnesy

QUÉBEC- Les représentants régionaux, qui se sont rendus à l’Assemblée Nationale vendredi, pour appuyer la motion sont soulagés. Les communautés micmacques vont pouvoir réaliser sans délai les contacts pour leurs 150 mégawatt d’énergie éolienne.

La motion adoptée permet aux communautés autochtones de la Gaspésie d’aller de l’avant avec une entente gré à gré avec la compagnie éolienne de leur choix.

Une délégation de maires et de représentants de l’industrie éolienne et un représentant de la communauté autochtone s’est déplacée à l’Assemblée nationale à Québec pour appuyer cet amendement au projet de loi 25. Parmi eux : le maire de Gaspé, François Roussy, le président de la régie intermunicipale de l’énergie, Joël Arseneau, et le président-directeur général de Fabrication Delta à New Richmond, Jean-François Arsenault.

Il était d’autant plus important de faire passer cet amendement, qu’il s’agissait de la  fin de la session parlementaire qui reprendra à l’automne. «Avec ce retard les industries qui fabriquent des composantes d’éoliennes auraient connu un trou noir dans leur carnet de commandes, occasionnant des centaines de mises à pied temporaire,» souligne le président de la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, M. Bertrand Berger.

Les Micmacs satisfaits

«Ces 150 mégawatts représentent plusieurs milliers de dollars par an dans les communautés, ça va changer beaucoup de chose. Cela montre une certaine ouverture du gouvernement,» commente satisfait, le chef de la communauté Mic Mac de Gespeg, Claude Jeanotte, qui était présent à Québec. «En2009 on a dit qu’on se lançait dans l’éolien à 100%, pour être sur d’y parvenir. On est très content de pouvoir participer au projet éolien en Gaspésie, on peut développer du savoir-faire et une économie,» précise-t-il.

Rappelons que les communautés de Gespeg, de Maria et de Listuguj ont travaillé ensemble avec la société Energex et la MRC d’Avignon, où devraient être implantés les prochains contrats éoliens.

M. Berger et les autres élus, surveilleront de près l’évaluation du dossier et en premier lieu d’assurer la répartition des 300 MW qui sont réservés aux projets communautaires pour la Gaspésie-Les-Îles-de-la-Madeleine et le Bas-Saint-Laurent et les 150 MW d’appel d’offres. Le premier règlement devrait être adopté fin juin selon M. Arseneau qui semble confiant.

Vote contre de la CAQ

La délégation Gaspésienne est très déçue du vote de la Coalition Avenir Québec (CAQ) contre l’amendement. «La CAQ adopte une position dogmatique, elle a jugé qu’un système d’appel d’offres serait préférable. On n’a pas senti leur sensibilité au développement socio-économique d’une région comme la Gaspésie, c’est un très mauvais signal,» décrit M. Arseneau.

Gaétan Lelièvre a encouragé le secteur éolien. «Les régions souvent ont été perdantes quand les ressources ont été épuisée, on s’est ramassé souvent, on le voit : Chandler, Gaspésia, New Richmond, Noranda à Murdochville. Il faut apprendre de nos erreurs. […] Un exemple concret, si la régie éolienne de la Gaspésie obtient un contrat, après appel d’offres, de 75 mégawatts, on estime les revenus annuels à 3.8 millions de dollars et étalé sur 20 ans,» argumente-t-il.

Sur les 800 MW annoncés en mai par la première Ministre pour la région et le Bas-Saint-Laurent, il restera à régler la question des 200 MW avec Hydro Québec Production, à l’automne

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.