Développement économique et exportation

Desjardins : les gens des Plateaux étudient des alternatives

Par ,
Les maires Ghislain Michaud, de Saint-François-d’Assise et Guy Gallant, de Saint-Alexis-de-Matapédia, de même que Sylvie Gallant, poursuivent la lutte au sein d'ACCORDons-nous.

Les maires Ghislain Michaud, de Saint-François-d’Assise et Guy Gallant, de Saint-Alexis-de-Matapédia, de même que Sylvie Gallant, poursuivent la lutte au sein d'ACCORDons-nous. Photo : Gilles Gagné

SAINT-FRANÇOIS-D’ASSISE – Le comité ACCORDons-nous étudie la possibilité de demander à une banque de desservir le secteur de Saint-Alexis-de-Matapédia, Saint-François-d’Assise et l’Ascension-de-Patapédia, afin de remplacer les services perdus lors de la fermeture sans consultation des points de service des Caisses Desjardins dans ces villages des Plateaux de la Matapédia, le 15 juin.

D’autres moyens sont considérés par ACCORDons-Nous, comme la prise graduelle de contrôle du conseil d’administration de la Caisse des Monts et Rivières, une solution qui prendra quelques d’années afin d’avoir le nombre d’administrateurs requis pour renverser les fermetures.

L’établissement d’un guichet dans un commerce de Saint-François, pour calquer l’exemple de Piopolis, près de Lac-Mégantic, est aussi considéré. La création d’une coopérative financière désaffiliée au Mouvement Desjardins est une autre solution envisagée.

« En avril, ils ont tenu les élections avant l’assemblée publique. Il n’y avait pas de litige à ce moment (…) Des postes seront ouverts lors de la prochaine assemblée. Il suffit de présenter des gens qui sont favorables à la réouverture d'un point de services. Ils sont certains de passer », précise Andrée Verreault, citoyenne de Saint-Alexis et ex-employée de Desjardins.

Mardi, devant une autre salle regroupant plus de 100 citoyens insatisfaits des services de Desjardins, Michel Martin, d’ACCORDons-nous, a présenté l’exemple de Piopolis, en Estrie.

« Piopolis compte 364 personnes, à 13 kilomètres de Lac-Mégantic. Le guichet est dans un dépanneur. C’est ouvert 91 heures par semaine l’été et 70 heures l’hiver. Il y a moyen de faire des dépôts trois fois par semaine et de communiquer en direct avec le personnel d’une caisse », dit M. Martin. Les trois villages regroupent 1450 personnes.

 Les gens d’ACCORDons-nous surveillent de près la situation d’autres communautés luttant contre la fermeture de points de service, comme Bécancour, au Centre-du-Québec, et Pohénégamook, au Bas-Saint-Laurent.

« Nous sommes en contact avec ces gens. Nous comptons aussi sur l’appui de Solidarité rurale et de sa présidente, Claire Bolduc », précise Sylvie Gallant, porte-parole d’ACCORDons-nous.

Elle a sondé l’assistance mardi soir pour constater que les gens sont unanimement insatisfaits des services et qu’ils transféreraient leurs affaires vers toute institution venant les servir localement.

Le 17 avril, les membres du conseil d’administration de la Caisse des Monts et Rivières ont annoncé en assemblée annuelle la fermeture, sans débat sur la question, des trois points de services des Plateaux, pour concentrer l’ensemble des services à Matapédia. Cette décision s’appuyait sur une perte de 59 000 $ en 2012 et un déficit anticipé de 340 000 $ en 2013.

Les membres jugent que des économies appréciables auraient pu être dégagées, notamment en frais de location et d’administration, tout en maintenant au moins un point de services sur les Plateaux.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.