Art, culture et loisirs

L’enfance de René Lévesque exposée à New Carlisle

Par ,
Une photo tirée de l’exposition représentant René Lévesque en pique-nique à trois ans (1925).

Une photo tirée de l’exposition représentant René Lévesque en pique-nique à trois ans (1925). Photo : Gracieuseté

NEW CARLISLE – Le centre Kempffer présente une exposition très attendue sur la vie de René Lévesque à New Carlisle : L’enfant Libre.

« Ti-Poil » est encore bien présent dans les mémoires des Gaspésiens. L’exposition, commandée par la fondation de la Maison René-Lévesque en janvier dernier, retrace la vie de l’ex-premier ministre et journaliste, jusqu’à son départ de New Carlisle, à 15 ans.

La visite est interactive. Elle est composée de textes, de photos d’époque et de témoignages sonores de ses amis d’enfance, comme Gérard Poirier.

Une fierté

« René Lévesque était un enfant brillant, rapidement parfaitement bilingue, intellectuel de bas âge qui lisait tout ce qu’il pouvait, et un étudiant brillant au séminaire de Gaspé», raconte le président de la fondation de la Maison René-Lévesque, Louis Bernard. « New Carlisle ne peut que s’enorgueillir d’avoir eu un enfant comme ça, et René Lévesque reconnait dans ses mémoires les souvenirs intarissables qu’il garde en Gaspésie », ajoute-t-il.

Le travail de recherche est parti de son récit autobiographique « Attendez que je me rappelle ». Une historienne, Sophie Turbile, a participé à ces travaux et à la scénarisation de l’exposition. « Il y a des parallèles entre les citations de René Lévesque sur la Gaspésie et ce que sont devenus les lieux qu’il évoque », explique la chargée de projet et coordinatrice du centre Kempffer, Félixe Waalwijk.

Un espace mémorial en 2015?

Cette exposition très attendue restera deux ans au centre Kempffer. Si les prévisions de M. Bernard se concrétisent, un espace René-Lévesque devrait voir le jour en 2015, en face du manoir Hamilton. Depuis 2009, la fondation œuvre pour créer un site en sa mémoire. « Ce projet global comporterait aussi un circuit patrimonial à New Carlisle qui passerait par sa maison, la radio CHNC où il a été annonceur à 14 ans et par le bureau d’avocat de Dominique, son père », énumère le président de la fondation.

L’exposition L’enfant libre, René Lévesque et la Gaspésie (1922-1937) est présentée tous les jours jusqu’au 2 septembre, de 9 h à 17 h. Après cette date, il sera possible de visiter sur réservation.

1 commentaire

EUSTELLE AUDET a écrit le 27 juillet 2013

LE 25 JUILLET J'AI VISITÉ L'EXPOSITION RENÉ LEVESQUE EN COMPAGNÉ DE MA FILLE DE QUÉBEC ET D'HÉLÈNE AMIOTHE NIÈCE DE RENÉ LEVESQUE NOUS AVONS ÉTÉ ENCHANTÉ D'Y TROUVER LES PHOTOS DE SON ENFANCE ,ET BRAVO DU TRAVAIL ACCOMPLIE QUE TOUT ÇA CONTINUE DE CE CRONCRÉTISER DANS L'AVENIR MERCI BIEN APPRÉCIÉE EUSTELLE AUDET MANOIR LADY-MARIA MARIA

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.