Politique

Dossier du monopole de l’asphalte en Gaspésie : Damien Arsenault se défend

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le candidat libéral dans Bonaventure, Damien Arsenault.

Le candidat libéral dans Bonaventure, Damien Arsenault. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Après que le candidat du Parti québécois dans Bonaventure, Sylvain Roy, ait dénoncé le «laisser-faire» du PLQ et le «silence radio» de son candidat dans le dossier du monopole de l’asphalte, Damien Arsenault rétorque que le gouvernement agit pour régler le problème le plus rapidement possible.

«Je ne comprends pas M. Roy quand il prétend que le gouvernement manque de sensibilité dans ce dossier-là. Le ministre délégué aux Transports, Norman Macmillan, a été très réceptif aux messages des élus de la région et s’est engagé à trouver des solutions», mentionne-t-il.

À la fin du mois de septembre, une délégation constituée d’une dizaine d’élus de la région a rencontré M. Macmillan à Québec. Ils ont alors discuté du problème du monopole que détient la firme Pavages Beau Bassin et qui, selon eux, ferait grimper les prix de l’asphalte 30 % à 50 %, comparativement aux prix payés par le ministère des Transports. Les élus gaspésiens sont sortis satisfaits de cette rencontre.

«On dirait que M. Roy vient de découvrir le dossier alors que les démarches sont entamées depuis longtemps. Aujourd’hui même, il y a une rencontre entre la CRÉ, des représentants municipaux et du ministère à ce sujet. Les choses avancent normalement», soutient-il.

Aussi en faveur d’un regroupement

Comme son adversaire péquiste, M. Arsenault est favorable à l’idée d’étudier la possibilité de créer un regroupement de municipalités pour permettre des économies d’échelle quand vient le temps de négocier avec des compagnies d’asphalte.

Il estime cependant qu’il faut d’abord chiffrer précisément la différence entre le prix payé par les municipalités et le Ministère. «Beaucoup de chiffres circulent dans les médias, mais un portrait juste est nécessaire pour choisir les meilleures solutions. Et c’est exactement ce que fait le gouvernement», déclare le candidat libéral.

«Silence radio»

M. Arsenault se défend par ailleurs de garder le silence dans ce dossier, comme le prétend Sylvain Roy. «Pour la campagne, je me suis retiré des dossiers municipaux. Et cette démarche-là, elle appartient justement aux municipalités et au Ministère. Mais je peux vous assurer que je suis la situation de près», conclut-il.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.