Politique

Élections à Gaspé : Côté et Plourde dévoilent leurs donateurs

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Daniel Côté et Mélissa Plourde, candidats à la mairie de Gaspé, nient tous deux être poussés par l’industrie pétrolière.

Daniel Côté et Mélissa Plourde, candidats à la mairie de Gaspé, nient tous deux être poussés par l’industrie pétrolière. Photo : Geneviève Gélinas

GASPÉ – Dans la foulée de rumeurs voulant que des candidats soient propulsés par l’industrie pétrolière, les candidats à la mairie de Gaspé ont accepté de fournir la liste de leurs donateurs.

Les rumeurs ont éclos au grand jour dans une lettre publiée dans le journal Le Pharillon et signée par Jean-François Spain, un citoyen de Gaspé qui enseigne au cégep. « La rumeur que des gens se présenteraient avec un seul objectif, favoriser le développement d’une industrie, a circulé énormément autour de moi », dit-il.

 

Les listes de donateurs fournies par les candidats (voir tableaux plus bas) à GRAFFICI.CA ne permettent pas de confirmer cette rumeur.

 

Plourde

Mélissa Plourde a reçu des contributions de 2539 $. L’homme d’affaires Brent Simpson, l’un des porte-parole du Regroupement économique pour l’avancement de la Gaspésie (pro-pétrole) lui a donné 200 $.

 

Son don n’aurait « pas du tout d’influence » sur ses décisions si elle était élue, affirme Mme Plourde. La politique « est une passion depuis que je suis toute jeune, réagit la candidate. Ce ne sont pas des gens qui sont venus me chercher et qui m’ont mise là. »

 

Le domaine des pêches est bien représenté parmi les donateurs de Mme Plourde. Elle a reçu un don de 300 $ de Gaétan Denis (Gesco-Crevette du Nord Atlantique), 200 $ de Benoit Reeves (Pêcheries Marinard) et 100 $ de Luc Reeves (Pêcheries Gaspésiennes).

 

Côté

Le candidat Daniel Côté a amassé 2600 $ en dons. Deux personnes lui ont donné le maximum autorisé de 300 $, soit Alexandre Boulay, le directeur de l’usine de LM Wind Power, et Allan Adams, du Motel Adams. Dan Gleeton, des Résidences funéraires Valère Fortin, a contribué pour 250 $.

 

Peu importe qui le finance, « je ne suis la marionnette de personne, et je ne serai jamais la marionnette de quiconque », dit M. Côté.

 

Le candidat Cowboy Jay, qui fait campagne via les médias sociaux, a indiqué à GRAFFICI qu’il n’avait « aucun donateur, ni de plus de 100 $, ni de moins de 100 $ ».

 

Roussy : pas d’appui public, mais…

Réagissant à la rumeur, le maire sortant, François Roussy, a déclaré : « Je souhaite que les gens qui se présentent représentent les intérêts supérieurs des citoyens. J’espère que personne n’est là pour les intérêts d’une entreprise. »

 

Lors de l’annonce de son départ, François Roussy avait averti qu’il n’appuierait aucun candidat. Il n’apparaît pas parmi les donateurs de M. Côté mais son père (Jean-Paul Roussy), sa mère (Jeannette Lemoignan) et son oncle (Joseph Lemoignan) ont donné chacun 200 $ à la campagne de ce candidat.

 

« Par reconnaissance pour le travail fait par Daniel pour le développement de la Ville, je le soutiens et je l’aide dans sa campagne terrain, réagit M. Roussy. Mais je ne dirai pas publiquement aux gens de voter pour lui. »

 

Un ex-employé de Pétrolia se présente comme conseiller

Par ailleurs, Yvon Caron, candidat dans le quartier 4 (Wakeham--Saint-Majorique--Pointe-Navarre--Corte-Real) a travaillé pour Pétrolia pendant huit mois, jusqu’en juillet dernier, comme coordonnateur technique. Il n’a eu « aucun contact » avec Pétrolia par rapport à sa candidature, dit-il.

 

M. Caron se dit favorable au développement pétrolier : « si ça se fait dans les normes, je ne vois pas pourquoi on n’irait pas de l’avant. » Il fait face à Patrice Quenneville, le conseiller sortant du quartier.

 

Dons d’entreprises interdits

Les entreprises n’ont pas le droit de faire un don aux candidats; seuls les électeurs le peuvent, rappelle un porte-parole du Directeur général des élections. Des entreprises comme Pétrolia ou Junex ne pourraient donc pas financer un candidat directement.

 

Les candidats doivent déposer leur rapport financier (incluant la liste des donateurs) au plus tard 90 jours après la date de l’élection, soit au début du mois de février.

