Art, culture et loisirs

Douze monologuistes du vagin

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Annie Dugas, Korinne Leblanc, Mathilde Gouin, Marie Cassivi et Amélia Giroux-Gagné font partie de la distribution gaspésienne des Monologues du vagin.

Annie Dugas, Korinne Leblanc, Mathilde Gouin, Marie Cassivi et Amélia Giroux-Gagné font partie de la distribution gaspésienne des Monologues du vagin. Photo : Geneviève Gélinas

Douze Gaspésiennes de 23 à 66 ans interpréteront Les Monologues du Vagin, d’Eve Ensler, les 12 et 13 avril à Gaspé.

La pièce, créée en 1996, a été jouée dans plus de 130 pays et traduite en 50 langues. Des militantes d’Accès sages-femmes Côte-de-Gaspé ont eu l’idée de la monter au bénéfice de leur cause.

Elles ont notamment été séduites par «le côté dérangeant des monologues», affirme Mathilde Gouin, la metteure en scène. «C’est parfois hilarant, et à d’autres moments, ça tombe dans le tragique. On parle de poils, d’agressions sexuelles, de prostitution, de jouissance féminine», illustre-t-elle.

123 fois le mot «vagin»

Le mot vagin est prononcé 123 fois pendant la pièce. Rien pour arrêter Korinne Leblanc, professeur d’éducation physique, qui interprétera un monologue intitulé «Mon vagin est en colère». «Le fait qu’on soit en équipe, il y a une solidarité et une aisance qui s’installe», dit-elle.

Marie Cassivi, 66 ans, la doyenne du groupe, affirme s’être jointe à l’aventure pour «la gang, le texte et la cause». Pour Mathilde Gouin, «la beauté, c’est qu’on se retrouve chaque semaine, entre femmes, à parler de réalité de femmes. C’est un moment où on peut se détendre et échanger sans tabous.»

Musique originale

Le Gaspésien Philippe Patenaude sera sur scène pour interpréter la musique qu’il a composée pour accompagner la pièce.

Les représentations ont lieu à 20 h à l’auditorium du Cégep de la Gaspésie et des Îles à Gaspé. Les adultes paieront leur entrée 20 $, et les étudiants, 5 $.
La présentation des Monologues s’inscrit dans le mouvement V-Day, qui lutte contre la violence faite aux femmes.

En 2007, des femmes francophones, anglophones et autochtones de la Baie-des-Chaleurs avaient présenté la pièce à Gesgapegiag.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.