Affaires policières et juridiques

Enfants battus : deux suspects épinglés

Par ,
Palais de justice de Percé.

Palais de justice de Percé. Photo : Thierry Haroun

Un homme dans la mi-vingtaine a comparu au Palais de justice de Percé pour avoir gravement brûlé la fillette de sa conjointe.

L’individu, dont nous devons taire l’identité afin de ne pas identifier la victime, est détenu depuis les événements. En janvier dernier, la fillette de 22 mois aurait été plongée dans un bain d’eau bouillante par l’individu qui ne supportait plus les pleurs de la jeune victime.

La bambine a été gravement brûlée au bas du corps et a dû être hospitalisée une dizaine de jours dans un hôpital de Québec. Le suspect fait face à des accusations de négligence criminelle causant des lésions corporelles et de voies de fait avec lésions. L’homme reviendra devant le Tribunal le13 mars.

Une sexagénaire qui a fait vivre un enfer à sa fille durant plusieurs années dans la décennie 1980 connaîtra sa sentence vendredi. La femme a été reconnue coupable des accusations portées contre elle pour avoir fait vivre l’enfer à la victime âgée de 9 ans quand les sévices ont débuté. Sur une période de 5 ans, la femme a battu sa fille à de multiples reprises avec un manche à balai, une courroie et des claques au visage.  

10 commentaires

parente de la victime a écrit le 10 mars 2012

pour rxepondre a monsieu x que la mére sois la ou non ca donne pas le droit a une personne de faire ce quil a fais esquil avait un tuyau dans sa tete et il pas réfléchie ou il la vraiment voulu lui faire du mal allor monsieu x si ca arivais a un de vos enfants comment ont réagi alors areter de juger les victimes ........

parente de la victime a écrit le 3 mars 2012

A tous ceux qui ont des mauvaises pensées pour la mère et bien sachez qu'il y a pas deux mère aussi extraordinaire et que si elle n'a pas pu faire quelque chose ce n'est pas parcequ'elle na pas essayé de le faire....Quand on est victime de violence conjugale de un on se renferme et de deux on a peur....mais malgré la peur elle n'aura pas laisser quelqu'un faire du mal a sa fille sans intervenir....Alors svp laisser la tranquille, elle a suffisament de peine comme ça. Et pour la personne qui dit qu'elle était assis sur le divan toute la journée même si c'était le cas pour X raison (etre malade par exemple) ca donne tu le droit a un innocent de bruler une pauvre petite fille de 22 mois....??? alors garder vos remarques et ravaler les. merci....

madamex a écrit le 3 mars 2012

la mere etai victime dune terrible violence conjugale ne parler donc pas quand vous ne savez pas si elle vien qua voir vos commentaire meprisable elle rechutera encore et sombrera et non elle ne consome rien et elle soccupai tres bien de sa fille cest lui le coupable arretter de blesser les femme violenté encore plus quelle ne lon été

lynn a écrit le 29 février 2012

Chantal, de toute façon, elle n avait pas le droit de faire ça, si comme tu dis arrêtons de juger les évènements du passé, d abord d après toi c est correct qu on abusent des enfants, que les &*?%$%?&* de cochons ont fait en masse, la dernière fois que ma mère m a donné une claque sur les babines, je l ai regardée et je lui ai dit , c est la dernière fois que tu me donnes une claque sur la gueule.......... le passé reste le passé mais les souvenirs reviennent toujours..... et je dois dire qu elle paie aujourd hui pour ce qu elle a fait, c est tout ...

huguette element a écrit le 24 février 2012

Pauvre petite fille elle ne méritait pas ce chatiment se faire bruler de la sorte c est épouvantable. J espère que justice sera rendue. Et pour cette sexagénaire ce n est pas un jugement sur les évènements du passé ces simplement une constatation que beaucoup trop d enfants ont été bafoués et maltraités pendant ces années et que non aucune justification est valable. Oui il y a des enfants qui sont restés marquer par toutes ces choses. Ceux qui n ont jamais vécu ca ne peuvent malheureusement pas comprendre.

élisabeth a écrit le 23 février 2012

Même si la mère n'était pas là, si elle ''feelait'' pas c'est surment pas pour rien qu'elle se sentait de la sorte, et faire arreter de brailler une fille de 22 mois ya pas 10 000 moyens et surtout pas aller l'ébouyanté, je ne pense pas que le ''jeune homme'' aurait aimé ce faire ébouillanter de la sorte a 22 mois et avoir des sequelle pour la vie non ? Appeler de l'aide, une amie, sa mère/père ou les grands parents de la jeune fille. J'espère qu'il va s'en souvenir.

élisabeth a écrit le 23 février 2012

Même si la mère n'était pas là, si elle ''feelait'' pas c'est surment pas pour rien qu'elle se sentait de la sorte, et faire arreter de brailler une fille de 22 mois ya pas 10 000 moyens et surtout pas aller l'ébouyanté, je ne pense pas que le ''jeune homme'' aurait aimé ce faire ébouillanter de la sorte a 22 mois et avoir des sequelle pour la vie non ? Appeler de l'aide, une amie, sa mère/père ou les grands parents de la jeune fille. J'espère qu'il va s'en souvenir.

Monsieur x a écrit le 23 février 2012

je répond a madame x la mère étais evacher sur le divan toute la journée en laissant ça fille seule a s'occuper d'elle même parce ce que apparament la mère n'a pas filler de la journée pis le soir des événements elle étais la

Madame X a écrit le 23 février 2012

dans les normes????? arretons de banaliser la violence....surtout celle fait aux enfants...tolerance zero!!!! que ce soit en 1930, 1975 ou 2012 un coup de manche a balaie et des coups au visage ne sont pas tolerable!!!! Que justice soit rendu..... Pour ce qui est de l''autre salaud, une ptite fille de 22 mois..un bebe!!!! franchement!!! ou etait la mere?????? voyons dont!!!! Enfermez le pour un bon bout de temps!

Chantal a écrit le 22 février 2012

À propos de la sexagénaire, on s'entend tu pour dire que , il y a 32 ans de celà, les corrections physiques étaient assez tolérées. Moi, je suis née en 1965 et dans les années 75, il fallait écouter ou ... Je peux vous dire que les fesses nous on chauffées et dans de rares cas les babinnes aussi. C'était une autre époque et une autre façon de penser . C'est certain qu'il y avait bien d'autres solutions mais celle-ci était dans les normes. Aujourd'hui heureusement les choses ont grandement changer et c'est nos enfants qui en bénéficies. Nous évoluons .... Alors arrêtons de juger les événements du passé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.