Embâcle sur la Saint-Jean : pas démantelé cet hiver

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
L’embâcle de la rivière Saint-Jean comporte 5000 mètres cubes de bois.

L’embâcle de la rivière Saint-Jean comporte 5000 mètres cubes de bois. Photo : Geneviève Gélinas

GASPÉ – L’embâcle de bois qui obstrue l’embouchure de la rivière Saint-Jean, à Gaspé,  ne sera pas démantelé cet hiver, comme l’avaient espéré les gestionnaires de la pêche au saumon. Le dernier morceau du casse-tête, soit l’aide financière de Québec, se fait attendre.

L’embâcle contient 5000 mètres cubes de bois répartis sur 1,6 kilomètre de rivière. Depuis 2004, la Société de gestion des rivières de Gaspé tente de trouver des solutions pour le démanteler, puisqu’il nuit à la montaison du saumon et met à risque les terrains des riverains, ainsi que le pont de la route 132 qui enjambe la Saint-Jean.

Le directeur de la Société, Jean Roy, espérait pouvoir réaliser les travaux cet hiver, la seule saison possible puisque les travaux doivent se faire sur la glace.

Mais le gouvernement du Québec, via le ministère des Transports et le ministère des Affaires municipales, ne débloquera pas les fonds cette année,  a appris M. Roy, ce qui signifie un manque à gagner d’environ 150 000 $ sur un projet de  486 000 $. « On est déçus, c’est un coup assez dur, dit le directeur. On avait mis beaucoup de temps, d’énergie et d’argent. »

Le reste du financement était bouclé, en provenance de la Ville de Gaspé, de la MRC Côte-de-Gaspé et de fondations privées. Un entrepreneur de Rimouski, Gestion AJ, avait remporté l’appel d’offres et était prêt à démarrer les travaux.

À l’année prochaine?

« On est un peu essoufflés, dit Jean Roy. Faudra-t-il recommencer les démarches pour avoir les certificats d’autorisation? Retourner en appels d’offres? Si on repart à zéro… » Le gestionnaire espère tout de même pouvoir ficeler le projet assez tôt en vue de l’hiver prochain.

Le gros de l’embâcle sera démantelé à la pelle mécanique, pendant que la rivière est gelée. Le reste sera défait à la tronçonneuse l’été suivant, lorsque l’eau est basse. Le bois récupérable (10 % à 15 %) sera vendu, mais la majorité sera empilée au centre de l’île qui occupe l’embouchure de la Saint-Jean.

Si jamais l’embâcle obstruait totalement le passage du saumon, une brèche d’urgence serait ouverte à la tronçonneuse, une opération déjà réalisée dans le passé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.