Politique

Élections : chaudes luttes à prévoir en Gaspésie

Par Gilles Gagné, journaliste, graffici.ca
Pour la deuxième fois en moins de dix mois, le péquiste Sylvain Roy (à droite) affrontera le libéral Damien Arsenault (à gauche) dans la circonscription de Bonaventure.

Pour la deuxième fois en moins de dix mois, le péquiste Sylvain Roy (à droite) affrontera le libéral Damien Arsenault (à gauche) dans la circonscription de Bonaventure. Photo : Antoine Rivard-Déziel

La campagne électorale débute aujourd’hui au Québec avec six candidats identifiés à diverses formations politiques en Gaspésie, quatre dans la circonscription de Bonaventure et deux dans Gaspé.

Dans Bonaventure, trois opposants de l’élection complémentaire du 5 décembre reprennent la lutte, le député sortant Damien Arsenault, du Parti libéral, le candidat du Parti québécois Sylvain Roy et Patricia Chartier, de Québec solidaire, pour qui c’est une troisième campagne puisqu’elle était du scrutin du 8 décembre 2008.

Damien Arsenault était maire de Saint-Elzéar avant de se lancer en politique québécoise. Sylvain Roy est enseignant de sociologie au Centre d’études collégiales de Carleton, alors que Patricia Chartier terminera au cours des prochains jours un emploi à titre d’adjointe du député fédéral Philip Toone. Elle avait auparavant fait carrière dans les groupes communautaires.


Le libéral Damien Arsenault a remporté la dernière élection partielle dans Bonaventure en récoltant 49,4 % des voix.

 

Sylvain Roy a été préféré à l’ex-député fédéral de la Gaspésie-les-Îles, Raynald Blais, pour représenter le Parti québécois dans Bonaventure.

 

La solidaire Patricia Chartier en sera à sa troisième campagne électorale provinciale, ce qui en fait la candidate la plus expérimentée dans Bonaventure.

Un quatrième candidat a indiqué au printemps qu’il sera lui aussi de l’élection. Il s’agit de Jean-Marc Landry, de la Coalition avenir Québec, et qui enseigne aussi au Centre d’études collégiales de Carleton, l’administration dans son cas.


Jean-Marc Landry aura le mandat de faire connaître les idées de la Coalition avenir Québec auprès des électeurs de Bonaventure.

Le Parti vert n’a pas fait connaître ses intentions au sujet de l’élection du 4 septembre, tout comme Martin Zibeau, de la Coalition sans parti, qui avait été candidat le 5 décembre. L’Option nationale, le nouveau parti de Jean-Martin Aussant, pourrait avoir un candidat dans Bonaventure.

Bonaventure une circonscription ayant une longue tradition libérale, puisque seul Marcel Landry, du Parti québécois, a brisé le règne rouge depuis 1956. Gérard D. Levesque a représenté la circonscription de 1956 à novembre 1993. M. Landry lui a succédé de février 1994 à novembre 1998, avant de s’avouer vaincu à l’issue d’un vote serré devant Nathalie Normandeau, qui s’est retirée de la vie politique le 6 septembre 2011.

Circonscription de Gaspé

Dans Gaspé, la campagne débute avec une lutte à deux entre le député sortant, le libéral Georges Mamelonet, et le candidat du Parti québécois Gaétan Lelièvre.

Ex-maire de Percé, M. Mamelonet fera face en octobre à des accusations de pêche illégale aux oursins, suite à une enquête menée par le ministère fédéral des Pêches et des Océans.

Récemment, un rapport du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire a établi qu’il s’était placé en situation de conflit d’intérêt en autorisant un remboursement de taxes de 36 000 $ à l’État québécois, sans l’autorisation du conseil municipal de Percé. Le chèque servait à rembourser une créance du Club nautique de Percé, organisme qu’il présidait.

Le rapport du même ministère indique qu’il a aussi omis de déclarer deux terrains qu’il possède et sur lesquels des tours de télécommunications ont été installées, moyennant des redevances lui revenant. Il avait approuvé l’installation de ces tours comme maire.


