Éducation Gaspésie

La présidente du STTEEQ, Anne Bernier
Gaspésie

Les profs contre le « mur à mur » de Québec

22 octobre, 11h51 Par : Nelson Sergerie, journaliste

GASPɯ octobre 2019 - Les professeurs se montrent favorables à la maternelle quatre ans mais dénoncent le « mur à mur » imposé par le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge. Le syndicat qui les représente trouve cette situation inquiétante

Des jeunes fréquentant un CPE en Gaspésie
Gaspésie

Les CPE de la Gaspésie ne sentent pas les effets

18 octobre, 17h45 Par : Nelson Sergerie, journaliste

GASPÉ, octobre 2019- Un léger glissement de clientèle a été remarqué des Centres de la petite enfance vers les classes  de maternelle quatre ans depuis leur création en Gaspésie, mais on est loin de la vague appréhendée, particulièrement cette année où les classes sont plus nombreuses, mais le nombre d’élèves inscrits diminue.

Mélanie Babin, en compagnie ici de Malcolm, croit que l’accent placé sur les maternelles quatre ans crée un stress additionnel pour les enfants.
Gaspésie

Maternelles quatre ans: des grandes réserves dans la région

15 octobre, 20h50 Par : Gilles Gagné, journaliste

L’implantation des maternelles pour enfants de quatre ans s’accélère au Québec, alors que 250 classes s’ajoutent aux 394 classes existantes lors de la rentrée de 2018. En Gaspésie, cette accélération suscite peu d’enthousiasme. Il y a cet automne cinq classes de moins que le programme du ministre de l’Éducation Jean-François Roberge avait prévu et le nombre d’enfants baisse aussi par rapport à l’an passé. Les Gaspésiennes travaillant avec les enfants visés par les maternelles 4 ans tombent souvent à bras raccourcis sur cet aspect du programme d’éducation de la Coalition avenir Québec. Voici un aperçu de ce qu’elles en pensent.

Gaspésie

Guillaume Arsenault: La nature des mots

8 octobre, 17h41 Par : Karyne Boudreau, journaliste

NEW RICHMOND, octobre 2019 - Guillaume Arsenault a toujours été proche de la nature, où il puise tous ses mots. Il a grandi du côté Sud, au bord de la Baie-des-Chaleurs. Il y a six ans, il a traversé les Chic-Chocs pour s’établir du côté Nord, en Haute-Gaspésie. «C’est vraiment autre chose. Quand tu es dans la Baie, la mer, c’est une amie. Mais quand tu te retrouves du côté Nord, à marée montante, sur un cran de roche, ce n’est pas le même feeling. Les vagues sont plus grosses, les éléments plus forts, les vents plus intenses (...) Des fois je m’ennuie du côté Sud, surtout l’été, quand tu veux te baigner... Mais l’hiver, je ne pourrais plus me passer des montagnes dans ma cour».

Gaspésie

Madame, ils viennent d'où les bébés?

30 août, 12h34 Par : Laurie Murphy, chroniqueuse

Ah! La rentrée scolaire, un moment habité par la fébrilité des nouveautés. Nouvelle classe, nouveaux amis, nouveaux membres du personnel et nouvelles informations pour ces petits cerveaux où tournent sans arrêt mille et une questions. Pourquoi la lune n’a-t-elle pas toujours la même forme dans le ciel ? Comment écrire une lettre pour la fête des Mères ? Comment faire pour calculer si j’ai assez de monnaie pour m’acheter des bonbons ? Ils avaient l’air de quoi les dinosaures ? Pourquoi ma fourchette devient-elle froide dans ma boite à lunch ?

Contrairement aux commissions scolaires, le Cégep de la Gaspésie et des Îles a trouvé le moyen de montrer un étudiant et une étudiante en mécanique marine.
Gaspésie

Métiers : les stéréotypes ont la vie dure

31 août, 12h15 Par : Geneviève Gélinas, journaliste

GASPÉ, août 2018 – Comment nos écoles représentent-elles les hommes et les femmes en formation professionnelle? De la façon la plus traditionnelle qui soit : les filles apprennent le secrétariat, les soins à domicile et la coiffure. Les gars sont montrés en train de pratiquer la mécanique, la charpenterie ou de conduire un camion.

Line Gagné propose aux détenus de faire « une réflexion sur leur vie » via son cours de critique cinématographique.
Gaspésie

Enseigner en prison : pour le meilleur, sans le pire

29 juin, 10h38 Par : Geneviève Gélinas, journaliste

NEW CARLISLE ET PERCÉ, juin 2018 – Carole Nadeau et Line Gagné enseignent aux détenus des prisons de New Carlisle et Percé. Elles font face à des élèves motivés, pour qui elles ont l’impression de faire une différence. Et elles n’ont aucune envie de changer de place. Deuxième de deux textes sur ces enseignantes.

Carole Nadeau voit dans sa clientèle carcérale une sorte de microcosme de la société en général.
Gaspésie

Enseigner en prison : pour le meilleur, sans le pire

25 juin, 16h20 Par : Gilles Gagné, journaliste

NEW CARLISLE ET PERCÉ, juin 2018 – Carole Nadeau et Line Gagné enseignent aux détenus des prisons de New Carlisle et Percé. Elles font face à des élèves motivés, pour qui elles ont l’impression de faire une différence. Et elles n’ont aucune envie de changer de place. Premier de deux textes sur ces enseignantes.

En mai 2017, 20 élèves de la Commission scolaire Eastern Shores ont pédalé de Maria à Campbellton, pour piquer leur curiosité en vue de les faire participer au programme Duc d’Édimbourg.
Gaspésie

Trois projets pour s’accrocher à l’école

7 novembre, 11h11 Par : Geneviève Gélinas et Gilles Gagné, journalistes

GASPÉ, novembre 2017 – Les élèves gaspésiens persévèrent de plus en plus au secondaire. Le taux de diplomation a bondi de 10 à 12 points de pourcentage en cinq ans dans les commissions scolaires francophones, et de 27 points dans l’anglophone. Comme un élève qui décroche, c’est toujours un de trop, les écoles tentent par toutes sortes de moyens de les garder motivés. GRAFFICI vous présente trois projets, un par commission scolaire.

Cassandre Vassart Courteau, Nathan Bouffard, Catherine Mercier et Benjamin Décarie Daigneault ont quitté la région de Montréal pour venir étudier à Gaspé.
Côte-de-Gaspé

LA MAISON DES EXILÉS

19 février, 22h00 Par : Geneviève Gélinas, journaliste

GASPÉ – Ils sont quatre jeunes originaires de Montréal et des environs. Pour leurs études collégiales, ils ont choisi de faire le saut vers le campus de Gaspé. Et ils partagent une maison dans le secteur Sunny Bank. GRAFFICI.CA a rencontré ces étudiants, loin d’être des oiseaux rares au Cégep de la Gaspésie et des Îles, où le quart de la clientèle vient désormais de l’extérieur de la région.