 

 

Donateurs à la campagne de Daniel Côté

 

Alexandre Boulay (LM Wind Power) : 300 $

Allan Adams (Motel Adams) : 300 $

Dan Gleeton (Résidence funéraire Valère Fortin) : 250 $

Angèle Bélanger (retraitée) : 200 $

Jean-Paul Roussy (Habitats Honguedo) : 200 $

Jeannette Lemoignan (retraitée) : 200 $

Deslilas Fournier (Commission scolaire des Chic-Chocs) : 200 $

Joseph Lemoignan (retraité) : 200 $

Jimmy Francoeur (Intelisoft) : 150 $

Lucie Caron (Estpharm) : 150 $

Mylène Francoeur (CFE Desjardins) : 150 $

Dr Michel Desjardins (travailleur autonome) : 100 $

Dr Christian Mainville (travailleur autonome) : 100 $

Blandine Poirier (retraitée) : 100 $

 

Donateurs à la campagne de Mélissa Plourde

 

Gaétan Denis (Gesco-Crevette du Nord Atlantique) : 300 $

Roger Denis (Hôtel des Commandants) : 200 $

Gervais Pigeon (retraité) : 200 $

Georges O’Connor (retraité) : 200 $

Benoit Reeves (Pêcheries Marinard) : 200 $

Brent Simpson (Simpson Automobiles) : 200 $

Bruce Jones (Cégep de la Gaspésie) : 200 $

Dan Gleeton (Résidences funéraires Harris Gleeton) : 150 $

Luc Reeves (Pêcheries gaspésiennes) : 100 $

Joëlle Paradis : 100 $

Réjean Bernatchez (SFL) : 100 $

James David Morris (Assurexperts Clovis Morris) : 100 $

André McInnis (Forest MC) : 100 $

Yves Bernatchez (retraité) : 100 $

Mélissa Plourde (Québec en forme) : 100 $

Richard Cronier (IGA Cronier) : 99 $

O’Neil Dumaresq (Construction O’Neil Dumaresq) : 90 $

 

Note : Ces électeurs ont contribué à titre personnel. Leur employeur ou leur entreprise est nommé à titre d’information.

6 commentaires

Joëlle Paradis a écrit le 1 novembre 2013

Merci pour avoir donné suite façon adéquate et pour les explications.

Geneviève Gélinas a écrit le 1 novembre 2013

Re-bonjour Mme Paradis (et les autres participants aux échanges), Je viens d'avoir un retour d'appel du Directeur général des élections. On me dit que l'employeur ou l'entreprise sont dorénavant mentionnés sur les reçus pour permettre au DGE de "faire des recoupements, si jamais, par exemple, 30 employés d'une même firme" contribuaient à une campagne. C'est "un outil de plus", explique-t-on, pour détecter des prête-noms. Ces informations ne se retrouveront toutefois pas dans le rapport financier qui sera transmis à la Ville et au DGE après la campagne. Je ne l'aurais donc pas su si les candidats ne me l'avaient pas dit. Si la mention de votre employeur vous dérange, je peux l'enlever d'à côté de votre nom. Je demande à notre webmestre de le faire dans les prochaines minutes. Et bien sûr, vous n'êtes visiblement pas un prête-nom! Au plaisir, Geneviève Gélinas, journaliste au Graffici

Jerome Lavoie a écrit le 1 novembre 2013

Les seuls renseignements à caractère public sont le nom et l'adresse du donateur qui a contribué pour 100$ et plus. Le nom de l'employeur est un renseignement maintenant demandé par le DGE sur le reçu de contribution, mais il est à caractère non-public.

Geneviève Gélinas a écrit le 1 novembre 2013

Bonjour Mme Paradis, Il est déjà bien indiqué, en note sous les listes, que "ces électeurs ont contribué à titre personnel. Leur employeur ou leur entreprise est nommé à titre d'information". La mention de l'employeur ou de l'entreprise doit maintenant se trouver sur les reçus de contribution aux candidats. C'est une nouvelle règle fixée par le Directeur général des élections. J'émets l'hypothèse que c'est à la suite des scandales de prête-noms. Mais je viens de loger un appel au bureau du Directeur général des élections et je vous reviens avec davantage d'explications. Merci de votre commentaire, Geneviève Gélinas, journaliste à Graffici

Jacques McBrearty a écrit le 31 octobre 2013

En réponse à Mme Paradis, c'est en conformité que l'employeur apparaisse aussi sur un don politique pour une raison bien simple. Ça évite que des gens n'étant pas sensé donner (exemple un juge) le fasse.

Joëlle Paradis a écrit le 31 octobre 2013

Madame Gélinas, On vient de m'aviser de la parution de votre article. Comment se fait-il que le nom de mon employeur apparaisse à la suite de mon identification alors que le don fait a été à partir de mon chèque personnel, à titre PERSONNEL et sans contrevenir à quelque loi que ce soit - et surtout - sans aucun lien avec mon employeur ? Cette information m'apparaît inappropriée. Je vous prie de faire la correction sans tarder. Merci!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.