Affaires municipales et développement régional, Développement économique et exportation, Affaires policières et juridiques

EDS : des centaines de milliers de dollars en dette

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
EDS doit des sommes importantes à Rocher-Percé et au LET de St-Alphonse

EDS doit des sommes importantes à Rocher-Percé et au LET de St-Alphonse Photo : Thierry Haroun

CHANDLER — La firme EDS, qui a récemment fait faillite, doit des centaines de milliers de dollars à la MRC du Rocher-Percé et au lieu d'enfouissement technique de Saint-Alphonse.

Annoncée en décembre dernier, la faillite d'EDS qui était responsable des travaux de démolition, de décontamination et de réhabilitation du site de l'ancienne usine de la Gaspésia à Chandler, a forcé la suspension des travaux qui avaient cours depuis plusieurs mois. Un dédale administratif s'en est suivi avec le syndic et la compagnie d'assurance La Garantie, responsable de la caution du contrat. Une annonce qui n'est pas sans conséquence pour les créanciers. Ce qui est le cas de la MRC du Rocher-Percé qui tente de récupérer 145 000 $ impayés par EDS qui transportait ses matières au lieu d'enfouissement technique de Gaspé, détenu à parts égales entre Gaspé et la MRC Rocher-Percé par l'entremise de la Régie intermunicipale de traitement des matières résiduelles de la Gaspésie. C'est que voilà, en juin dernier lorsque la Régie a décidé que la facture, qui s'élevait à ce moment-là à 145 000 $, devait être honorée, EDS a décidé d'expédier ses matières ailleurs sans régler l'ardoise.

« Écoutez, ils se sont tournés de bord pour aller déposer leurs matières au LET de St-Alphonse », rappelle la préfète, Diane Lebouthillier qui court désormais après son argent. « C'est de l'argent des contribuables. On a demandé un avis légal pour voir si on pouvait se faire rembourser ». Le problème c'est que les démarches qu'entame présentement la MRC pour se faire rembourser se font après le délai de prescription de 120 jours prévu par la Loi qui, dans ce cas, prend effet à partir de juin dernier. « Le délai est échu, ça complique les choses », admet-elle.

Le cas de St-Alphonse

De son côté, le maire de St-Alphonse, Gérard Porlier, confirme qu'EDS doit de l'argent à son LET. Combien, 300 000 $? « Un peu trop élevé », dit-il. Des dizaines ou des centaines de milliers de dollars en dette? « On est dans les centaines de milliers, monsieur ». Dans ce cas, la dette du LET pourrait être remboursée par l'entremise de la caution qui est sous l'égide de la compagnie d'assurance La Garantie, fait valoir le maire qui souhaite se faire rembourser le plus tôt possible. « Ce dossier est entre les mains de nos avocats. On n'a pas d'échéancier en ce moment sur la table, mais ça demeure une somme importante. »
Le LET de St-Alphonse dessert les 25 municipalités des MRC d'Avignon et Bonavenure.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.