Économie Gaspésie

Le personnel de Conception navale FMP réalisait les dernières étapes de la construction du homardier Ti-Willy à la fin de mai.
Gaspésie

Virage aluminium avec fort accent d'acier à Newport

11 juillet, 11h05 Par : Gilles Gagné, journaliste

NEWPORT, juillet 2019 - Quand les frères Francis et Matthew Parisé ont fait construire le bâtiment neuf abritant Conception navale FMP, à la fin de 2017, c’était pour construire des bateaux de pêche en aluminium. Pourtant, le premier contrat de la firme leur a été confié par un crabier, François Collin, pour un bateau en ... acier

L’Apaqtug, de la communauté de Gespeg, a été livré en mai et ce homardier évoluera à l’île d’Anticosti. Il mesure 38 pieds de longueur. Il suivait l’Ocean Outlaw, livré à Leroy Roberts, du secteur Forillon de Gaspé
Gaspésie

Virage aluminium pour les deux nouveaux chantiers maritimes gaspésiens

10 juillet, 15h38 Par : Gilles Gagné, journaliste

RIVIÈRE-AU-RENARD ET NEWPORT, juillet 2019 | Les deux nouveaux chantiers maritimes gaspésiens, Conception navale FMP de Newport et Atelier de soudure Gilles Aspirault de Rivière-au-Renard, privilégient l’aluminium comme matériau principal pour la construction des bateaux de pêche qui leur sont confiés. C’est un virage important, puisque les autres chantiers mettent l’accent sur l’acier. Graffici jette un coup d’œil sur les raisons derrière la fondation des « deux petits nouveaux », sur le choix du fameux métal gris pour une nouvelle génération de bateaux, et sur les projets d’avenir de leurs dirigeants.



Stéphane Hautcoeur dans son laboratoire, avec certaines de ses cartes ultra-performantes.
Gaspésie

Eon Art: le plus important laboratoire acoustique est à Chandler

14 mai, 17h59 Par : Ariane Aubert Bonn

CHANDLER, mai 2019- Alliant science, précision, contrôle, vérification et une touche artistique, Eon Art, de Chandler, produit des amplificateurs et des hauts parleurs haut de gamme. Selon l'actionnaire et copropriétaire Stéphane Hautcoeur, il s'agirait du plus important laboratoire acoustique au pays.

Le directeur du Techno-centre des technologies de l'information et des communications de la Gaspésie, Carol Cotton, voit la région progresser dans le domaine, mais il note aussi un rattrapage à faire chez certaines petites et moyennes entreprises, encore
Gaspésie

Les TIC en Gaspésie, du progrès réalisé, mais de l’efficacité à gagner

7 mars, 10h51 Par : Gilles Gagné, journaliste

CARLETON-SUR-MER, mars 2019 -  La Gaspésie a fait des grands pas en avant en technologies de l’information et des communications au cours de la dernière décennie, les fameuses TIC. Dans certaines disciplines de ces TIC, la région occupe un rôle de meneur, notamment dans la gestion des parcs éoliens à distance. Dans le commerce du détail, l’adoption des outils informatiques ou la maximisation de leur utilisation prend plus de temps. GRAFFICI brosse un portrait de la progression récente des TIC en Gaspésie, et des éléments à améliorer

Louis Thibault a hérité de la caisse d’essai de Roch Thibault, son arrière-grand-oncle, qui a commencé à pratiquer comme opticien en 1917.
Gaspésie

Une lignée d’optométristes

25 janvier, 20h27 Par : Geneviève Gélinas, journaliste

GASPÉ, janvier 2019 – L’optométriste Louis Thibault garde la caisse d’essai de lentilles de son arrière-grand-oncle Roch dans un tiroir de son bureau, à Gaspé. Et pas seulement pour la fierté que lui procure cet outil de 1917. « Je m’en sers tous les jours », dit M. Thibault. Voici le dernier d’une série de cinq textes sur des commerces gaspésiens passés de génération en génération.

Michaël Norton et sa mère Réjeanne Vallières n’ont pas voulu poser pour le GRAFFICI. Ils ont préféré mettre à l’honneur le bâtisseur du commerce qu’ils opèrent aujourd’hui, M. Charles Alison Norton.
Gaspésie

Préserver l’héritage

21 janvier, 20h43 Par : Karyne Boudreau, journaliste

NOUVELLE, janvier 2019 – « C’est lui qui a tout fait, tout construit. Nous, on a juste à continuer. Et on veut préserver son héritage pour qu’il n’ait pas tout fait ça pour rien », dit Michaël Norton. Ce dernier a hérité du commerce de son grand-père au début des années 2000. Depuis, lui et sa mère s’évertuent à garder bien en vie ce que le grand-père a construit. Quatrième de cinq textes sur des commerces gaspésiens passés de génération en génération.

Sébastien Keable représente la quatrième génération de propriétaires de la Quincaillerie J.N. Keable de Sainte-Anne-des-Monts.
Gaspésie

121 ans et 4 générations plus tard

18 janvier, 20h52 Par : Johanne Fournier, journaliste

SAINTE-ANNE-DES-MONTS, janvier 2019 – Jouissant d’une solide réputation de ferblantier à Sainte-Anne-des-Monts, Joseph-Norbert Keable a ouvert sa quincaillerie en 1897. À cette époque, il ne devait guère penser que, près de 122 ans plus tard, son commerce existerait encore et qu’il serait demeuré dans la famille. Sébastien Keable représente la quatrième génération à poursuivre l’aventure de quincaillier de son arrière-grand-père. GRAFFICI vous présente le troisième de cinq textes sur des commerces passés de génération en génération.

Emmanuelle Leblanc et son père Denis dirigent l'équipe de Meubles Gustave Leblanc, composée de neuf personnes incluant eux-mêmes.
Gaspésie

« Mon université, c’est mon père »

14 janvier, 21h04 Par : Karyne Boudreau, journaliste

NEW RICHMOND, janvier 2019 – Emmanuelle Leblanc a toujours su qu’elle allait prendre la relève de son père Denis chez Meubles Gustave Leblanc, commerce fondé par son grand-père vers la fin des années 1940. GRAFFICI l’a rencontrée en compagnie de son père, qui a fait office d’université pour elle, dit-elle. Deuxième de cinq textes sur les entreprises passées de génération en génération.

Bernard Faubert exploite toujours l’établissement fondé par sa grand-mère Victoria Cloutier en 1932 à L’Anse-à-Beaufils.
Gaspésie

Trois générations aux Vagues vertes

11 janvier, 15h15 Par : Ariane Aubert Bonn

L’ANSE-À-BEAUFILS , janvier 2019— De père en fille ou de grand-mère à petit-fils, il existe en Gaspésie des entreprises o des professions passées de génération en génération. GRAFFICI vous en présente cinq, dont certaines ont plus de 100 ans. La première : l’hôtel Vagues Vertes de L’Anse-à-Beaufils.

En octobre, la société Technologies Orbite a annoncé qu’elle rappelait son personnel pour redémarrer l’usine de Cap-Chat au début de 2019.
Gaspésie

Orbite et les espoirs déçus de la Haute-Gaspésie

17 décembre, 17h02 Par : Johanne Fournier, journaliste

CAP-CHAT, décembre 2018 – La société Technologies Orbite a nourri beaucoup d’espoir auprès de la population et de certains élus de la Haute-Gaspésie, notamment en termes d’emplois promis à son usine de Cap-Chat, mais aussi pour toute la Gaspésie. Quel est l’état des lieux? Que sont devenues toutes ces promesses? GRAFFICI vous propose un bref historique du parcours d’Orbite.