Développement économique et exportation

Encourager l'achat local à Gaspé

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Olivier Nolleau encourage les gens à acheter localement

Olivier Nolleau encourage les gens à acheter localement Photo : Nelson Sergerie

L'idée d'encourager les gens à acheter localement n'est pas nouvelle. À Gaspé, on prend toutefois cette question très au sérieux. À tel point que la Chambre de commerce et de tourisme de Gaspé vient d’entamer une démarche en ce sens.

« Quand j'achète ici, j'y gagne ». Voilà le slogan qui coiffait la campagne de sensibilisation d'achat local conduite durant les fêtes par la Chambre en collaboration avec le CLD de la Côté-de-Gaspé. Le message était on ne peut plus clair : « Lorsque vous faites affaire avec l’un des commerçants de Gaspé, vous faites bien plus qu’acheter un produit, vous contribuez à la préservation d’emplois et à l’accessibilité d’une gamme de produits et de services de qualité pour toute la population. »

 

En entrevue, le directeur de la Chambre, Olivier Nolleau, rappelle que la tendance de l'achat local est malheureusement à la baisse. « Les gens sont de plus en plus sollicités pour acheter à l'extérieur de notre région, que ce soit à Rimouski, Québec ou Montréal, voire sur Internet. Et on s'est aperçu que lors de la période des fêtes de 2012-2103, que l'achat local avait diminué. Nous avons donc décidé de mettre sur pied une démarche qui encourage les gens à acheter ici. »

 

Si aucun bilan n'a été dressé à la suite de la campagne tenue il y a quelques semaines, M. Nolleau tient à souligner que cette démarche n'en est qu'à ces balbutiements. « Écoutez, ce n'est qu'un début. On souhaite solliciter à la fois les commerçants et la clientèle pour bien être au fait de la situation. On sait toutefois que ce ne sont pas tous les produits qui sont disponibles [dans les commerces de Gaspé] et que le service à la clientèle est parfois manquant. On sait aussi qu'à Gaspé des commerçants offrent un excellent service et que des entreprises renouvellent sur une base régulière la formation offerte à leurs employés ».

 

M. Nolleau admet qu'il reste encore du pain sur la planche, d'où la démarche en ce sens qui prend forme. « Oui tout à fait. On veut faire comprendre à nos membres que la formation n'est pas un investissement en argent seulement, mais qu'elle engendre des retombées économiques importantes directes dans les poches du commerçant. Un employé bien formé, c'est une valeur ajoutée pour l'entreprise, car il saura parfaitement vendre le produit ».

 

En parlant de formation, la Chambre invitera une sommité en web marketing en avril prochain qui saura, dit-il, profiter à ses membres.

2 commentaires

Éric Lelièvre a écrit le 11 février 2014

Allo, achat local !!! Les Gaspésiens sont attirés vers Rimouski, Rimouski vers Québec, Québec vers Montréal et Montréal vers Plattsburgh. La nature humaine est ainsi. L'achat local ne peut l'être basé sur la création ou le maintien d'emplois. La bonne conscience des gens, il y en a pas, en tout cas, pas beaucoup. Le service est un bon point et il faut s'en servir. La différenciation, la créativité, l'originalité et plus encore. Donner le meilleur service à ceux qui achètent chez toi et les autres ben qui aillent ou ils ont acheté leurs biens, voilà. Voir " La fidélisation Toyota". Bonne chance

Gilles Thibodeau a écrit le 10 février 2014

Bonsoir . Soupir !! tiens en voila un autre , après le Bonavignonnage , le Gaspésionnage et si moi le gars de Pabos je restais chez nous au lieu d'aller à Gaspé acheter ma Mazda vous croyez que cela serait bon pour votre économie . Donc si je comprends restons chez nous au diable la solidarité Gaspésienne ,nous sommes à l'aise nous vivons bien que le voisin crève. Et j'y pense tout à coup , hypothétiquement si les citoyens de la M.R.C Rocher Percé décidaient de vous boycotter ,serait-ce bon pour votre économie locale ,serait-ce bon pour votre création d’emplois? .... Bonne réflexion pour mes prochains achats. Gilles Thibodeau Pabos.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.