Développement économique et exportation

Deux nouveaux parcs éoliens de 220 millions $ en Gaspésie

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Des représentants de Cartier Énergie Éolienne et des maires ont inauguré le parc de Gros-Morne/Ste-Madeleine.

Des représentants de Cartier Énergie Éolienne et des maires ont inauguré le parc de Gros-Morne/Ste-Madeleine. Photo : Geneviève Gélinas

Ces derniers jours, Cartier Énergie Éolienne a commencé à exploiter commercialement le parc de Montagne Sèche et la phase 1 du parc de Gros-Morne/Ste-Madeleine, du côté nord de la Gaspésie.

La construction de 106 éoliennes, d’une puissance totale de 159 mégawatts (MW) a nécessité des investissements de 220 millions $. Ces machines ont la capacité d’alimenter 29 000 foyers.

Une proportion de 60 % des dépenses ont été faites en Gaspésie et dans la MRC de Matane, comme le stipulent les règles du premier appel d’offres d’Hydro-Québec Distribution. L’usine de LM Wind Power à Gaspé a fabriqué les pales du modèle de 1,5 MW de GE. L’usine de Marmen, à Matane, a construit les tours et assemblé les nacelles.

La construction des parcs s’est échelonnée de mai 2010 à novembre 2011. Cartier a déjà entamé la deuxième phase du parc de Gros-Morne, afin d’y ajouter 111 MW, livrés dans un an. «Les chemins sont construits, les bases de béton sont coulées et le réseau collecteur est bien avancé», précise Luc Leblanc, directeur des affaires publiques chez Cartier.

Un «levier» pour Madeleine

La municipalité de Madeleine, dont le territoire accueillera 105 éoliennes d’ici un an, collectera des redevances de 157 500 $ par an. «Ça veut dire une augmentation de presque 50 % de nos revenus, calcule le maire Joël Côté. On est une municipalité dévitalisée, et ces montants vont nous servir de levier pour certains projets.»

Les redevances aux municipalités de Madeleine, Mont-Louis, Cloridorme et Petite-Vallée s’élèvent à 1000 $ par MW, en plus d’un fonds d’aide aux organismes de 275 $ du MW.

«Cobayes» des redevances

Le maire de Mont-Louis, Paul-Hébert Bernatchez, qualifie ces redevances de «déjà pas mal», même si les parcs issus du deuxième appel d’offres feront plutôt pleuvoir de 2000  $ à 2400  $ du MW sur d’autres municipalités.

«Quand on a commencé à discuter avec Cartier et Northland Power [qui exploite aussi un parc à Mont-Louis], on avait l’exemple des parcs de Murdochville, où la municipalité ne reçoit aucune redevance, remarque M. Bernatchez. On était des cobayes, et on est partis de 0 $ à 1000 $. Mais on pense que le ministère [des Ressources naturelles] aurait pu s’organiser pour fixer un prix plancher.»

Pendant la construction, une moyenne de 350 travailleurs a œuvré sur les chantiers. Une vingtaine d’employés permanents travailleront aux deux parcs pendant les 20 prochaines années.

Cartier Énergie Éolienne est un partenariat entre la Québécoise Innergex Énergie Renouvelable et l’Albertaine TransCanada.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.