Politique

Élection dans Bonaventure : le Parti vert souhaite se lancer

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca

Pour la première fois depuis la campagne électorale de 2003, le Parti vert du Québec prévoit présenter un candidat dans Bonaventure pour l’élection partielle. Il s’agit du vice-président de la formation politique, Jean Cloutier.

M. Cloutier, qui agit également à titre de président de l’Aile québécoise du Parti vert du Canada, est un administrateur public connu dans la région de Québec pour son implication dans des groupes environnementalistes. Il est notamment le cofondateur du Front commun pour une eau saine
 
Il sera dans le comté de Bonaventure dès lundi prochain pour récolter les cent signatures nécessaires pour déposer sa déclaration de candidature officielle au bureau du Directeur du scrutin avant la date limite du 19 novembre.  
 
Le représentant vert en serait à une troisième campagne électorale, mais une première provinciale. L’écologiste a défendu les couleurs du Parti vert du Canada lors des élections fédérales en 2008 et en 2011 dans le comté Louis-Saint-Laurent, située au nord de la Ville de Québec. Il avait alors récolté respectivement 2,51 % et 1,51 % des voix.
 
Recentrer le débat
 
Questionné sur les objectifs de son éventuelle campagne électorale, M. Cloutier a dit vouloir recentrer le débat autour des enjeux environnementaux. «Si le Parti vert ne le fait pas, qui le fera ? Il faut sortir de l’axe souverainiste-fédéraliste et du débat gauche-droite. Le vrai débat, c’est la sauvegarde de la planète. Et le seul parti qui veut sauver la planète, c’est le Parti vert», déclare-t-il.
 
Dix engagements
 
L’écologiste prévoit présenter dix engagements inspirés du programme de son parti et adaptés à la réalité de la région et aux électeurs du comté. «Les enjeux environnementaux sont nombreux dans Bonaventure. On n’a qu’à penser à la sauvegarde de la forêt boréale, à la surpêche, ou à l’écotourisme», dit-il.

Il se dit contre l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures en mer. «On ne s’oppose pas pour s’opposer, mais bien parce qu’il y  a trop de risques. On doit protéger nos ressources naturelles et privilégier les énergies renouvelables, comme l’éolien.»

Conscient de la difficulté de faire élire un candidat vert au Québec, il espère tout de même devenir le premier élu vert dans la province. «On ne sait jamais. Dans une campagne, tout peut arriver», mentionne-t-il.
 
Il ajoute que s’il n’est pas élu, il se servira tout de même des connaissances qu’il aura acquises pour façonner le prochain programme de son parti. «Je serai à l’écoute des Gaspésiens et je vais m’inspirer des priorités de la région pour améliorer notre programme», poursuit-il.
 
L’environnementaliste espère par ailleurs recruter un candidat vert de la région en vue des prochaines élections générales.

Michel Goudreau est le dernier candidat à avoir représenté le Parti vert du Québec dans Bonaventure lors de l’élection de 2003. Il avait alors terminé dernier en récoltant 2,72 % des voix.

1 commentaire

Stéphane Lessard a écrit le 10 novembre 2011

Qu'en pensent les Verts québécois qui ont décidé en 2008 d'appuyer Patricia Chartier de Québec solidaire, qui se représente pour les élections partielles?

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.