Le député libéral sortant dans Gaspé, Georges Mamelonet, fera face à des accusations de pêche illégale aux oursins en octobre prochain.

Âgé de 50 ans, Gaétan Lelièvre est un administrateur de carrière qui a dirigé la MRC du Rocher-Percé de 1983 à 2001. Il est ensuite déménagé à Gaspé où il a occupé les fonctions de directeur général de la Ville de Gaspé, avant de passer à la MRC Côte-de-Gaspé, qu’il a dirigé, comme le Centre local de développement. Pressenti depuis quelques mois par le Parti québécois, il a d’abord refusé.

 «J’ai accepté en fin de semaine, après une franche discussion avec Pauline Marois, et après avoir fait le tour de la question avec ma famille», a-t-il indiqué au GRAFFICI.CA mardi, jour choisi pour officialiser sa candidature.

Gaétan Lelièvre a finalement cédé à l'appel de la politique en confirmant qu'il portera les couleurs du Parti québécois.

Québec solidaire fera connaître demain après-midi l’identité de son candidat dans Gaspé. Il pourrait s’agir d’Éric Boucher, qui travaillait auparavant au bureau de Gaspé du député fédéral Philip Toone.

Avec la collaboration de Antoine Rivard-Déziel

4 commentaires

Martin Zibeau a écrit le 2 août 2012

Un site plein d'informations sur les façons de faire de partis comme le PLQ http://liberaux.net/

Albert Picard a écrit le 2 août 2012

J'ignore comment monsieur Arsenault va se défaire de l'image de son patron, monsieur Charest. S'il en existe un, c'est lui. Monsieur Charest est le personnage le plus tordu, le plus perfide, le plus manipulateur, le plus grotesque parmi les tordus, perfides, manulateurs et grotesques.. Que faisait-il dans la rue lors du grand lové-IN amoureux à Montréal en 1992, une activite qui n'avait d'ailleurs pas été comptabilisée dans les depenses du référendum. Pourquoi disait-il avant le déclenchement de la campagne électorale de maintenant qu'il serait grotesque de croire que le parti Libéral se sert du conflit étudiant pour se construire du capital politique. Il dit aujourd'hui que ces élections vont régler ce dossier. Pourquoi passe-t-il sous silence la question de la santé qui va de mal en pis alors qu'il en a fait le slogan de sa dernière campagne électorale. On se souvient de son trompette qui résonnait : SANTÉ, SANTÉ, SANTÉ! Pourquoi n'explique-t-il pas aujourd'hui que sous sa gouverne la dette du Québec a doublée? C'est lui qui disait que les québécois sont les plus taxés de la fédération canadienne dans une campagne électorale passée. Où en est-t-on aujourd'hui, chacun de nous, contribuales, dans notre budget personnel avec l'augmentation des tarifs : 200$ de contribution en santé, hausse des tarifs d'hydro-électricité, et j'en passe. Et maintenant il voudrait que les étudiants, c'est-à-dire leurs parents, fasse leur part? Si monsieur Arsenault ne prend pas ses distances vis-à-vis de ce personnage peu reluisant, ses vilains défauts de manipulateur, déloyal, tordu et grotesque continueront de colorer ce petit quelque chose d'imperceptible derrière ce large sourire qu'affiche notre député.

Jean-Yves Gauthier a écrit le 1 août 2012

Une campagne qui risque d'être enlevante dans Bonaventure et dans Gaspé. En espérant que, cette fois, le siège du député aille au plus méritant. Bonne chance à tous les candidats. Et, svp, menez une campagne positive.

Martin Zibeau a écrit le 1 août 2012

Bonjour, Je ne ferai pas parti de la prochaine campagne en tant que candidat. La coalition des sans parti est aujourd'hui connue sous le nom de la coalition pour la constituante, maintenant reconnue officiellement comme un parti politique. Martin Zibeau

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.