Tourisme, Développement économique et exportation

Des investisseurs espèrent relancer le Village Grande Nature Chic-Chocs

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
L'ancien presbytère de Saint-Octave-de-l'Avenir, transformé en auberge, constitue le bâtiment principal du Village Grande Nature Chic-Chocs.

L'ancien presbytère de Saint-Octave-de-l'Avenir, transformé en auberge, constitue le bâtiment principal du Village Grande Nature Chic-Chocs. Photo : Johanne Fournier

SAINT-OCTAVE-DE-L’AVENIR - La Fondation du patrimoine de Saint-Octave-de-l'Avenir, qui a réuni des penseurs et des investisseurs, a bon espoir de relancer le Village Grande-Nature Chic-Chocs, mis en faillite le 12 juin.

C'est ce qu'a laissé entendre, dans des termes prononcés avec prudence, le président de la Fondation du patrimoine de Saint-Octave-de-l'Avenir. «Les activités du Village étaient surtout basées sur le tourisme et cela a conduit à la situation qu'on connaît, signale Daniel DeShaime. On en est arrivés avec le constat qu'il fallait une approche différente. À titre d'anciens de Saint-Octave, on a un attachement.»

Offre rejetée

Avant que le Village Grande Nature ne soit menacé d'être mis aux enchères pour des taxes impayées d'une valeur de 27 000 $ à la MRC de la Haute-Gaspésie et avant qu'il ne soit placé sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, le groupe avait déposé une offre qui n'a pas été retenue par la corporation responsable de la gestion du site, Relais Chic-Chocs.

«On l'a dit publiquement que c'était honteux qu'on n'ait pas donné suite à l'offre, indique M. DeShaime. C'était un projet très solide. Mais je ne veux pas aller plus loin. Un processus est en marche et on en fait partie. Ça va se décider à la fin du mois.»

Description du projet

Le projet prévoit faire des installations du Village Grande Nature un centre équestre qui offrirait notamment de la formation et un camp musical gravitant autour des chevaux. «À la suite d'échanges entre les investisseurs et la Fondation, l'objectif est de développer un projet touristique, culturel et patrimonial autour des chevaux, incluant possiblement des événements, précise le président de la Fondation. Ça fait longtemps qu'on travaille sur le projet.»

«Il a même été question d'élevage de yaks, qui semble être adapté à Saint-Octave parce que c'est un animal qui aime la montagne, qui peut rester dehors 12 mois par année et qui peut vivre à moins 30 degrés, continue-t-il. Il y a un seul élevage de ce genre, qui est dans la Baie-des-Chaleurs. Ensuite, on n’en retrouve dans l'Ouest canadien.»

Selon l'auteur-compositeur-interprète, l'offre n'était pas conditionnelle à des subventions, mais plutôt bâtie autour d'investissements privés importants. «On ne voulait pas que ce soit uniquement piloté par un organisme à but non lucratif», souligne-t-il.

Actifs

La dette du Village Grande Nature s'élèverait à plus d'un demi-million de dollars. Le Village comprend une auberge de 16 chambres, trois chalets scandinaves, six chalets canadiens et tous les biens. Le syndic assigné est la firme Ginsberg, Gingras & Associés de Rimouski, qui en assure les opérations avant de trouver un acquéreur.

Il a été impossible de parler à un membre de la corporation Relais Chic-Chocs.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.