Éolien

Embauche de Micmacs dans l’éolien: les efforts se poursuivent

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Une quarantaine de Micmacs ont participé lundi à la journée réseautage organisée par les promoteurs du parc éolien. Mardi, à Listuguj, l'événement a attiré environ 70 participants.

Une quarantaine de Micmacs ont participé lundi à la journée réseautage organisée par les promoteurs du parc éolien. Mardi, à Listuguj, l'événement a attiré environ 70 participants. Photo : Antoine Rivard-Déziel

GESGAPEGIAG - Les promoteurs du parc éolien micmac dans la MRC Avignon poursuivent leurs efforts pour permettre l'embauche de 100 travailleurs autochtones sur le chantier. À quelques mois du début des travaux, 66 Micmacs sont déjà prêts à s'engager, soutiennent-ils.

« On veut ouvrir les portes aux membres de nos communautés, souligne Terry Line Morisson, du secrétariat Migmawei Mawiomi, l'organisme promouvant le projet pour les trois communautés autochtones gaspésiennes. L'idée est de les accompagner, leur montrer les outils et leur donner les informations nécessaires pour les aider ».

En plus des cinq entrepreneurs généraux, des représentants de la Commission de la construction du Québec (CCQ), du groupe COLLEGIA et de quelques entreprises locales étaient sur place, dont Pesca Environnement.  

Occasion à saisir

La construction du parc éolien dans l'arrière-pays d'Escuminac et de Pointe-à-la-Croix représente une occasion à ne pas rater pour les travailleurs micmacs, estime Mme Morisson, qui croit que l'objectif d'atteindre un travailleur sur trois autochtones est réaliste.

« L'intérêt y est, on le voit aujourd'hui, avec une quarantaine de participants à Gesgapegiag. Notre rôle est de faciliter leur embauche », dit-elle, ajoutant que 66 travailleurs ont déjà leur carte de la CCQ ou sont qualifiés. « Et avec les autres types de travaux qui ne sont pas en lien avec la construction, mais reliés au projet, comme l'entretien et la sécurité, nous sommes confiants d'atteindre et même dépasser 100 travailleurs », ajoute Mme Morisson.

Pas d'obligation pour les entreprises

L'entrepreneur général qui sera sélectionné ne sera cependant pas contraint d'embaucher un minimum de travailleurs micmacs, rappelle le conseiller aux Affaires publiques d'Innergex, François Morin. « Il aura à respecter les principes de compétitivité et de compétences. On n'impose pas de barème », dit-il, ajoutant cependant que la participation des cinq entrepreneurs préqualifiés aux deux journées de réseautage illustre « leur bonne compréhension de l'importance d'embaucher un maximum de travailleurs micmacs ».

Tout comme Mme Morrison, le représentant d'Innergex invite les membres des communautés micmaques à saisir la balle aux bonds. « L'opportunité est là. Bien que nous soyons partenaire, c'est d'abord un projet qui a été bâti, porté et vendu par le secrétariat  Migmawei Mawiomi. De notre côté, nous leur disons que les ressources sont là pour les aider à obtenir leur certification et des formations. Ils peuvent maintenant saisir l'occasion », mentionne M. Morin.

Un seul entrepreneur local préqualifié

Parmi les cinq entrepreneurs généraux qui ont été préqualifiés, un seul est basé en Gaspésie, soit Construction Énergie Renouvelable, une société issue d'un partenariat entre Constructions L.F.G de Carleton-sur-Mer, TCI et EBC. Les promoteurs comptent annoncer leurs choix d'ici le début de l'hiver, de même que le turbinier. La construction du parc devrait débuter au printemps prochain.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.