Affaires municipales et développement régional

Développement à Carleton : un quai et une piscine en priorités

Par ,
La sauvegarde des aspects multifonctionnels du quai fait partie des priorités de la Ville de Carleton-sur-Mer.

La sauvegarde des aspects multifonctionnels du quai fait partie des priorités de la Ville de Carleton-sur-Mer. Photo : Gilles Gagné

La sauvegarde des aspects multifonctionnels du quai et l’aménagement d’une piscine municipale ont suscité plusieurs questions cette semaine lors du dévoilement de la planification stratégique de la Ville de Carleton-sur-Mer pour les années 2012 à 2022.

Cette planification a été présentée en six grands thèmes, avec le développement économique en tête. Alain Bernier et Danick Boulay, respectivement directeur du développement économique et directeur général de l’administration municipale, ont précisé d’entrée de jeu que la question de la sauvegarde du quai était loin d’être réglée.
 
Ce quai est une propriété majoritaire de Transport Canada, alors que le quai éperon appartient à Pêches et Océans Canada. Transport Canada veut s’en départir. Le quai est caractérisé par quatre vocations, la navigation commerciale, la pêche, la mariculture et le loisir nautique.
 
Alain Bernier précise que la vocation commerciale et industrielle du quai est loin d’être assurée. «Nous sommes très loin de leurs exigences, aborde Alain Bernier en parlant des critères de Transport Canada pour assurer la pérennité d’un quai commercial. Ils veulent s’en départir sans payer pour le réparer. Au niveau des critères de tonnage, c’est là que le bât blesse.»
 
«Pour eux, nous ne sommes qu’une goutte d’eau dans l’océan», a indiqué Danick Boulay.
 
Fait à souligner, un cargo hollandais, le Frisian Spring, déchargeait au même moment à Carleton une cargaison de 3 300 tonnes d’acier en provenance du Danemark pour la firme Fabrication Delta, de New Richmond, qui transforme ce métal en tours éoliennes pour le compte du turbinier allemand Enercon.
 
Depuis deux ans, Fabrication Delta a importé près de 11 000 tonnes d’acier pour produire des tours éoliennes valant des dizaines de millions de dollars et faisant maintenant travailler 110 personnes dans la Baie-des-Chaleurs.
 
Claude Bernard, de la firme comptable Alphonse Bernard, a suggéré à l’administration municipale de passer à d’autres modes de pression que la simple négociation avec des fonctionnaires. Le tonnage ne peut faire foi de tout, note-t-il.
 
«Je comprends que le volet fonctionnaire est très difficile. Il va falloir faire valoir d’autres arguments. Si on le ferme, on ne l’ouvrira plus. On aura alors perdu un instrument de développement économique. Il faut passer à un autre niveau. Ça peut être d’autres cartes à jouer, comme le niveau politique. Par la voie standard, ils vont nous mettre sur la voie d’évitement, c’est certain», a indiqué M. Bernard.
 
Piscine

Alain Bernier et Danick Boulay ont par ailleurs parlé de l’évaluation réalisée par la Ville de Carleton-sur-Mer au sujet de l’implantation d’un «complexe récréatif aquatique», une piscine en d’autres mots.
 
Alain Bernier a indiqué qu’il fallait voir dans ce complexe un lieu qui servirait aussi à l’éducation et aux soins de santé. «Nous sommes la seule MRC de la Gaspésie et des Îles qui n’a pas de piscine!».
 
Il faudra toutefois qu’il y ait «du monde [pour la fréquenter] et il ne faut pas que ça coûte cher à faire fonctionner», a-t-il rappelé.
 
Quand un citoyen a demandé à Danick Boulay quand la population peut-elle s’attendre à en bénéficier, il a répondu : «On veut le faire de la bonne façon. Donnez-nous une année, une année et demie.»

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.